PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Vincent Hawke, pour ne pas vous servir
✽ Ange et démon ✽▼
✽ Ange et démon ✽
avatar
pic-profil
Messages :
90
Kinahs :
107541
Age :
22
Date de naissance :
30/08/1995
Date d'inscription :
27/11/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t502-vincent-hawke-a-votre-service-ou-pas#2755 http://www.kalerya-entre-monde.com/t684-les-aptitudes-de-vincentime#4139 http://www.kalerya-entre-monde.com/t686-les-dossiers-d-un-detective#4149 http://www.kalerya-entre-monde.com/t696-mon-depotoire http://www.kalerya-entre-monde.com/t779-l-agenda-d-un-detective http://www.kalerya-entre-monde.com/t724-carnet-de-vincent

Dim 27 Nov - 17:03
Vincent Hawke
Bariath & Détective Privé/Gérant d'un bar




Informations générales

Hawke
Vincent Neal
27 ans
Vanerzame
Homme
63 kg
1m77
Hétéro
Hybride Ange / Démon





Informations psychologiques

Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


Hobby : Résoudre des enquêtes, résoudre des enquêtes et parfois s'occuper de son bar. Et résoudre des enquêtes.

Phobie : Vincent n'a que très peu de phobie. Mais, apparemment, il aurait peur qu'on l'appelle par le prénom que ses parents adoptifs lui avaient donné.

Qualités :Calme, Malin, Réfléchi et... ... Il a peu de qualité, mais plus de défaut.

Défauts : Blasé, Froid, Insensible, Je-m'en-foutisme, Trop direct, Aucun Tact, Sociopathe.





Magie et arme

Magie
Arme


Barrier Magic
Vincent a le pouvoir de créer des champs de force. Il peut donc créer un bouclier magique autour de lui qui repousse toute personne, attaque physique et magique. Il maîtrise tellement mieux sa magie qu'il est capable d'englober ses mains et ses jambes de cette barrière. Bientôt, il envisagera de tenter de matérialiser des armes à partir de sa magie.
Vincent possédait beaucoup d'arme lorsqu'il était à la Congrégation. En démissionnant, il dût tous les abandonner. Sauf une. Aujourd'hui, il se bat avec une canne épée fouet. Qu'est ce que c'est ? Et bien, c'est très simple [YU GI OH !] [Seul les vrais reconnaitrons la référence] :
Vincent garde toujours avec lui une canne noir qui semble tout ce qui a de plus normal. Cependant, une lame se cache, ayant comme poignet le jonc du bâton. Cette lame possède la particularité de se décomposée, chaque morceau relié par une chaîne, pour s'allonger. Ainsi, il l'utiliser comme un fouet. Ce n'est pas compliqué, non ?





Description mentale


Rapport - Vincent Neal Hawke.

Il y a beaucoup de choses à dire sur Mr Hawke. Pour commencer, je pense que beaucoup vous diront de vous méfier de lui. Le tarir d’éloge n’est pas la première chose qu’on penserait faire. Si on devait le définir, je dirais qu’il est totalement dénué de compassion. En effet, il ne connaît aucun tact et le concept de la demi-mesure semble lui échapper. C’est un réaliste et n’hésite pas à rappeler la dure réalité d’une personne avec franchise. Comme on dit, il n’y a que la vérité qui blesse. Cependant, Mr Hawke ne semble prendre aucun plaisir, ni tristesse, à faire du mal à quelqu’un. Non, on aurait dit que c’est juste et tout simplement naturel pour lui. Aucune délicatesse dans ses mots, juste de la pure froideur. Car c’est ce qu’il est : aussi froid que l’iceberg qui a fait couler le Titanic. J’ai donc conclu que Mr Hawke possède le comportement d’un sociopathe.

D’après quelques témoignages, son intelligence et son côté malin énerveraient plus d’un. N’oublions pas qu’il est détective et un détective doit savoir servir de sa tête. Sans parler de son très bon sens de l’observation. Il peut aller jusqu’à remarquer le moindre petit détail. Comment est-ce possible ? Depuis son plus jeune âge, on l’a éduqué ainsi. Cela lui est arrivé d’être obligé de dire le nombre exact de personnes portant une alliance – sans confondre avec des bagues décoratives – ne serait-ce pour pouvoir commander un menu quand il allait au restaurant avec sa mère adoptive. Cette dernière lui aurait aussi appris une certaine technique de mémorisation que l’on appelle “Le Palais Mental”. Cela consiste à créer un endroit familier dans notre esprit afin d’y entreposer toutes les informations que notre cerveau reçoit. En se concentrant, le sujet peut se balader dans son Palais Mental à la recherche d’information. Ce n’est pas de la magie, c’est psychologique. Dans le cas de Mr Hawke, il a appris cette méthode dès son plus jeune âge et l’a développé en grandissant. C’est devenu une seconde nature pour lui, au point de réfléchir tellement vite au point d’avoir la sensation que le temps s’arrêtait autour de lui. Du moins, selon ses dires.

Puisque nous avons abordé la question de ses origines, Mr Hawke n’a aucune idée d’où il vient, ses premiers souvenirs étant ceux de l’orphelinat. Néanmoins, il possède une montre à gousset qui fait aussi boîte à musique. J’ai remarqué, durant nos séances, que la mélodie apaise le détective. Qui dit apaisement dit aussi tourmente. En effet, Mr Hawke a subi beaucoup de traumatisme par le passé. À commencer par son enfance, où il a reçu une éducation religieuse assez stricte. D’autant plus qu’il est un démon. Le détective a été torturé aussi bien mentalement que physiquement. En conséquence, il est devenu quelqu’un de dangereux pour les autres et, surtout, pour lui-même. Encore d’après des témoignages de ses proches - d’une proche pour être précis - Mr Hawke n’hésite pas à se blesser mortellement lui-même pour tourner une situation à son avantage. Il n’a plus peur de la douleur. Il la supporte, car il en est habitué. Effectivement, il s’agit d’un homme qui souffre. Un homme qui n’a jamais souri de sa vie. Rectification : il aurait souri une fois, mais celle qui lui a fait donner le sourire n’est plus parmi nous. Et sa perte affecte notre sujet bien plus qu’il ne veut nous faire croire.

Pour le moment, il ne semble plus vouloir s’attacher avec d’autres personnes. Mais seul l’avenir nous dira si Mr Hawke changera d’avis. Je reste persuadée qu’il rencontrera des alliés qui lui donneront goût à la vie de nouveau. Tout comme je redoute qu’il côtoie des personnes mal intentionnées qui le tireront vers le bas. Il n’en a pas l’air, mais le détective reste une personne que l’on peut indirectement et inconsciemment influencé…





Description physique

Beaucoup de philosophes et d’écrivain affirment que le miroir est le reflet de l’âme. Que cela soit vrai ou faux n’a aucune importance. Qui a déjà regardé son reflet pour contempler son esprit ? Personne. Et Vincent n’échappe pas à la règle. Le jeune homme de 27 ans ne se regarde que rarement dans le miroir. Il n’est pas narcissique. Pour info, Narcisse est le fils d’une Nymphe violée par un Dieu. Il est d’une telle beauté au niveau physique qu’il est tombé amoureux de lui-même lorsqu’il vit son visage dans le fleuve. Vous savez ce qui lui est arrivé ensuite ? Il s’est suicidé, parce que personne ne peut sortir avec lui-même. Les narcissiques se trouveront toujours beaux, de toute façon. Hors, ce n’est pas le cas de Vincent. Le jeune détective se trouve plutôt… normal. Ni beau, ni moche. En fait, il s’en fout.

Cependant, il a déjà reçu des compliments flatteurs sur son physique. D’une part à cause du fait qu’il semble avoir une vingtaine d’années, voire moins. Ne jamais se croire aux apparences. Comme je l’ai dit plus tôt, Vincent a 27 ans. Il doit sa jeunesse à ses origines : étant à moitié démon et moitié ange, son espérance de vie se trouve supérieure à celui des humains. De ce fait, il fait plus jeune que son véritable âge. En même temps, il ne se laisse pas pousser la barbe… non, en fait, elle ne pousse pas tout court. Devrait-il s’en inquiéter ? Inutile de répondre, de toute façon, il s’en fout. Vincent s’accepte tel qu’il est physiquement - et mentalement, mais ce n’est pas le sujet ici.

Franchement, le jeune détective n’a pas vraiment un physique sortant de la norme. Des cheveux sombres courts, d’un style décoiffé, tombant sur son front. Ils font ressortir la couleur bleue de ses yeux rectangulaires. Des yeux aussi bleus que le ciel, que la mer, que les étiquettes des bouteilles d’eau Cristaline… Bref, bleu quoi. Et je n’ai rien d’autre à dire. C’est des yeux quoi. Ils sont là pour voir, regarder, observer. Après, c’est vrai qu’il a une belle vue…



Stoppez toutes pensées et fantasmes perverses immédiatement. Vincent n’a peut-être pas le pouvoir d’une vue microscopique ou télescopique, mais disons qu’il peut remarquer les détails. Comment ça se fait ? Bah parce qu’il les cherche. Par exemple, si vous portez un manteau, il cherchera les traces de poussière ou les poils de chat. Tout le monde peut faire ça, faut juste y penser. Enfin, les gens le font, mais inconsciemment… BREF, ce n’est pas le sujet. Où en étions-nous… Ah oui ! On parlait du visage jeune de notre détective. Que dire de plus ? Il possède un nez pointu pour… sentir (merci Captain Obvious !), des oreilles dont il cache les pointes avec ses cheveux et une bouche pour parler (encore merci Captain Obvious). Heureusement pour lui, il n’est pas muet. Il peut donc communiquer facilement avec autrui avec sa voix de jeune homme blasée de la vie.

Oui, j’ai dit “homme blasé de la vie” et ça ne se ressent pas qu’à la voix. Cela se voit, aussi, avec sa démarche : toujours le dos légèrement penché vers l’avant, tête baissée et les mains dans les poches. Difficile de savoir qu’il mesure 1m77 pour 63kg. En effet, il possède une très bonne alimentation, mais ne pratique que très peu d’exercice. Quand il était petit, il pratiquait le Parkoour. Ensuite, lorsqu'il faisait partie de la Congrégation, il s'entrainait beaucoup avec divers armes. Mais, aujourd'hui, Vincent n’a aucun tablette de chocolat et n’a pas de muscle qui sort quand il se contracte le bras. Bref, maintenant, le seul sport qu’il pratique, c’est la course-poursuite. Bah oui, avec son métier, vaut mieux avoir de la vitesse et de l’endurance. Enfin, que dire de plus sur son corps ? A part qu’il a la peau pâle et douce, des mains chaleureuses, des jambes et des pieds pour marcher (ok taggle Captain Obvious).

Maintenant, nous allons parler du côté intéressant du physique de Vincent. Je l’ai dit tantôt, le brun est un démon, bien qu’il semble avoir une apparence humaine. Normal, il dissimule tout ce qui possède un lien avec ses origines démoniaque. Comme ses cornes de taureau dorées sur son crâne, au premier lieu. Sans parler de ses magnifiques ailes noires qui lui permettent de… Ah oui, on devrait vraiment arrêter de laisser parler Captain Obvious. Tient, ce qui me fait penser… vous savez, les yeux bleus de Vincent. Ils deviennent rouges la nuit et ont la capacité de voir dans le noir. SURPRISE ! Finalement, ils ont bien quelques choses de spécial, ces yeux…

Finissons donc avec les goûts vestimentaires de l’ancien Chef de Division. Rappelez-vous, Vincent se fiche pas mal d’être beau ou moche, au point de se regarder rarement dans le miroir. Par contre, ça ne l’empêche pas d’avoir des goûts de luxe. Si vous connaissez bien notre détective, vous serez étonné de le voir préféré porter un costume à 100 000$ (rappelons qu’il vit à Los Angeles) qu’un vêtement qu’on trouve au marché d’à côté. Cependant, ce n’est pas comme s’il s’interdisait de se déguiser en clochard, en clown ou en n’importe quoi. Après tout, ce n’est qu’une question de goûts.





Racontez-nous votre histoire



Los Angeles -Cabinet de L. Summers

Il regardait l’heure sur sa montre à gousset. Une montre à gousset assez spéciale. Une fois ouverte, elle jouait une mélodie semblable à celle d’une boîte à musique. Elle était douce, apaisante, agréable à écouter. Vincent avait toujours possédé cette montre. Il s’agirait du seul présent que ses parents biologiques lui avaient accordé avant de l’abandonner. C’était le trésor du jeune homme et jamais il ne s’en séparerait, pour une raison tout à fait obscure.

Vincent ferma la montre, interrompant entre temps la douce mélodie. Son interlocutrice le regardait avec un air intrigué. Elle venait de poser son verre vide qu’elle remplit avec de l’eau.

- C’est une jolie mélodie, déclara-t-elle.

- Merci, répondit Vincent. On sous-estime vos goûts musicaux.

- Vous dites qu’il s’agit de la seule chose que vos parents biologiques vous ont légué et que c’est l’une des choses qui vous est cher, bien plus que votre propre vie. Pourtant, au cours de notre dernière séance, vous avez affirmé que vous n’avez jamais voulu les retrouver, découvrir qui ils sont et la raison de leur abandon, et ce, depuis vos premiers souvenirs à l’orphelinat.

- Je sais ce que vous allez me dire : peut-être qu’au fond, je suis curieux de savoir qui sont mes véritables parents et que je me suis convaincu du contraire comme auto-défense car j’ai peur de ne pas avoir été voulu.

- Est-ce le cas ?

- Non, du tout. Dès mon plus jeune âge, je me suis fait une raison : on m’a laissé devant la porte de cet orphelinat sans laisser de mot ou autre. Ils ne m’ont même pas donné de prénom. Tout le monde croit que les enfants sont trop cons pour ne pas comprendre quand ils ne sont pas désirés. Pourquoi devrais-je tourmenter mon esprit et perdre mon temps pour deux personnes qui ne veulent même pas de moi ?

- Vous avez vraiment pensé cela étant enfant ? Parlez-moi donc de votre enfance. Comment était votre vie à l’orphelinat ?

- Je n’y ais passé que pendant mes 6 premières années de ma vie, raconta Vincent. Je me souviens avoir entendu des surveillant dire que je n’étais pas un bébé facile : je pleurais tout le temps et il était difficile de me calmer sans la mélodie de la montre à gousset. D’ailleurs, je passais mon temps à l’écouter seul dans mon coin. Je refusais de jouer avec les autres enfants, qui n’étaient pas non plus des tendres. C’était Détroit et la ville est à la hauteur de sa réputation, je vous le confirme.

Au fur et à mesure que Vincent relatait son passé, la psychologue prit des notes dans son dossier, en buvant une gorgée d’eau. Elle restait attentive à l’histoire de son client et l’invita à continuer son récit.

- Je n’ai vraiment rien à dire sur mon enfance à l’orphelinat, continua Vincent. Je n’en garde que des brides souvenirs, mais pas assez pour vous raconter des anecdotes. A moins que vous préférez que j’invente des histoires ?

- Non, ça ira, répondit la belle femme en tailleur. Vous dites que vous y êtes resté jusqu’à l’âge de 6 ans. Peut-on supposer que vous avez été adopté à cet âge-là ?

Le cœur de Vincent, ainsi que son poing, se serrèrent. Il se racla la gorge. Ce n’était pas franchement son sujet de conversation préféré. Il souhaitait ne pas en parler, mais vraiment pas. Et la psychologue le remarqua.

- Je présume que vous n’en gardez pas un bon souvenir ?

- … Vous avez raison : j’ai été adopté et ce n’était pas la meilleure chose qui me soit arrivé.

- C’est très étonnant : pour un orphelin, être adopté est comme trouvé le Saint Graal. Vos parents d’adoptions ne vous ont pas aimé ?

- Si… Ils m’ont aimé, mais à leur manière…

- Alors, quel était le problème ? insista-t-elle avec douceur.

Vincent se sentit mal à l’aise. Mais bon, autant jouer au jeu, il n’allait pas gaspiller du fric pour ne rien dire. Il prit une grosse inspiration avant de commencer :

- Ils étaient très strict… En particulier mon père. Ils étaient aussi très… Accès sur… la religion…

- Je vois… Une éducation stricte basée sur la religion…

- Oui, je sais, la vie peut être très ironique.

La psychologue sourit.

- Un démon adopté par une famille de religieux, c’est sûr, vous en avez dû en baver.

Vincent fronça les sourcils et respirait très fortement. Il commençait à moins en moins apprécier sa psychologue. Il savait que ces séances étaient une mauvaise idée.

- Les Banshees sont toujours abonnés à la chasse aux sirènes et je reçois beaucoup de demande. On verra qui en bavera le plus.

Sous la menace de Vincent, la psychologue perdit le sourire. Elle bu un verre d’eau avant de reprendre :

- Donc, vous avez été adopté par une famille religieuse et vous avez donc reçu une éducation stricte. Comment avez-vous géré ça ? Ont-ils découvert votre véritable nature ?

- Non, non, ils ne l’ont jamais découvert. J’ai littéralement vécu… l’Enfer. A l’époque, je n’étais pas conscient que j’étais un démon. Moi-même je ne comprenais pas pourquoi je me sentais aussi mal avec la… religion. En fait, je crois qu’il était mieux pour moi que mon père d’adoption n’ait jamais su ma véritable nature… Ce qu’il m’avait fait été tout simplement…

FLASHBACK - Détroit - Chez les Adams

Abigail Adams entra dans sa maison, les sacs remplis de courses monopolisant ses bras. Elle eut des difficultés à atteindre la cuisine pour poser ses achats sans faire tomber ne serait-ce que dix boîtes de conserve. Lorsqu’elle prit conscience des cris d’enfant provenant de la cave, elle y accourra immédiatement. Plus elle s’y approchait, plus la sonorité des hurlements et le bruit des coups de fouets s’amplifiaient. Entendre le second bruit accentuait son inquiétude.

- LES SACRIFICES SONT AGREABLE A DIEU, C’EST UN ESPRIT BRISE : Ô DIEU ! TU NE DEDAIGNE PAS UN COEUR BRISE ET CONTRIT !

- Charles ! Mon Dieu, mais arrête ! s’exclama Abigail lorsqu’elle entra dans la cave remplie d’instrument de torture que les religieux avaient l’habitude d’utiliser pour punir les infidèles et les païens.

Un petit garçon en pleur, aux cheveux sombres, portant des lentilles noires, se trouvait dénudé et à genoux devant une statue représentant le Christ. Il y avait des marques rouges sur son dos. L’enfant en sanglot peinait à respirer et à bouger. Il désirait se boucher les oreilles pour ne plus entendre les paroles sacrées de son père, mais ce dernier lui avait lié ses mains derrière son dos avec du ruban adhésif.

Le mari d’Abigail, Charles, était derrière le blessé, tenant un chat à neuf queue - l’instrument de torture, pas l’animal à qui on aurait rajouté huit queues pour faire jolie. Il était furieux que sa femme l’interrompît pendant qu’il châtiait son fils adoptif. Il la regardait avec mépris lorsque la femme se précipita vers le môme pour l’apaiser avec une étreinte chaleureuse. Puis, elle se tourna vers l’homme à qui elle avait juré fidélité jusqu’à ce que la mort les sépare.

- Chérie… Pourquoi torture-tu notre propre fils ?!

- Aby, ouvre les yeux ! ragea Charles. C’est l’enfant de Satan ! Il faut purifier son esprit ! Il refuse d’aller à l’Eglise et d’écouter la parole de Notre Seigneur ! Que Dieu entende nos prières !

L’enfant tremblait encore plus dans les bras de sa mère d’adoption. Celle-ci le serra encore plus fort dans ses bras, regardant son mari avec un regard rempli de reproche.

- Charles, ce n’est qu’un enfant ! A son âge, les jeunes de nos jours ne sont pas intéressés par les préceptes religieux ! Tu ne peux pas le traiter de fils de démon à cause de ses caprices !

- Le monde d’aujourd’hui est corrompu par le diable ! C’est mon devoir en tant que père de protéger mon fils contre les dangers du monde extérieur ! Il doit pouvoir se défendre !

Abigail laissa échapper un soupire de consternation et se tourna vers l’enfant.

- Allez, viens mon cœur, on va aller s’habiller, d’accord ? le rassura-t-elle en le couvrant avec son gilet.

Le petit garçon se calmait un peu et acquiesça de la tête. Il se laissa porter par sa mère et tous deux montèrent des étages jusqu’à ce qu’ils arrivent à la chambre du petit.

Retour au Présent - Los Angeles - Cabinet de L. Summers

- On est monté dans ma chambre et je me suis calmée en écoutant la mélodie de la montre à gousset, raconta Vincent dans le cabinet de la psychologue.

- Pourquoi vous a-t-il torturé ce jour-là ? Il y avait une raison particulière ?

- Mon père n’était pas un si bon chrétien qu’il ne le prétendait. Ce jour-là, je l’ai surpris coucher avec la femme de son frère. Il ne faisait que rejeter ses pêchés sur moi et je devais subir ses châtiments à sa place. Il était trop sensible à la douleur… Rien que le fait de se cogner le pied contre un meuble suffisait à le faire pleurer.

La psychologue le regarda d’un air choqué, buvant encore une fois un verre d’eau.

- Avez-vous révéler à votre mère que votre père la trompait ?

- Non, non, j’avais trop peur des conséquences. J’étais peut-être un gosse terrorisé par les pratiques extrêmes de son père d’adoption, mais je n’étais pas con. Si je révélais tout à ma mère, ils se seraient disputés puis divorcé. Et pendant ce processus, mon père m’aurait fait voir de toutes les couleurs car il aurait compris que j’avais vendu la mèche. Vous savez, la flagellation n’était pas la pire punition que j’ai subi durant mon enfance. Je ne vous ais pas parlé de la Roue de la Catherine, ou encore le Berceau de Juda. Ne vous inquiétez pas, son but n’était pas de me tuer, donc j’avais au moins une corde qui me tenait par les bras.

Le déroulement de cette conversation mettait la jeune femme de plus en plus mal à l’aise. Rien qu’imaginer la scène lui donner envie d’aller vomir.

- Donc, si je comprends bien, votre père adoptif était une source de terreur pour vous à cause de ces tortures et de son éducation chrétienne très strict, résuma-t-elle. Quant est-il de votre mère ? Etait-elle une source de douceur ?

Vincent éclata de rire, faisant sursauter son interlocutrice.

- Non, du tout. Elle piquait des crises quand je ne faisais pas correctement mes devoirs ou quand je refusais de réciter des… prières. Elle était une surdouée en plus d’être perfectionniste… Je me rappelle qu’une fois, on est allé manger au restaurant. J’avais vu cette dernière part de gâteau au chocolat qui restait dans la vitrine et donc j’avais demandé à ma mère d’en avoir. Elle avait accepté à condition que je réussisse à trouver le nombre de chapeau qu’il y a dans le restaurant. Ce genre d’exercice pour développer mon sens d’analyse était mon quotidien. Si j’échouais, alors j’étais privé de dessert, de jouer, etc.

- Donc c’est grâce à elle que votre sens de déduction est plus élevé que d’autre ?

- Elle disait que c’était pour mon bien. Que c’était pour me protéger. Que si je parvenais à remarquer tous les détails de mon environnement, j’aurai toujours un coup d’avance pour pouvoir me défendre. Elle n’aimait pas la violence, donc les tortures que mon père adoptif m’infligeait étaient l’une des causes de leurs disputes. Son aversion pour la brutalité lui a donc poussé à m’apprendre de me servir de ma tête. Que je devais observer ce qui m’entoure et non regarder. Elle m’avait éduqué comme ça depuis qu’elle m’avait adopté.

- Et votre palais mental ?

- Cela venait d’elle aussi. Le cerveau est comme un disque dur : la taille est limitée. Une fois remplie, pour garder une nouvelle information, il doit en oublier une autre qui lui semble le moins important. Franchement, il n’y a rien de bien difficile à apprendre la technique du Palais Mental, tout le monde peut le faire.

La psychologue nota sur son carnet ses observations avant de continuer :

- Racontez-moi ce qui est arrivé à vos parents.

- Ils sont morts, répondit tout simplement Vincent.Voyez-vous, ma mère est venue à l’orphelinat toute seule. L’assistante sociale lui a expliqué ma différence avec les autres enfants : mes yeux deviennent rouges la nuit, comme tous les démons. Pour le cacher, on me faisait porter des lentilles noires. Ma mère a caché ce détail à mon père de peur qu’il croit avoir le diable en personne dans sa maison. Mais, le jour de mon 11e anniversaire, pendant que mes parents dormaient, je suis allé discrètement dans la cuisine sans lentille de contact. J’étais tellement effrayé à l’idée de me faire choper par mes parents que, lorsque j’ai entendu un hibou ululé, j’ai sursauté et tomba des escaliers. Mes vieux se sont réveillés et mon père a vu mes yeux rouges. Son regard n’avait jamais été autant remplie de haine…

- Que s’est-il passé ensuite ? demanda la savante en psychologie, l’écoutant attentivement en buvant de l’eau.

- Il m’a enfermé dans la cave et a fait venir un de ses potes exorcistes. En attendant son arrivé, il avait battu ma mère pour lui avoir caché la vérité sur mes yeux. Je pouvais entendre ses hurlements de douleur. Et ce qui s’était passé ensuite était très ironique, compte tenu du vœu que j’avais fait en soufflant les bougies ce soir-là.

- Quel était ce vœu ?

- La mort de mes parents, justement. Je ne pouvais plus supporter leurs délires de religion, leurs prières… Enfin toutes ces conneries. Leur maison n’était qu’une prison, pour moi. Et je désirais qu’une chose : être libre. Et ce soir-là, mon vœu s’est réalisé. Pour ne pas donner de détail, mais l’exorciste tentait de me « soigner » sous l’œil attentif de mon père. Un moment donné, on a entendu les cris de ma mère. Ensuite, un enfant d’à peu près mon âge apparut en haut de la cave. C’était tout ce dont je me rappelle, car à cause de la séance d’exorcisme, je m’étais évanouis. A mon réveil, tout le monde était mort et l’enfant avait disparu. Et pour ne pas vous choquer d’avantage, je préfère m’abstenir à vous décrire la scène.

- Oui, oui, vaut mieux…

Encore une fois, vu qu’il s’agit d’une séance entre un psy et un patient, elle compléta ses notes avec les nouvelles informations donnés par Vincent. Elle espérait sérieusement que la suite de son histoire soit plus joyeuse.

- Et donc, reprit-elle, qu’avez-vous fait ensuite ? C’est à ce moment là où vous avez vécu dans les rues de Détroit ?

- Oui. Vous savez, être livré à soi-même à l'âge de 11 ans à Détroit, c’était être jeté dans une jungle avec la même règle de la loi du plus fort. A cette époque, la seule chose qui comptait, pour moi était la survie. Durant 3 mois après la mort de mes parents, j’ai erré seul dans les rues de la ville. Je ne voulais pas être retrouvé par la police - qui était, et l’est encore d’ailleurs, inutile dans cette cité - car sinon je risquais d’être renvoyé à l’orphelinat et j’étais déjà traumatisé de ma famille d’adoption. Je préférais vivre comme un chien plutôt que revenir dans cette prison et revivre encore une fois le même cauchemar. J’ai rejoint une bande d’enfant et d’adolescent qui étaient dans la même galère que moi. Certains étaient tout simplement abandonné par leur parent. D’autres les avaient fuis. On se serrait les coudes en partageant le peu de nourriture que nous trouvions.

- Vous vous êtes donc fait des amis ?

- Non, je n’éprouvais aucune amitié, ni de fraternité, envers les membres de ce groupe. Si je faisais preuve de solidarité, c’était surtout parce que j’avais besoin d’eux. Rien de plus.

- En êtes-vous sûr ? Pourtant, Scarlett m’a dit que c’est à cet époque que vous vous êtes rencontrés. Avec sa grande soeur, Rose. (Image). C’est d’ailleurs elle qui vous a donné ce nom : Vincent.

-

La psychologue nota le silence et le froncement des sourcils de son client. Scarlett lui avait prévenu qu’il s’agissait d’un sujet sensible. Bien plus sensible que celui des parents adoptifs.
Vincent, quant à lui, se remémora de sa rencontre avec Rose. Il n’oubliera jamais la longue chevelure rousse qu’elle possédait étant enfant. Lorsqu’elle apprit pour le Palais Mental du petit garçon, le jour où il se confia à elle, Rose lui suggéra de l’utiliser à bon escient. Même de continuer ses exercices d’observation, sans trop se mettre de pression. C’était grâce à elle que Vincent était devenu l’homme qu’il était.

- Il me semble que vous avez rejoint un cirque, non ? demanda son interlocutrice afin de briser le silence. [/color]

- Scarlett vous en a trop dit, le remarqua Vincent. C’était lorsque j’avais  13 ans. Pour vous corriger, on n’a pas rejoint le cirque : nous avons été kidnappé. Les gérants de cette troupe avait entendu dire qu’on pratiquait le Parkour, l’art du déplacement. Le plus âgé d’entre nous nous l’avait appris pour qu’on puisse mieux fuir les autorités et les malfrats. Comme nous étions des enfants de la rue, personne n’irait se soucier de notre enlèvement. D’ailleurs, c’est dans ce cirque que j’ai rencontré Célestin.

- Célestin ? Qui est Célestin ?

- Un triton étant retenu en captivité par le cirique à l’époque. C’était le premier sirène male que j’ai rencontré. Rose s’entendait bien avec lui. Moi, je supportais sa présence. Bref, le Monsieur Loyal du Cirque nous a tous donné un nouveau nom, histoire que l’on oublie qui on était pour devenir de nouvelles personnes. Pour ma part, c’était Neal. Ensuite, on nous a aussi enseigné d’autres disciplines pour ne pas se retrouver avec une quinzaine de gosse sachant faire la même chose. Moi, on m’a enseigné le Lancer de Couteau et le Domptage des animaux, le deuxième étant pour un remplacement au cas où le dompteur se fasse manger par les tigres ou les lions.
Quelques semaines plus tard, j’ai failli me faire manger par un ours qui ne m’obéissait pas. C’est à ce moment là que j’ai utilisé mon pouvoir pour la première fois. Evidemment, je ne le contrôlais pas encore.


FLASHBACK - Au Cirque - Vincent alias Neal a 13 ans

Le soir, Monsieur Loyal m’avait convoqué dans sa tente pour me parler de ce qui s’était passé avec l’ours. J’avoue avoir redoutait de ce qui allait m’arriver. Allais-je devenir une bête de foire comme Célestin ?

Habillé de sa tenue de cirque, Neal entra dans la prestigieuse tente de Monsieur Loyal. Ce dernier était assis derrière son bureau et arrêta de prendre des notes lorsqu’il remarqua la présence de l’adolescence.

-  Tiens, Neal ! Assis-toi donc mon garçon.

Le ventre noué, Neal obéit en essayant de paraître calme.

-  N’aie crainte, mon cher Neal, rassura l’adulte.  Il ne t’arrivera rien de mal. Je sais ce qui s’est passé, tout à l’heure. Je savais dès le début que tu étais quelqu’un de spécial grâce à tes dons d’observation et de déduction plus élevé que les enfants de ton âge et ton Palais Mental. Mais de là à ce que tu repousse par magie un ours de 2 mètres, je te tire mon chapeau !

- Je ne sais pas comment j’ai pu le faire, monsieur, répondit Neal d’un ton respectueux.

-  Evidemment, évidemment ! Tu ne sais pas tout de ce monde, tu es trop jeune pour ça. Et encore, tu n’es pas le seul : pratiquement la planète entière ne sait pas encore tout, sauf quelques rares élus.

- Que voulez-vous dire ?

Monsieur Loyal se pencha vers lui.

-  Vois-tu, Neal, nous ne sommes pas seul dans cet univers. Il existe encore plusieurs mondes où la magie existe grâce à des particules magiques qui débordent dans l’air. Malheureusement, sur Terre, il y en a peu, vraiment très peu. Rare sont ceux qui possèdent la magie ici, dans ce monde.

- Insinuez vous, monsieur, que je suis un des rares humains nés sur Terre possédant de la magie ?

Monsieur Loyal se mit à rire comme un fou, ce qui étonna Neal.

-  Voyons, Neal. Tu n’as rien d’humain. Ne me croit pas stupide, je sais que tu portes des lentilles noirs.

Neal s’inquiéta. Déjà parce que son patron avait remarqué ses lentilles, ensuite parce qu’il lui avait dit qu’il n’avait rien d’humain. Monsieur Loyal comprit l’ignorance du jeune homme prépubère.

-  Neal. Je veux que tu enlèves tes lentilles, lui ordonna l’homme en s’adossant sur sa chaise.

L’adolescent comprit vite que Monsieur Loyal savait de quoi s’attendre. En fait, ce dernier était même celui qui pourrait lui donner les réponses à toutes ses questions. Neal retira donc ses lentilles noires, laissant à la vue de tous ses yeux devenus écarlates. Monsieur Loyal sourit.

-  Tu n’aimes pas qu’on te parle de religion, n’est-ce pas ?

- Si vous savez quelque chose à mon sujet, arrêtez de faire durer le mystère et dites-le, répondit froidement Neal.

-  Allons donc, ne soit pas si impatient. Et gardes ton sang froid, tu risquerais de perdre à nouveau le contrôle de tes pouvoirs. Je vais tout te révéler, Neal. Toute la vérité sur ce qui se passe réellement dans ce monde, et dans les autres. Et surtout, sur ce que tu es.

Il posa sa tête sur sa main, le coude prenant appuie sur le bureau.

-  Neal, tes yeux ne deviennent écarlates que la nuit, n’est-ce pas ? Et tu ne supportes pas que la religion soit le sujet principal d’une conversation. Tu ne peux même pas entrer dans un lieu religieux. C’est naturellement impossible. Tu n’es pas le seul dans ce cas là. En réalité, Neal, tu es un démon. Pas le genre de démon que l’on raconte dans les textes religieux, mais un être humanoïdes étant immunisé contre toute religion.

Monsieur Loyal prit son temps pour raconter l’histoire des autres mondes et, surtout, de la Congrégation et du Conseil. Plus il en parlait, plus Neal avait l’impression qu’il parlait d’une histoire sortie d’un bouquin. S’il n’avait pas utilisé sa magie et s’il n’avait pas ce soucie avec ses yeux, il ne l’aurait pas cru. Quelle ironie… Son défunt père adoptif disait de lui qu’il était possédé par les démons… Qui aurait pu croire qu’il EST un démon. Tout s’expliquait, à présent…
Une fois qu’il ait tout dit ce qu’il y avait à dire, Monsieur Loyal se leva.

-  A partir de demain, Neal, je t’apprendrai à mieux maîtriser tes pouvoirs et à mieux te défendre. Comme je te l’ai dis, des Anges pourraient s’en prendre à toi à cause de tes origines. Ah oui et évite de dire tout ce que j’ai dis sur la Congrégation, le Conseil et, surtout, ta race aux autres enfants. Ca sera notre petit secret.

- D’accord…

-  Bien. Maintenant, va te reposer. Tu dois être fatigué après une dure journée et demain sera encore pire.

Retour au Présent - Los Angeles - Cabinet de L. Summers

- Ce Monsieur Loyal vous a donc enseigné à maîtriser vos pouvoirs ? demanda la psychologue.

- Oui, il avait étudié à l’Académie durant son enfance, avec les autres membres de la troupe, expliqua Vincent. Il m’apprit à mieux utiliser et à développer mes ressources.

- Et Rose et Scarlett ? Étaient-elles au courant ?

- Au début, non. Déjà, elles étaient étonnées de me voir sans lentille. Puis, le temps a passé et elles ont toutes les deux développées leur pouvoir et découverts leur race. Elles sont des anges. Mes ennemis naturels. Mais, comme nous avions vécu ensemble et que je me fichais bien du conflit “ange et démon”, je continuais de rester en bon terme avec elles.

- Avaient-elles eu le droit à des cours particuliers elles aussi ?

- Non. Elles ont découvert leur pouvoir quand j’avais 18 ans. Des gars de la Congrégation sont venus nous chercher pour nous emmener à l’Académie.

- Qu’est-il arrivé à la troupe du cirque et Célestin ?

- Mieux vaut ne pas en parler. Bref, à mon arrivé à l’Académie, je m’étais déjà démarqué des autres étudiants. D’abord, parce que je ne possédais pas de familier, vu que je n’ai jamais eu de souvenirs heureux.

- Pas même maintenant ?

- Non. Je ne vis que pour mon travail maintenant, et ça me suffit. Bref, j’avais déjà une grande avance sur mes camarades grâce aux enseignements de Monsieur Loyal. Sauf que l’Académie m’a donné plus de détail et de précision sur certaine chose, comme l’histoire de Kalerya, des autres mondes, etc. J’ai aussi développé mon propre style de combat et ma magie, tout ça jusqu’à 20 ans. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai rejoint la Congrégation avec Rose. Scarlett avait décidé de retourner vivre sur Terre pour vivre une vie normale. Sauf qu’elle a menti. En réalité, elle voulait en savoir plus sur ses parents, donc elle a enquêté.

- Comment savez vous qu’elle mentait ?

- Elle se forçait de sourire devant Rose, c’était un de ses tocs.

- Ok, donc vous et Rose aviez rejoint la Congrégation. Si je me fie à ce que m’a dit Scarlett et à votre dossier, vous étiez Chef de Division. De quelle Division était-ce ?

- La 10e. J’ai réussi à faire mes preuves avec le temps au point d’obtenir cette promotion. Rose était en quelque sorte mon bras droit…

- Vous sortiez ensemble, n’est-ce pas ?

-Oui…

- Vous aviez dit que vous n’avez aucun souvenir heureux maintenant. Pourtant, avec Rose, vous avez connu l’amour. Comment vous pouvez expliquer ça ?

- Franchement, je ne veux pas parler de Rose. Tout ce qui me lie à elle, tous les souvenirs que j’ai avec elle … ne me font que me rappeler que je l’ai perdu et qu’elle ne reviendra pas.

- Rose semble être la seule personne avec qui vous vous êtes attachés, avec qui vous avez tissé un lien. Un lien très fort. Qu’avait-elle de si spécial à vos yeux ?

Vincent ne voulait pas répondre. En fait, il ne le pouvait pas car c’était bien l’une des choses qu’il ne pouvait expliquer. Seul les souvenirs défilaient dans ses yeux. Sa première leçon de piano que Rose lui avait offert pour Noel - cette dernière l’ayant appris à l’Académie - et avait en plus chanté une chanson pour lui, le gâteau qu’elle lui a fait le jour de sa promotion… et le soir où, dans une salle magnifique, toute teintée de bleue, le sol tellement brillant qu’il reflétait ceux qui y mettaient les pieds… Vincent et Rose avaient profité d’un moment de solitude pour danser une valls. C’était après une mission. Le jeune homme ne s’était jamais senti connecté avec quelqu’un. Il ne s’était jamais senti aussi proche… Et pourtant… Il l’a…

- Vincent ?

Notre protagoniste reprit ses esprits.

- Je ne sais pas, je l’aimais, c’est tout.

- C’est tout ? Rien de plus ?

- Rien de plus.

La psychologue reprit, de nouveau, des notes en laissant un moment de silence. Puis, elle reprit :

- Vincent, Scarlett m’a dit que vous êtes traumatisé par la mort de Rose. Pouvez-vous me dire comment elle est morte ? Cela pourrait peut-être vous aider à extérioriser votre peine.

Le jeune homme regarda son interlocutrice, agacé par ses questions. Il regarda l’heure sur l’horloge se trouvant accroché au mur. La séance allait bientôt se finir. Autant tuer le temps en racontant la version officielle. Il poussa un soupire avant de reprendre :

- Au cours de nos années passés à l’Académie, nous avons rencontré un autre ange, Arthur. Il s’avérait être un cousin germain de Rose. On l’a appris au cours d’une mission, lorsqu’on était des Kaviniath confirmés. Ils faisaient tous les deux partis d’une famille de chasseur de démon. Apparemment, la mère de Rose l’avait abandonné avec Scarlett parce qu’elles étaient les filles d’un humain. Des filles illégitimes pour leur famille. Bref, ça ne lui a pas plu de voir sa cousine en couple avec un démon. Donc, un jour, dans sa folie, il a tué Rose.

- Il l’a tué juste pour cette raison ?!

- Oui. “Si elle ne peut être à moi, alors elle n’appartiendra à personne d’autre”, disait-il.

- Vous étiez là quand-

- Oui. Je n’ai rien pu faire. En tant qu’amant et supérieur hiérarchique, j’ai failli à mes devoirs. D’autant plus qu’Arthur a réussi à s’enfuir. Je ne méritais plus mon titre de Chef de Division, alors j’ai donné ma démission. Je suis retourné sur Terre pour retrouver Scarlett ici, à Los Angeles. Elle méritait de savoir ce qui est arrivé à Rose. J’ai en même temps constaté qu’elle a sympathisé avec le gérant du Drink your Dreams au point de travailler pour lui et de vivre dans l’immeuble. Malheureusement, le vieux fut assassiné. La police étant incapable de résoudre l’enquête, je l’ai mené moi-même.

- Votre première affaire.

- Oui. Après l’avoir résolu, Scarlett a trouvé le testament du vieux. Il lui avait légué toute sa fortune et le bar, ainsi que son pavillon. Il la considérait comme sa fille, vu qu’il n’avait pas de famille.

- C’est donc ainsi que vous êtes devenus à la fois détective privé et gérant d’un bar durant ces deux dernières années.

- Les affaires tournent à merveille. Scarlett m’a demandé d’être le co-gérant du bar. J’ai accepté à condition d’y mettre mon cabinet de détective.

- Je vois…

Soudain, la sonnerie du téléphone de la psychologue retentit. Il était l’heure. La séance était terminée. Vincent se leva précipitamment, hâte de quitter cette pièce étouffante.

- A une prochaine fois ! lui cria sa confidente.

- Ouais, si les Banshees n’ont pas capturé les sirènes de ton genre, marmonna le jeune homme sous sa barbe.

Une fois dans la rue, il se laissa noyer dans l’air frais, se remémorant encore une fois du moment où il avait dansé avec Rose. Il se rappela de ce moment intime qu’il avait partagé à ce moment là. Le jeune couple avait commencé à valser pied à terre, pour ensuite sortir leurs ailes et s’envoler pour continuer leur danse romantique. Et de finalement conclure par un tendre baiser.

Mais plus personne ne pouvait remplacer Rose. Vincent ne pourrait plus jamais être heureux. Cependant, il ne se sentait pas non plus malheureux. Tout ce qui comptait pour lui, c’était de résoudre des enquêtes. Rien de plus. Et puis… Personne ne pouvait comprendre la douleur qu’il endurait. Car celui qui a tué Rose, ce n’était pas Arthur - bien qu’il en soit aussi responsable - … c’était Vincent lui-même. Et ça, personne ne le sait..






Informations Supplémentaires

Votre surnom
Appelez moi Vincent o/

Votre âge
21 ans

Qui est sur ton avatar ?
Okumura Rin de Ao no Exorcist

La catégorie de ta magie
Magie de Création

Nom de ta magie
Ton nom > Magic Barrier

Accès à la zone H/Y/Y
Je suis majeure, non ?

Code de validation
Lulu Valide ♥




Dialogue : #0066FF

Spoiler:
 



Dernière édition par Vincent N. Hawke le Lun 26 Déc - 2:38, édité 33 fois
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2700
Kinahs :
702668
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
12/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Lun 5 Déc - 15:32
Haw, personne n'a posté ici ! Pas même moi :depressed:
Bonjour et bienvenue chez nous o/ pour la centième fois.
Bon courage pour ta fiche. Penses à Uper pour signaler sa finition !
✽ Ange et démon ✽▼
✽ Ange et démon ✽
avatar
pic-profil
Messages :
90
Kinahs :
107541
Age :
22
Date de naissance :
30/08/1995
Date d'inscription :
27/11/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t502-vincent-hawke-a-votre-service-ou-pas#2755 http://www.kalerya-entre-monde.com/t684-les-aptitudes-de-vincentime#4139 http://www.kalerya-entre-monde.com/t686-les-dossiers-d-un-detective#4149 http://www.kalerya-entre-monde.com/t696-mon-depotoire http://www.kalerya-entre-monde.com/t779-l-agenda-d-un-detective http://www.kalerya-entre-monde.com/t724-carnet-de-vincent

Jeu 22 Déc - 0:34
Hey ^^ Je viens prévenir que mon histoire est finie...

...

...

Mais pas ma fiche o/ De toute façon je dois encore relire et corriger l'histoire et changer un peu la manière dont j'explique la fin car je trouve que ça fait bâclé x)

Bref, je ne post pas pour dire ça. En fait je suis en formation depuis 2 semaines et vous imaginez que le soir, quand je suis chez moi à 19h, bah j'ai juste envie de me reposer. Et le Week End est aussi chaud car parfois je reçois de la famille à la maison, ou je vais faire les courses... Enfin, je ne vais pas vous raconter toute ma vie ^^
Je préviens ici plutôt que sur la CB (ou dans les absences mais ce n'est pas vraiment une absence selon moi, juste une baisse de régime) pour dire que je vais mettre du temps à finir ma fiche. J’essaierai de l'avancer doucement mais sûrement (ma formation durant 3 mois, je ne vais pas la laisser de côté durant ce laps de temps).


Dialogue : #0066FF

Spoiler:
 

❖ Dragon du feu - Banshee ❖
❖ Dragon du feu - Banshee ❖
avatar
pic-profil
Messages :
845
Kinahs :
118333
Age :
25
Date de naissance :
01/07/1992
Date d'inscription :
09/10/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t116-siriel-k-vineldyl http://www.kalerya-entre-monde.com/t379-siriel-k-vineldyl-f-t http://www.kalerya-entre-monde.com/t384-siriel-k-vineldyl-ses-petits-tresor http://www.kalerya-entre-monde.com/t382-siriel-k-vineldyl-le-fil-rouge-de-sa-vie http://www.kalerya-entre-monde.com/t383-siriel-k-vineldyl-des-noeud-sur-le-fil#2021

Jeu 22 Déc - 12:29
C'est gentil de prévenir Vincent.
Nous prénom ton info en compte si tu as besoin d'un délais n'hésites pas à le demander.


   
✽ Ange et démon ✽▼
✽ Ange et démon ✽
avatar
pic-profil
Messages :
90
Kinahs :
107541
Age :
22
Date de naissance :
30/08/1995
Date d'inscription :
27/11/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t502-vincent-hawke-a-votre-service-ou-pas#2755 http://www.kalerya-entre-monde.com/t684-les-aptitudes-de-vincentime#4139 http://www.kalerya-entre-monde.com/t686-les-dossiers-d-un-detective#4149 http://www.kalerya-entre-monde.com/t696-mon-depotoire http://www.kalerya-entre-monde.com/t779-l-agenda-d-un-detective http://www.kalerya-entre-monde.com/t724-carnet-de-vincent

Lun 26 Déc - 0:22
Voilà, ce fut long mais je peux dire que j'ai enfin fini ma fiche :D Enjoy o/


Dialogue : #0066FF

Spoiler:
 

❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2700
Kinahs :
702668
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
12/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Lun 26 Déc - 4:15
Coucou chaton, je m'occupe de ta validation d'ici quelques minutes (le temps de manger un bout, de lire ta fiche, tout ça tout ça. ♥)
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2700
Kinahs :
702668
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
12/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Lun 26 Déc - 5:19
VINCENT N. HAWKE

➜ Orthographe :
2 / 2
➜ Vocabulaire :
2 / 2
➜ Conjugaison :
2 / 2
➜ Qualité :
3.5 / 4
➜ Originalité :
 1.5 / 2
➜ Respect de la langue française :
 2 / 2
➜ Note perso :
 2 / 2
➜ Bonus longueur du texte :
4 / 4

➜ Niveau
19
➜ Niveau bonus
2  
➜ Niveau total
21

➜ Point techniques
21
➜ P.Ts bonus
2  
➜ P.Ts total
23

➜ Points de caractéristiques
105
➜ P.Cs bonus
10  
➜ P.Cs total
115

➜ Kinahs
***  

➜ VINCENT N. HAWKE
est validé en tant que membre des bariath avec un niveau 21, 23 points techniques , 115 points de caractéristiques à répartir sur sa fiche technique dans les statistiques et un total de 10 000

J'aime beaucoup ta fiche, je trouve cela triste néanmoins, de voir Rin, avec un mental pareil :depressed:

Avant de te donner les accès au forum, je voudrais qu'on parle de ta magie. Tu entends quoi, par matérialiser des armes ?

pic-profil

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1