PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Toi, tu n'es qu'un monstre - Loreina Hitsune.
● Démon - Goule ●▼
● Démon - Goule ●
avatar
pic-profil
Messages :
14
Kinahs :
8007
Age :
25
Date de naissance :
01/07/1992
Date d'inscription :
30/07/2017
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Dim 30 Juil - 13:59
LOREINA HITSUNE
Crépuscule & Pêché de l'envie




Informations générales

HISTUNE
LOREINA
18 ANS
VANERZAM (CALIFORNIE)
FEMININ
55 KG
1M75
PANSEXUELLE
DEMON/GOULE
CHIEN SAUVAGE




Informations psychologiques

Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


Tu n'as pas beaucoup de hobbys ma grande, tu vagabondes sur les routes, espérant trouver quelque chose d'intéressant à faire. En soit tu aimes prendre un bain, passer des moments tranquille,
lire. Rien de plus, rien de moins.

Quand à ta phobie, elle est ridicule. Tu as le syndrome du croc-mitaine. Tu as peur de toi même, de se que tu pourrais devenir si le contrôle de ta magie t'échappe. une bête, un montre. Tu es maudite petite mangeuse de chaire humaine.
Qualité :Energique, droite, fidèle, sincère, protectrice, acharnée, fière, intelligente, tacticienne, gourmande, autodidacte, instinctive
Défaut : Jalouse, possessive, menteuse, sadique, sauvage, têtue, butée, colérique, orgueilleuse

le pire dans tout ça ? Surement le fait que tu n'as aucun tact.




Magie et arme

Magie
Arme


Nom de votre magie : STASIS
Loreina, tu en es la gardienne n’est-ce pas ? Mais la gardienne de quoi ?
D’une magie antique liée aux ténèbres, aux particules de magie négative que l’on ne trouve pas dans ce monde. Tu es la gardienne, celle qui enferme et protège cette énergie antique. Tu es née pour servir le Stasis et pourtant, tu considères ça comme une prison. Cette créature vivant dans ton monde intérieur.

Ta magie, ton mentor l’a nommé “Stasis”. Reflet de la manipulation des particules noires. C’est une magie un peu spéciale puisqu’elle te permet d’utiliser une énergie négative née des ressentiments, une énergie noire, prétentieuse, scandaleuse..

Le plus intéressant dans cette magie, ce sont sûrement les malédictions que tu peux lancer avec cette magie. Pour ce faire, il suffit que tu en aies défini les règles. Puis que tu touches la personne. À ce moment-là, il se retrouvera paré d’un tatouage maudit imprégner d'énergie noire. Bonus ou Malus ce tatouage a toujours une signification. Mais attention Loreina chaque malédiction à un prix que ce soit pour toi (si elle est négative) ou pour la personne qui l’a reçu (si elle est positive).

Cette magie te dévore n’est-ce pas ? Petit à petit, tu perds pied, tu n’arrives plus vraiment à séparer rêve et réalité. Bien et mal. Il inflige une grande douleur à ton âme, torturant cette dernière sur ces choix.
Plus que tout, cette magie dévore ta vie à petit feu. Elle se nourrit de tes émotions négatives pour grandir et faire de toi sa marionnette.
Tu es sa gardienne, son geôlier, elle t’aidera si tu ne vacilles pas, mais n’oublie pas, ce que veut véritablement la bête, c’est sortir.
Un glaive basic.




Description mentale

Loreina, tu es cette femme qui contrôle tout dans sa vie et rien en elle-même. Tu es cette chose qui perd si souvent le contrôle, cette bête qui ne demande qu’à sortir.

Tu as en toi cette colère sourde qui dévore ton âme, cette sombre part de toi qui tu tentes de faire taire au possible. Tu as cet instinct sourd qui ne demande qu’à exploser et pourtant, tu restes calme. Tu endors tes propres pulsions pour ton bien, mais surtout pour celui des autres.
Ma petite démone, tu es peut-être un peu apathique, ou psychopathe, c’est à voir.

Pourtant en soit, tu n’es pas méchante. Tu as cette douceur évidente qui se lit dans le fond de ton regard. Cette gentillesse que l’on peut voir sur ton visage. Tu n’es pas sans cœur Loreina. Tu as des qualités, car malgré tes soucis et tes traits raciaux tu n’en reste pas moins quelqu’un de doux et de prévenant. Tu ne joues pas avec les gens.
Peut-être, es-tu un peu trop franche, tu n’as pas la langue dans ta poche et ça t’a apporté plus d’un problème dans ta vie.
On ne pourra, cependant, jamais te retirer cette fidélité inconditionnelle.

Malgré ses qualités, tu as également des défauts. Tu es féroce, quelque peu sadique. Tu mens comme tu respires et tu joues la comédie comme pas deux. Plus que tout, tu es jalouse et possessive. Légèrement colérique et impulsive.
D’une intelligence rare, mais biaisée par un côté sauvage et malsain que tu ne peux refouler.

C’est difficile de te décrire, de te définir ma puce, tu es tel que tu es, une bête à forme humaine, un être rongé par la corruption, par la noirceur de son âme.



Description physique

Ô beauté fatale, que fais-tu au crépuscule. Pourquoi donc flétrie tu a cette vitesse. Tu te fanes à vitesse grand V pourtant, tu es encore dans la fleur de l’âge. Douce et ténébreuse. Empoisonnée.

Tu as sur le visage cet air de femme mature qui en a déjà trop vue. Ce regard de glace qui juge tout le monde sans bienveillance. Tu as cet air sauvage qui prouve que tu n’es pas une enfant de cœur. Mon ange déchu.
Ta peau est blanche, douce et lisse, on n’aperçoit pas encore une seule ride. Tu es peut-être un peu livide, un peu pâle, mais pas assez pour paraître morte.
Ton visage est ovale, légèrement dur. Accompagné par des lèvres fines, un nez droit et légèrement retroussée. Il est orné de magnifiques yeux d’un doré profond. Significatif de la race à laquelle tu appartiens, la race de ta mère. Les démons
Le tout est encadré par une chevelure à la longueur démesurée dont tu ne t’occupes jamais si ce ne sont les soins de bases : lavage, brossage, coiffage. Rien de plus, tu n’es pas une poupée. La couleur noire corbeau qui l’accompagne est profonde comme les abysses.

On peut voir la finesse et le galbe de tes jambes, remonter le long de ton corps pour suivre des formes pulpeuses et développées. Tu as un corps de rêve, des épaules fines et droites, un ventre plat, musclé.
Ton corps est sec comme le fond de ton âme, mais ta peau est si douce.

Lorsque l’on s’attarde sur ton physique, il est possible de voir des taches noires sur ton corps, symbole de la pourriture de ton âme, de la corruption qui dévore ton corps. Ses tâches rendent ta peau rêche et dure, comme une croûte douloureuse que l’on ne pourra jamais retirer.
Alors tu caches ses hématomes sous des bandages, espérant qu’un jour, ils n’atteignent pas ton visage. Tu as peur ma belle, mais n’es-tu pas une bête au fond de toi ?

Passons. Tes goûts vestimentaires sont plutôt simples et désordonnés. Tu n’as pas d’envie particulière. Des vêtements sont des vêtements, neuf ou déchirés ça n’a aucune importance.



Racontez-nous votre histoire


Chapitre 0 - Ce moment où ils se sont perdus dans les bras de Morphée.


Pour connaître ton histoire, mon ange, il faut revenir à avant ta naissance. Il faut se rendre sur Vanerzame, en Amérique du Nord. Côte ouest en Californie. Encore plus précisément ? Vous êtes demandeur tout de même.
Très bien, je vais vous donnez le lieux précis : Las vegas. C’était le soir du nouvel an.

Comme d’habitude, ta mère portait d’une de ces éternelles robes longues mais fendues. Ce soir-là, elle accompagnait un client fortuné dans un casino. Il disait qu’elle lui porterait chance. Il a eu raison. Esmé avait la main chanceuse, mais seulement en matière de client. En même ta démone de mère était une belle femme, à n’en pas douter.
Grande, élancés, toujours propre et bien habillé, elle avait tout pour plaire. Et dieux seul sait qu’elle savait y faire. Charmeuse d’homme comme on charmerait des serpents, elle soufflait sur les dés, offrait des verres, accompagnait en soirée. Finissait toujours ses soirées plus gâtées que prévue et toujours en beauté.

Quoi ? Tu n’as pas encore compris qui était ta mère ? Roooh, voyons, tu es âge de le savoir maintenant. Ta mère était une escorte. Une prostituée jouant avec les hommes comme on pourrait le faire dans un cirque.
Mais nous nous égarons. Elle était donc en charmante compagnie, profitant des quelques verres de champagne qu’elle avait dans le sang pour proposer à son client un peu plus de mouvements.
Une valse horizontale dirons-nous. L’homme aux mœurs légères avait accepté, accompagnant la jeune femme jusqu’à la suite qu’il lui était réservé.

Tu as pu comprendre non ? Tu es l’objet d’un coup d’un soir mal protégé. Ce 0,01% que l’on pense ne jamais atteindre, celui qui ne viendra jamais.
T’es parents ce sont liés l’un à l’autre le temps d’une nuit. Et alors qu’Haru, la goule qui te sert de père biologique, prenait l’avion deux jours plus tard ta mère, elle reprenait le travail.

Elle a travaillé une semaine, puis deux, puis trois. Puis elle s’est sentie mal, d'abord confiante, elle se soignait pour une simple gastro. Mais les gastros ne durent pas un mois.
Elle s’est finalement décidé à passer un test de grossesse. Et contre toute attente, celui-ci était positif. Paniqué, elle a tenté de nier ce fait, laissant le petit être que tu étais grandir en elle. Pousser pour devenir une belle plante.
Son ventre commençait à grossir à vue d’œil l'empêchant de travailler. Elle t’a alors maudite, mais au fond ta mère t’aime quand même. Maintenant, tu le sais, tu t’en rends compte.

Esmé à fini par s’avouer sa bêtise. Elle t’aimait, je te l’ai dit, elle a longtemps pris soin de toi. Elle avait acheté tout ce qu’il fallait. Elle avait arrêté ces passes. Elle avait même commencé à changer de régime alimentaire pour être sûre que tout allait bien pour toi.
Elle a longtemps attendu t'a venu et quelle ne fut pas sa joie le jour de ta naissance.
Pourtant, tu as mis un peu de temps à arriver. Frileuse. Mais elle était heureuse de te tenir dans ses bras. Heureuse de voir en vie et surtout en bonne santé. Elle t’a nommée Loreina. Tu es née démon et goule, tu tien de ta mère, voilà une bonne nouvelle. Ou pas.

Chapitre 1 - Tu n’as pas eu une enfance comme les autres, mais tu en es fière.


Tu étais un bébé souriant, adorable. Tu pleurais peu mon ange, ma petite démone, il est dur de dire si tu as vraiment fait une seule bêtise et ce n’est pas ta mère qui nous dira le contraire. Ta mère... Qu’elle phénomène. Il était compliqué de savoir ce qui se tramait dans sa tête. Je sais simplement qu’elle a repris ses activités quand tu as atteint l’âge de trois ans. Une escort-girl avec un enfant ? C’était invraisemblable. Mais elle faisait ça pour toi. Elle t’aimait et t’aime encore, cherchant simplement ton bonheur. Esmé ne voulait pas que tu manques de quoi que ce soit.

Pourtant, tu n’as jamais vraiment vu et grandit avec ta mère. Toujours sous contrat, toujours par ci et par là, à droite ou encore à gauche. Ta mère n’était jamais présente. Elle préférait plutôt te déposer chez la voisine avant de partir, pour finalement revenir le lendemain, te donner un cadeau, passer une petite heure avoir toi avant de partir se coucher et de recommencer son manège à ton égard, encore et encore, et ce indéfiniment.

Ta grand-mère d’adoption, mamie cookie était une vieille femme dont la dépendance aux jeux d’argent était telle que l’on pourrait la comparer à une drogue, mais à côté de ce penchant, elle n’en restait pas moins une femme d’une grande douceur. Son nom ‘’cookie’’ était ton œuvre. Elle te faisait toujours des cookies quand tu venais chez elle. Elle était au courant de ton souci de nutrition, mais elle l’acceptait tant bien que mal.

Oh Loreina, on peut dire que c’est Cookie qui a prit soin de toi. Elle te faisait à manger. Elle jouait avec toi, elle te mettait au lit. Combien de fois t’es-tu endormi suite aux histoires qu’elle te racontait chaque soir. Des histoires qu’elle disait vrai. Des histoires de dieux, de sirène, de vampire, de dragon. Tu étais trop petite pour comprendre n’est-ce pas ? Pour toi, ils n’étaient que des contes pour enfants, ils n’étaient là que pour te divertir et te permettre de dormir plus sereinement.

Pourtant, malgré ton jeune âge, tu n’avais pas l’impression d’être comme les autres. Combien de fois avais-tu cru voir tes yeux devenirs rouge comme le sang ? Combien de fois avais-tu vu l’ombre de tes ailes de démon dans ton dos ? Tu pensais avoir rêvé à cet âge-là. Une petite fille à l’imagination aussi débordante que les histoires de ta grand-mère.

C’est même elle qui à ta emmené à l'école. Tu n’avais que cinq ans à ce moment-là. Elle était là à la rentrée dans sa vieille robe à fleurs. Ta mère ? Elle dormait sous prétexte d’une nuit difficile. D'abord timide, tu t’es intégrée avec difficulté. Tu n’avais pas forcément les mêmes centres d'intérêts que celles que tu pouvais considérer comme tes copines. Des poupées ? Tu en avais oui. La danse ? Mamie avait voulu que tu en fasses oui, mais autant les uns que les autres, les sujets n’avaient pas forcément d'intérêt à tes yeux.
Tu préférais les histoires, les animaux et les ballades en forêts et tu languissais chaque week-end, chaque moment où ta mère ne travaillait pas. Vous partiez alors toutes les trois pour des longues ballades en forêt. Tu pouvais alors être toi-même et en apprendre un peu plus sur ce qui te concernait. Tu te découvrais démone, tu apprenais à te libérer, à vivre avec ta condition. Tu étais bonne élève, tu avais des amis, tu étais spécial, loin d’être une humaine, tu étais comme ta mère : un démon. Tu devrais vivre avec ça, tu devrais te cacher.

Chapitre 2 - Tu sèches ? Tu n’aimes pas l’école ? Soit, parles-en à ton père.

Tu t’es découvert Démon, n’est-ce pas mon ange ? Et bien que tu connaisses maintenant ta situation, tu n’étais pas du genre à l'ébruiter partout. Non, tu n’allais pas voir chaque personne pour leur sortie : ‘’Bonjour, je suis un démon, t’es un humain, on joue ensemble ? ‘’ Non, ta mère t’avait bien élevé, Mamie Cookie, elle t’avait accepté tel que tu es. Elle ta même aidé à te contrôler, à prendre pleine possession de toi, pour qu’il n’y ai jamais de soucis, jamais de coup d’éclat. Que tu ne soit pas confronté à la dure réalité des choses. Au rejet des humains. Car oui. Tout le monde n’est pas comme Mamie Cookie.

Les années ont passé depuis n’est-ce pas Loreina. Tu as grandi, tu as pris un peu de plomb dans la tête. Ou pas.
Que c'est-il passé Loreina ? À quoi as-tu pensé pour en arriver à la conclusion suivante : celle d’arrêter l’école. Tu avais quel âge quand tu as commencé la seconde partie de ton premier cycle : le collège. Tu avais 10 ans… Une année d’avance. Tu t’ennuyais, tu passais ton temps à rêvasser.

Tu as commencé à te demander à quoi servirait l’école dans une ville pareille. Las Vegas. Le berceau du jeu et de l’oisiveté. Ce berceau qui te rappelait qu’allait à l’école n’était pas forcément obligé puisque que tu te destinais à un avenir peu radieux. Honnêtement ? Tu ne pourrais pas aller à la fac. Tu n’avais pas cette prétention, tu n’avais pas les fonds. Tu te destinais à un boulot comme celui de ta mère : pute. Ou alors serveuse dans un Dîner. Soit. Toi-même, tu n’avais pas de grandes ambitions. Médecin ? Avocate ? Professeur ? Jamais, ce serait inutile.

Pour palier à l’ennui, tu as préféré sécher les cours. Tu l’as fait une fois. Puis deux, puis trois. Tu venais le matin et pas l'après-midi. Tes notes étaient bonnes, mais les études n’étaient pas pour toi. Tu as préféré tout arrêter, graduellement, certes, mais tu as finalement fini par ne plus aller à l’école.
Tu passais plutôt ton temps dans une décharge loin de tout, tranquille, sans prise de tête, tu étais si jeune et déjà si rebelle dans ta vie.

Le plus drôle fut peut-être le jour où ta mère à tout découvert… Tu as dû recevoir la seule claque qu’elle te mettra dans toute sa vie. Oui… Tu as reçu une claque, tu as eu la joue rouge pendant plusieurs minutes.
Elle s’était ensuite excusée, mais toi, tu n’as retenu qu’une claque sonore. C’était-elle simplement arrêté sûr tes résultats excellent malgrés tes absences ? Avait-elle vu qu’au fond, tu t’ennuyais à mourir. Aujourd’hui encore, tu en doutes.
Suite à cet événement ta mère n’a pas souhaité que tu retournes à l’école. C’est mamie cookie qui faisait ton éducation à domicile. Seul moyen pour que tu restes à la maison.

Puis un jour, il y a eu un évènement qui changerait ta vie à tout jamais. Tu faisais de la pâtisserie avec ta mère. C’était nouveau. Exceptionnel. Puis la porte à sonné. Ta mère est allait ouvrir, elle est revenue avec un homme. Tu pensais à un client qui allait te voler le précieux moment que vous étiez en train de partager. Mais ce fut tout autre, il s’est présenté comme ton père.
Tu n’as pas vraiment compris sur le coup. Alors il t'a expliqué son histoire, sa rencontre avec ta mère… Le fait qu’il est souvent venu te voir quand tu étais enfant. Le fait qu’il envoyait de l’argent chaque mois pour que ta mère soit sûre que tu ne manques de rien.

Il a fait beaucoup de choses. Mais ce qui t'a vraiment conquise, c’est ce moment où il a mis un tablier et où vous avez fait de la pâtisserie, tous les trois, comme une vraie famille.

Chapitre 3 - Nouvelle Maison, nouvelle vie, une sœur et surtout : Akoda.

Ton père était quelqu’un d'incroyablement jeune, de mystérieux avec une certaine prestance. Tu étais, de prime abord, quelque peu sauvage, méfiante. Il est revenu plusieurs fois. Il s’est excusé de ne pas avoir toujours été là. Il t’a promis de toujours veiller sur toi à partir de ce jour.
Puis un jour, il t’a demandé de venir vivre avec lui. Pourquoi ? Car la vie sur Vanerzame devenait de plus en plus compliquée… Tu es une Goule Loreina, une Goule et un Démon, tu manges de la chair humaine, tu as des ailes de plume ronge sombre et noir en dégradées. Magnifique, mais que tu ne pourras jamais vivre comme tes amis. Combien de fois avais-tu dit ‘’je n’ai pas faim’, ‘’je ne peux pas’ à tes amis pour échapper à leurs invitations au Diner du coin. Beaucoup se demandaient si tu n’étais pas anorexique à cause de sa stature maigre et de ton absence de faim. Si seulement ils savaient…

Après de longues journées de discussion, tu as finalement cédé, tu as dit oui à ton père après une énième dispute avec tes amis… Pourquoi ? Car tu avais encore dû décliner une invitation à manger.
Tu es partie avant d’exploser, avant de dire à tes amis humains que ta seule source de nourriture était eux même… Ton père t’a arrêté quand il le fallait.
Tu as finalement remercié Mamie Cookie, puis ta mère, tu les as embrassé, câliné, puis tu as saisis la main d’Haru et tu es finalement partie pour un autre monde : Eclypteth.

Tu étais perdue, abasourdie par la beauté de ce nouveau monde. Ton père t’avait déjà expliqué qu’il existait plusieurs mondes, plusieurs espèces différentes, tu étais une hybride, mais une parmi tant d’autres. Toi qui pensais simplement être différente des autres de par ton soucis de régime alimentaire. Oh ta mère t’en avait parlé, mais comment faire comprendre à une enfant entourée d’humain qu’elle est une goule s'il n’y a personne autour d’elle pour lui montrer l’exemple ?
C’était difficile, mais tu es une fille forte et intelligente Loreina.

Haru, lui, prenait plaisir à t'emmener vers sa grande maison de famille. Te re-voilà animal sauvage, tu es impressionnée, tu es timide. Il te montre ta chambre, te fait faire le tour de la propriété, il te présente ta sœur… Oui, une sœur. Tu as d'abord été muette, tu t’es caché derrière ton père… Une sœur.
L’information mettrait du temps à se faire une place dans ta tête.

Tu as ainsi passé les premiers jours avec ton père, chez lui, chez vous. Tu t’es adapté. Ta mère vous a rendu visite. Tu as appris à connaître ta sœur. Tu as 4 ans de moins qu’elle, mais une harmonie à su naître. Vous avez des activités ensemble. Tu as pu visiter la ville, en apprendre plus sur les mondes.
Puis ton père t'a emmené sur son lieu de travail. Ce jour-là, il avait fait attention à tes vêtements, il avait demandé à ce que l’on te coupe les cheveux, jugé trop long. Il t'a emmené dans sa division, t'a présenté à son supérieur.
Plus que tout, il t’a emmené dans cette salle, au milieu de ce cercle. Tu as eu peur sur le coup, ce moment étant le véritable premier souvenir que tu as de ta découverte de la magie. Il t'a demandé de penser au souvenir le plus pur et le plus heureux que tu ne possèdes. Ton choix fut simple : le jour où tu as rencontré ton père, ce jour où toi et tes parents avez fait de la ‘’pâtisserie’’ ensemble. Ta première rencontre. De ton souvenir est né Akoda. Un chien primitif représentant de ton lien familial avec les Hitsune. Comme ton père, comme ta sœur, ton familier était un chien. Un canidé doux et affectueux.

Tu as appris à adorer cette nouvelle vie. Tu as développé une certaine complicité avec ta sœur. Plus que tout, tu as retrouvé le goût d’apprendre et un précepteur privé à vite été commandité afin de pouvoir t’apporter l’enseignement dont tu as besoin.

Chapitre 4 - Une magie ? Un travail au conseil ?


Bien que tu sois une goule et un démon, que ta sœur soit mage au même titre que ton père, tu n’as, toi-même, jamais montré de prédisposition à la magie. Ton précepteur à tenter de t’apprendre les rudiments de sa magie élémentaire. Mais rien n’y faisait, tu n’avais pas de talent.
Ton père a voulu prendre les choses en main. Pendant plusieurs jours, plusieurs semaines, il t'a emmené au conseil. Ta sœur partait avec vous, travaillant dans la division de protection humaine. Ton père, lui, partageait son temps avec son poste et ton apprentissage. Tu as passé plusieurs tests. Tu as fait plusieurs essais.

Puis, un jour, tu as montré des signes. Tu étais à la charge d’un ami de la famille, un homme bizarre à l’apparence presque cauchemardesque. Cet homme a remarquait que tu avais des prédispositions au statis. Cette magie basée sur l’énergie négative.
Il a longtemps travaillé avec toi, plus il travaillait, plus son apparence changeait, il se transformait en monstre… Tu as fait de longues heures de méditations, tu as appris à voir l'énergie négative qui t’entoure. Puis un jour, tu as hérité de toute ça.
Cette magie, ce n’est pas un don. C’est une malédiction. Ton père était fier, ta sœur te jugeait silencieusement.
Toi ? Et toi princesse, tu avais peur. Peur de devenir comme ton mentor, une bête sans âme, rongée par l'énergie négative, enfermée dans une dimension magique. Cette dimension dont tu es le gardien.

Quand ton père a su que tu maîtrisais ta magie assez bien, il t’a finalement fait entrer au conseil. Tu étais là pour seconder ta sœur, pour taper les rapports, pour aider dans les archives. Un travail à mi-temps dans une premier temps, puis finalement à temps plein.
À ce moment-là, tu as cru percevoir de la jalousie chez Hana. Ta sœur avait gravit les échelons les un après les autres. Elle avait su rendre votre père si fier qu’il te parlait d’elle tout le temps
Ah fond, est-ce que tu n’avais pas fait des efforts pour justement rendre ton père fier ? Est-ce pour ça que tu as tant voulu montrer de quoi tu es capable ? N’étais-tu pas tout simplement jalouse toi aussi ?

Dans toute cette nouveauté, tu as continué à rendre visite à ta mère, à ta grand-mère. Elles étaient fières de toi. Et toi ? Toi princesse, tu es aussi fière de toi-même. Tu le sais maintenant ton avenir n’est pas de devenir serveuse dans un Diner, il n’est pas d’être prostituée comme ta mère.
Non. Tu fais partie du conseil et que ce soit envers toi ou Akoda personne ne te dira jamais que vous avez raté vos vies. Ce serait un mensonge.

Malheureusement tout ne se passe pas comme on le souhaite, tu l’apprendras à tes dépens…

Chapitre 5 - Malédiction & nouveau départ vers un coucher de soleil


Oh oui, le destin t'a quand même joué un tour fallacieux. C’était une pendant une mission, tu secondais ta sœur, faisant attention à ce que rien ne lui arrive. On peut même dire qu’elle te protégeait autant que tu veillais sur elle. Ange et Démon, Goules, vous étiez concentrées. Trop concentrée apparemment.
Quand on t'a demandé de revenir ton père était mal en point. Tu avais du mal à en revenir, comment ? Pourquoi ?
Pendant cette mission Haru avait été touché par un Darkness Yao, une malédiction. Vous avez tout essayé n’est-ce pas ? La magie d’Hana, son côté divin, ta magie à toi…

Tu t’es sentie tellement impuissante à ce moment. Incapable de faire quoi que ce soit. Tu secondais, certes, mais tu ne pouvais pas aider ton père. Plus que tout, ta magie se développait, tu avais pu remarquer cette tâche noire se développait sur ton bras. Cette petite voix dans ta tête qui ressemblait bizarrement à celle de ton mentor.
Mais qui s’en occuperait ? Toi-même, tu n’y prêtais pas plus attention que ça, tu préférais faire attention à ton père.

Ton père, il n'était pas au mieux de sa forme, la malédiction était là, grignotant sa santé un peu plus chaque jour… Un an, les médecins ne lui donnaient qu’un an et toi, princesse des ombres, tu te faisais un sang d’encre pour ton père, tu redoublais d'efforts avec le conseil.
Il était fier. Tu étais heureuse.
Mais dans ton bonheur, tu t’inquiétais pour Hana, plus elle avançait, plus elle devenait martiale, rigoureuse, loin de la fille souriante et aussi chaleureuse que tu avais pu la connaître. Tu avais cette impression de perte de dialogue, de fossé qui se creusait doucement, lascivement.

La santé allait de mal en pie, il perdait la tête petit à petit, il sombrait dans la folie. Il jouait avec ses filles. Il insinuait un venin entre vous, attisait les disputes, les jalousies. Tu ne t’es jamais sentie aussi mal qu’à ce moment-là. Ô Laur’ combien de dispute plus violente les unes que les autres as-tu eues avec ta sœur ? Tu ne les as plus comptées.
Tu as pu remarquer à ce moment-là que ta tâche grandissait à vue d’œil, qu’elle devenait douloureuse… L'énervement n’aidait pas.

C’est à ce moment-là que tu as rencontré Fyliana. Une bouffée d’air frais dans ta vie. Une petite fille de trois ans ta cadette.
Malheureusement, elle n’est pas resté longtemps… Et les hostilités ont repris juste après son départ.
Haru avait rendu son dernier souffle à ton grand damne et chagrin. Cinq ans. Voilà le nombre d’années qu’il avait passé dans ta vie… Cinq ans.
À sa mort, tu as eu envie de retourner vivre avec ta mère. Tu lui en as même parlé. Elle était prête à t'accueillir à bras ouvert.

Haru avait eu un enterrement en grande pompe. Tu pouvais les voir, tous ces notables faux, tous ces vautours… Le dégoût, voilà le ressentiment que tu en tenais.
Ce fut pire quand le Notaire t’annonçait les clauses de l’héritage. Tu n’espérais rien, tu ne voulais rien. Mais tu étais tout de même surprise d’entendre les termes. Haru souhaitait léguer son héritage à celle qui développerait une magie comme la sienne. Pour le moment ni toi, ni ta sœur n’avait fait cet exploit.
Plus que tout, tu pouvais finalement découvrir la colère de ta sœur et la peur qu’elle insinuait en toi…

Vient alors, le jeu des membres et amis de la famille qui t’approchaient, te téléphonaient, prenaient de tes nouvelles. Vautour. Tu n’avais besoin de personne dans tout ça, personne a part ta mère. Ta grand-mère. Ta sœur… Surtout ta sœur. Tu t’inquiétais du développement de ta magie plus que de cet héritage dont tu n’avais rien à faire… Pourtant que Hana n’était pas là. Elle était distante, froide, étrangère…

Dans ce moment de solitude, tu partais bien plus en mission. Pendant l’une d’entre elles, tu as rencontré Alexander. Un homme étrange qui semblait être le seul à ne pas s'intéresser à ton héritage. Tu t’en es fait un ami. Tu as appris à le connaître, à lui faire plus confiance qu’à ta propre sœur… Tu en venais à lui reprocher son absence, à lui reprocher son comportement. Elle n’avait pas été là quand tu avais besoin d’elle, pourtant, tu avais toujours fait en sorte d’être présente pour elle…
Les disputes allaient bon train. Jusqu’au moment où tu as perdu le contrôle de toi-même. Jusqu’au moment où dans une mission, tu as tué quelqu’un.

Prenant conscience du danger que tu étais pour les autres, tu as préféré partir. Tu as contacté Alexander.
Il t'a accueilli à bras ouvert avec un simple deal : tu devais rejoindre le crépuscule, il devait te tuer quand tu le demanderais. Car il était hors de question de créer un héritier à ta magie. Il était hors de question que tu deviennes une bête. Ta magie allait mourir avec toi.
Aujourd’hui, tu as dix-huit ans Loreina, tu as rejoint le crépuscule depuis plusieurs semaines maintenant. Vas-tu te réveiller ?



Informations Supplémentaires

Votre surnom
Siri

Votre âge
25 ans

Qui est sur ton avatar ?
Velvet Crow - Tales of Berseria

La catégorie de ta magie
Magie Oubliée

Nom de ta magie
Loreina Hitsune > Stasis

Accès à la zone H/Y/Y
Oui

Pourquoi avoir choisi Kalerya ?
Comme je l'aime

Code de validation

● Dragon de foudre - Incube ●
● Dragon de foudre - Incube ●
avatar
pic-profil
Messages :
563
Kinahs :
14897
Age :
21
Date de naissance :
25/09/1996
Date d'inscription :
14/10/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t99-alexander-bianco http://www.kalerya-entre-monde.com/t1604-alexander-bianco-ft-refonte http://www.kalerya-entre-monde.com/t363-journal-intime-alexander-bianco#1821 http://www.kalerya-entre-monde.com/t317-tresorerie-personnelle-alexander-bianco http://www.kalerya-entre-monde.com/t261-dossier-rp-alexander-bianco http://www.kalerya-entre-monde.com/t362-mise-a-jour-dossier-rp-alexander-bianco#1820

Dim 30 Juil - 14:44
Loreina Hitsune
Orthographe2/2
Vocabulaire 2/2
Conjugaison1,5/2

Langue française2/2
Originalité2/2
Qualité4/4

Note perso2/2
Longueur du texte4/4
Niveau20(19,5)/20


Validation avec...
Niveau Total22
P. Techniques24
P. caractéristiques120


Félicitation
Te voilà Validée avec un bon niveau 22. Une présentation des plus agréable à lire et du DRAMA en perspective. Allez file faire ta Fiche Technique et commencer à Rp !




Alexander parle en #7343a3
Byakko parle en #e8891a
Page 1 sur 1