PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Mordred Amarok - Le chevalier au lion
✽ Loup-garou ✽▼
✽ Loup-garou ✽
avatar
pic-profil
Messages :
21
Kinahs :
8003
Age :
23
Date de naissance :
23/12/1993
Date d'inscription :
13/07/2017

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t1620-mordred-amarok-le-chevalier-au-lion http://www.kalerya-entre-monde.com/t1621-mordred-fiche-technique http://www.kalerya-entre-monde.com/t1627-mordred-journal-de-bord http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Ven 14 Juil - 15:22
Mordred Amarok
Bariath



Informations générales

Amarok
Mordred
26 ans (Vanerzame) / 39 (ultarime)
Ultarime / Mulfass
Homme
85 kilos
1 m 80
Hétérosexuel
Loup-garou
Lion




Informations psychologiques

Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


Hobbies

Les hobbies de Mordred sont assez simples. Quand il ne s’entraîne pas, ou ne guerroie pas au nom de Mulfass, il passe son temps à lire. La littérature l’apaise, le transporte, l’éloignant des horreurs de la guerre.
Bien qu’on ne puisse véritablement appeler cela un hobby, le noble a pris l’habitude de parcourir les terres du domaine familial pour voir si les habitants ne manquent de rien. Il est assez proche du peuple.

Peurs
Le chevalier au lion est vu par la population comme un guerrier ne nourrissant aucune crainte, au cœur vaillant et inébranlable. Si cette image, romancée, a une part de vérité, Mordred n’en reste pas moins une personne ayant certaines peurs.

C’est un homme complexe, hanté par la peur de voir ses amis périr au combat. En onze ans de guerre, il put voir nombre de camarades tombés au champ d’honneur. Dans le même registre, il redoute de perdre sa fiancée dans cette guerre. Cette dernière, femme chevalier et loup-garou, arpente aux côtés des armées les champs de bataille. Bien entendu, il est bien trop fier pour avouer cela à qui que ce soit, sauf à Némée bien entendu.
Son autre peur est liée à sa condition de loup-garou, oppressante lors des nuits de pleine lune. La perspective de pouvoir briser ses chaînes et s’attaquer à des innocents, ou même ses proches, est une crainte qui l’accompagne sans cesse.


Qualités

Ses principales qualités trouvent leur fondement dans son éducation de noble. Bien que né dans une famille où la guerre et la force représentent tout, les valeurs quant au respect et la défense des faibles sont néanmoins enseignés. A titre d'exemple, Mordred sera toujours le premier à s’opposer à ce que des soldats brutalisent des populations vaincues.
Courtois en société, extrêmement loyal envers son roi et sa famille, il est une personne à qui l’on pourrait confier sa vie. C'est un chevalier pur souche, croyant en la loyauté, tant en amour qu'en amitié. Cependant, il n'est pas aisé d'obtenir sa confiance.

Défauts


Personne têtue et extrêmement fière, il n'hésite pas à lancer son gant à la figure du malheureux qui l'aurait offensé. Rancunier, il n’oublie jamais un affront, ce qui lui vaut une réputation de querelleur parmi la noblesse.

Egalement, la guerre l’a rendu sujet à des crises de colère, irascibles. Dans cet état il pourrait tuer le, ou les, malheureux qui en font l’objet. Seule sa fiancée et son familier, sont capables de le calmer dans ces moments.




Magie et arme

Magie
Arme


Don du loup :

Sa magie est celle d’un take over basé sur le loup. Les loups-garous étant peu en phase avec la magie, sa famille a essayé de trouver un moyen de mettre à profit le côté bestial de leur race, avec une forme de magie usuelle au combat. Cette magie familiale est jalousement gardée par les siens.

Ainsi, ce qui est a été baptisé, le « Don du loup » par les siens, regroupe trois formes. La première est une transformation partielle des membres de l’utilisateur. Généralement, il s’agit de la transformation des mains de l’utilisateur en griffes.

Le seconde est une transformation dite hybride, augmentant la masse musculaire de l’utilisateur. Cette forme est reconnaissable de par la fourrure naissante au niveau des avant-bras et des épaules. Les Amarok en usent rarement, trouvant le rendu disgracieux.

La dernière forme est une transformation complète en loup bipède. Des griffes pouvant broyer le roc, des muscles puissants et un cuir faisant office d’armure naturelle. Cette transformation est faite pour la guerre et les champs de bataille. Cependant, cette dernière forme est assez dangereuse pour l’utilisateur, le caractère bestial pouvant prendre le pas sur la conscience du mage. Si un tel scénario se produit, l’Amarok ne devient qu’une bête s’attaquant à tout être vivant, sans distinction de sexe ou d'âge. Les premières transformations de cette forme sont fortement encadrées par les membres de la famille, les jeunes utilisateurs étant susceptibles de succomber aux penchants destructeurs de la cette bête.

Une épée ayant appartenu à un de ses ancêtres, baptisée « Sol Invictus », le soleil invaincu. C’est une lame que l’on dit venir d’un autre monde. D’une grande qualité, elle est transmise à chaque héritier des Amarok.

Plus qu’une arme, elle revêt un symbole très fort pour l’héritier, qui en reçoit la possession en prêtant serment au roi, marquant par la même son passage à l’âge adulte.
Les chefs de familles successifs ont pris soin d’entretenir la lame au fil des années, considérée comme un héritage de la lignée. C’est une épée bâtarde, à la poignée en or, ayant pour but avoué de faucher les ennemis comme du blé.
.




Description mentale

Mordred est né dans une famille loup-garous, servant la dynastie Beyanel depuis des générations. Les siens, de par leur fidélité et leur dévouement, ont acquis depuis des siècles le titre de noble, louant leur force au roi.
C’est dans cette famille que Mordred a été élevé. Son éducation fut martiale, se fondant également sur l'importance de l'honneur et de la loyauté, ce qui l’a fermement marqué. De ce fait, notre noble est quelqu’un d’honorable et loyal, en public comme en privé. Ami sincère et dévoué, il pourrait braver tous les dangers si cela est nécessaire.
Mordred chérie également sa famille, participant souvent à l'éducation de ses petits frères, jumeaux facétieux et insouciants.
L'amour qu'il porte à Chionée Ringheilem, sa fiancée depuis 614, n'est un secret pour personne. Les gens de la cour se demandent souvent comment ces deux êtres, aux caractères opposés, ont pu s'éprendre l'un de l'autre. Le franc-parler de Chionée contraste souvent avec la courtoisie et la politesse de son futur époux.

Le chevalier est connu parmi ses gens pour la relation assez drôle qu’il entretient avec son familier. Ce dernier, noble et fier animal, est d’un naturel moqueur et flemmard. Les deux se chamaillent sans cesse, c’est leur manière de se prouver qu’ils tiennent l’un à l’autre.

En dehors de rares amis ou de sa fiancé, le noble se montre assez distant, s’en tenant aux formules de politesse classiques. C’est une personne accordant rarement sa confiance, ne se liant pas facilement d’amitié.

A l’esprit chevaleresque, Mordred n’hésite pas à défendre la veuve et l’orphelin quand le besoin s’en fait sentir. Du paysan à la jeune demoiselle, il intervient sans demander son reste. Très poli et courtois, il est aimé de la population de Mulfass. C’est quelqu’un d’une grande bonté, ne méprisant personne pour ses origines de naissance, estimant qu’un homme doit être jugé pour ses actes et non sur sa condition.

Actuellement, il est en proie à de nombreux doutes concernant le bien-fondé de la guerre que mène Mulfass, ainsi que sur les ambitions de son roi. S’il est toujours loyal envers le souverain, Mordred est assez amer face aux réactions de ce dernier quant à certains problèmes, comme les attaques de plus en plus fréquentes de strigois sur les villages et petites villes. Son devoir lui pèse de plus en plus sur la conscience.

Bien que revêtant l’image du noble et fier chevalier, Mordred a aussi des attitudes plus sombres. Marqué par les années de conflits et par les horreurs qu’il vit de la part des deux camps, il peut entrer dans de terribles colères, le rendant mauvais et violent. Durant ces crises, seule Chionée ou Némée arrivent à le calmer. La culpabilité quant aux victimes d’exactions commises, auxquelles il assista impuissant, le hante encore.

Têtu et rancunier, il pardonne rarement l’insulte. Cependant, même envers son pire ennemi, il ne s’abaissera jamais à user des arts de la tromperie ou de l’assassinat, considérant ces procédés comme indignes.

Ses origines de loup-garou lui font redouter les soirs de pleine lune. Le jeune homme haït ces nuits où il ne se souvient de rien, maudissant ce côté de sa race. Si sa magie l’aide à apaiser ces transformations inhérentes aux siens, il n’a pas le même contrôle que son père qui arrive à se contrôler durant les nuits de pleine lune.

Quand la lune éclaire la nuit, le noble s’arrange toujours pour trouver un endroit où s’enfermer. La possibilité de tuer un innocent l’oppresse. En général, lors de ces fameuses nuits, il se trouve au manoir familial. En effet, la demeure des Amarok abrite en ses souterrains de véritables cachots. Construction séculaire, le complexe fut conçu pour accueillir les membres de la famille durant leur transformation.
.



Description physique



D’un physique élancé, forgé tout au long de son éducation martiale, Mordred est le parfait exemple du noble de Mulfass. Son corps est recouvert de cicatrices témoignant des combats auxquels il a participé. La plus horrible d’entre elles, trois longues cicatrices partant de l'épaule gauche pour aller jusqu’à l’aine, trouve ses origines dans un combat contre des strugoïs. Enfin, le terme de massacre semble plus approprié, les chevaliers qui l’accompagnaient lors de la rencontre ayant péri pour la plupart. Seule la levée de l’aurore, salutaire, empêcha une fin funeste pour lui.

Malgré ses trente-neuf ans en années ultariennes – 27 ans selon le calendrier de Vanerzame– Mordred a la même allure qu’un jeune adulte en pleine force de l’âge. Il faut dire que la longévité de sa race, comparée à celle des humains de Mulfass, y est pour beaucoup.

Un visage enjôleur, sur lequel s’affiche un sourire satisfait, des cheveux blonds comme le blé, Mordred a hérité de ces quelques traits de son père, caractéristiques qui se retrouvent dans la fratrie du jeune homme. De sa mère, Mordred a hérité de son regard rubis, si troublant et dérangeant. Tare génétique pour certains, étrangeté pour d’autres, le noble a défié en duel toute personne ayant manqué de respect à cette couleur.

De taille lambda, du haut de son mètre quatre-vingts, le noble est souvent vu dans son armure d’or et de pourpre. Le chevalier au lion est reconnaissable entre tous. L’or représente la noblesse de cœur et le courage, montrant son mépris du danger. Le rouge représente le sang des Amarok, servant héréditairement Mulfass.
Quand il se trouve au manoir familial, le chevalier adopte une tenue plus classique. On le voit souvent arborer certains bijoux, la plupart étant des cadeaux de sa fiancée.
.



Racontez-nous votre histoire



I. Naissance et éducation

Mordred naquit en l’an 577, le 30 tanoria, dans la famille des Amarok. Né de l'union d’une mère humaine, femme chevalier, ainsi que d’un père loup-garou, général au sein de l’armée royale. Il fut le premier enfant du couple, revêtant de ce fait la qualité d’héritier de la famille.
Grandir en portant le nom de sa lignée fut assez lourd pour l’enfant qu’il était. Les Amarok ont toujours été des fidèles de la dynastie des Beyanel, ayant offert leur force aux ambitions guerrières de ces rois depuis des générations, ceux bien avant que Mysfall ne soit formée.

Chaque Amarok, héritier ou non, est élevé pour servir la couronne. Cet étrange lien avec la royauté peut faire naître des amitiés sincères, malheureusement trop rares au sein de la noblesse. Son père, Althusius Amarok, est un grand ami du roi de Mulfass. Il fut à ses côtés lors de la découverte de la perte du prince, ainsi que le témoin impuissant de la folie qui rongea lentement son ami. Néanmoins, quand l’heure de la guerre sonna, il n’hésita pas à porter le conflit auprès des autres pays, preuve de la loyauté indéfectible de la famille pour le roi.  

Un Amarok doit savoir guerroyer au nom de son roi, tout en devant se montrer courtois et honorable en société. Ce sont des guerriers faisant penser aux rois-philosophes de Platon, pouvant user de l’épée comme de la plume.
Ainsi, Mordred vit son éducation tournée autant sur le développement de ses compétences martiales, que sur une éducation plus classique. Une journée type pouvait très bien mêler maniement des armes et littérature, ou encore apprentissage du take over familiale et danse.

Les premières années de cette éducation furent assez solitaires, ne laissant pas de place aux loisirs ou aux jeux. Jusqu’à ses quinze ans, en dehors de ses proches ou des domestiques, l’enfant ne connaissait personne. Son père, connu pour sa rudesse et sa froideur, fut néanmoins compréhensif, s’arrangeant pour faire venir des enfants de la noblesse, dont les familles se trouvaient aux alentours du manoir.

Son véritable premier ami fut une fille, qui devint par la suite sa fiancée, Chionée Ringheilem. Descendante d’une famille de chevaliers, dont la demeure se trouvait non loin du manoir des Amarok, elle venait de manière régulière participer aux entraînements à l’épée. Rustre, au franc-parler, elle était aux antipodes de Mordred. Cependant, cela n’empêcha pas les deux de devenir de féroces rivaux au fil des années. Cette rivalité demeure encore aujourd’hui, malgré l’amour qu’ils se portent.
Chionée, venant d’une famille de loup-garou, comprenait Mordred. Auprès d’elle, il apprit à se confier sur ses craintes. Oui, il pouvait lui parler sans crainte de son dégoût pour les soirs de pleine lune, terrifié à l’idée de perdre le contrôle de lui-même. Son amie fut un pilier pour lui, le réconfortant et le rassurant. Même s’il ne l’avouera jamais, il s’est toujours senti redevable envers elle pour avoir été à ses côtés dans ces moments de doute.

Quand la guerre éclata en 594, il n’avait encore que dix-huit ans – douze ans selon le calendrier de Vanerzame – l’empêchant de participer aux premières batailles du conflit. A cette époque, il avait encore l’image romancée de la guerre, véhiculée dans les livres. Il découvrit la réalité, crue et sans artifices, dès ses premiers combats en 605.

II. An 604. Le passage à l’âge adulte – La naissance du chevalier au lion

604, une année importante pour Mordred, marquant la fin de son éducation, ainsi que son passage à l’âge adulte.
Cette année fut marquée par deux rites symboliques, traditionnels pour les Amarok. Le premier était l’allégeance au roi de Mulfass, passage obligé pour tous ceux de sa lignée. Le second, tout aussi important, était l’invocation de son familier.

Même aujourd’hui, douze années (u) après, il se souvient encore de son serment d’allégeance. Tous les siens avaient été présents lors de l’événement, ainsi que la plupart des personnes de la cour. Il se souvient encore de la fierté dans le regard de sa mère, du visage interloqué de ses deux petits frères, du visage impassible de son père. Oui, il se souvient avoir traversé la salle du trône, dans son armure étincelante, portant les boucles d’oreille que Chionée lui avait offertes pour l’événement.
Sa marche avait été lente, silencieuse, sous le regard inquisiteur de l’assistance. Il se souvient s’être agenouillé, aux pieds des marches menant au trône, sur lequel était juché le maître de Mulfass. Ce qui le marque encore aujourd’hui, est ce qu’il vit dans le regard du souverain ce jour-là. La tristesse et la rancœur, des sentiments qui ne semblaient jamais quitter le roi.  
Peut-être la vision du fils de son ami avait-elle réveillé un douloureux souvenir. L’épée sol invictus, présentée par le père de Mordred, fut tirée de son fourreau pour adouber le jeune loup-garou. À la fin de cette fameuse journée, un nouveau chevalier servait le roi.

Le deuxième événement, tout aussi important, fut l’invocation d’un familier, le rite marquant définitivement le passage à l’âge adulte pour les Amarok. La cérémonie, solennelle, s’était déroulée dans le manoir familial, dans une pièce prévue spécialement à cet effet. Habillé de sa plus belle tunique, l’héritier des Amarok était entré dans l’hémicycle, la pièce formant un demi-cercle. La salle, terne, ne laissait entrer par le toit qu’un filet de lumière, s’écoulant en son centre. Au même endroit, inscrit dans la pierre, deux cercles d’invocation baignaient dans la lumière.
Il se souvient encore de cet instant, il faut dire que ça avait été un grand moment pour lui. Il avait prié la veille de ne pas invoquer une chèvre, comme son oncle. Entrant dans premier le cercle, sous le regard de toute sa famille, il avait commencé le rituel. Il avait fermé les yeux, tout en prenant une grande bouchée d’air frais. Le rituel nécessitait un souvenir heureux.
Curieusement, l’événement heureux auquel il fit appel était le souvenir de sa première rencontre avec Chionée. Le jour où elle l’avait tiré de sa solitude. Un bruissement était venu briser le silence, indiquant que le familier était invoqué. En ouvrant les yeux, son regard avait croisé celui d’un lionceau, assis dans l'autre cercle. Les deux s’étaient regardés durant de longues minutes, avant que le lionceau n’entame une sieste, sous les rires de l’assistance. Dans l’histoire des Amarok, c’était une première.


III. An 605. La réalité de la guerre

Mordred ne put prendre directement part à la guerre avant la fin de l’année 605, sur les ordres de son père. Deux choses avaient motivé la décision du paternel, la première était qu’il fallait attendre que Némée, nom du lionceau, « prenne du volume ». La seconde était la nécessité de développer les techniques apportées par le familier, un avantage vital pour qui part en guerre.

Il fallut en effet un an pour que Némée atteigne une taille correcte pour le combat. Bien que n’ayant toujours pas atteint sa taille adulte, le bougre mesurait déjà un mètre au garrot. L'attribut auquel était lié le jeune lion provenait de la divinité de l'air, Wideruth. De ce fait, les techniques développées se basaient avant tout sur la protection ou l’accélération, utile pour arriver au corps-à-corps ou pour se protéger.

C'est en cette triste fin d’année qu'il participa à ses premiers combats. Triste, car il put voir la réalité de la guerre, n'épargnant personne, des femmes aux enfants. La guerre pour la gloire de Mulfass n'était en réalité qu'une série de raids entre les deux belligérants, il n'y avait en rien un combat noble ou les armées ennemis se faisaient réellement face. Le conflit se déroulait également sur mer, ou les marines se livraient un combat sans merci. De fier chevalier, il eut l’impression d’être relégué au rang de vulgaire matelot, quand il se trouvait embarqué sur les vaisseaux de guerre. Nombre de ses premières batailles ont eu lieu en mer, lors d’abordages sanglants.

Durant des raids, auxquels il participa, il put voir de ses propres yeux des exactions commises par les fiers soldats de Mulfass, encouragées par certains chefs. S'il acceptait de combattre pour son roi, voire de telles choses entraînèrent en lui un sentiment de dégoût, ce qui est à l’origine de ses crises de colère, ne trouvant pas d'autres moyens d'exprimer sa rage et son impuissance.

L’impression que tous les enseignements des siens étaient bafoués fut pour lui un choc. Certains chevaliers se comportaient comme des soudards, violant et pillant. S’il s’éleva violemment contre ces comportements, les généraux faisaient la sourde oreille, accentuant l'amertume qui naissait en lui. Aujourd’hui, sa réputation s’étant étoffée, il n’hésite pas à menacer ou provoquer en duels les chevaliers ayant ces comportements.

IV. An 613. Le désastre des chevaliers – La bataille des « éperons pourpres »

En l’an 613, du haut de ses trente-six ans – 24 (v) - il participa à l’une des plus grandes batailles sur le sol de Guniazath, également connue pour être l'une des plus sanglante de la guerre. Suite à une ambitieuse manœuvre de débarquement, la chevalerie de Mulfass put poser un pied-à-terre dans le royaume adverse, pour porter la guerre dans le cœur même de Guniazath.
Ces fiers guerriers devaient, à l'origine, être accompagnés par les forces embarquées pour l'opération. Les caprices de Zaheïya, maîtresse des océans, en décidèrent autrement, éparpillant les autres vaisseaux. Il fallait croire que les dieux étaient du côté de Guniazath.

Voulant s'attirer gloire et honneur, les chevaliers avaient refusé d'attendre la piétaille et s'étaient enfoncés dans le pays. Ne trouvant aucune opposition, ils s’attendaient à une victoire aisée.

Ce ne fut qu'une fois à plusieurs kilomètres des côtes, quelques jours plus tard, que les hommes de Guniazath firent front. De la piétaille, face à la cavalerie lourde ayant marqué son emprunte dans l'histoire ? Une victoire facile. Si certains chevaliers s’étaient prononcés pour ne pas mener bataille de suite, le général, un blanc-bec ayant obtenu sa position par son influente famille, ne voulut rien entendre. La bataille, appelée « Les éperons pourpres" par la chevalerie, fut un désastre complet.

Le sol, boueux par les pluies de saisons, faisait patauger les chevaux et leurs cavaliers, engoncés dans de lourdes armures. À cela, des pièges avaient été disposés sur la distance séparant les deux armées. Les mages ennemis abattirent un déluge de sorts continue durant la charge furieuse des chevaliers, clairsement les rangs de la fine fleur de l'armée de Musfall.
Encore aujourd'hui, Mordred se souvient de ses camarades, tombant sous les attaques à distance de lâches. Lui-même avait vu son cheval s'écrouler, touché à mort par un sort, le lançant brutalement au sol. Il se souvient encore de la rage qui l'avait animé, du hurlement guerrier qu'il avait poussé, allié au rugissement de Némée à ses côtés.

Son action n’avait pas été pas isolée, d'autres, désarçonnés comme lui, s'étaient relevés pour continuer la lutte. Il se souvient encore de son cœur, battant la chamade, de l'adrénaline qui était montée en lui, de ses yeux sous la visière de son casque, prenant une couleur semblable à son armure. Le corps-à-corps avait été violent, chaotique et sanglant.
Si les chevaliers savaient user de magie pour la plupart, c'était aussi le cas de l'ennemi. À cela, l'infériorité numérique les avait grandement défavorisés.
La bataille avait duré une journée entière, les corps s'entassant sur un sol devenu pourpre, la rage de la chevalerie face à la détermination des habitants de Guniazath. Le chevalier au lion fit honneur à son surnom durant cette bataille, faisant preuve de férocité et de courage. Ce ne fut qu'à l'aurore du matin, face à l'épuisement, gagnant de part et d’autre les combattants, que les hommes de Guniazath se retirèrent en bon ordre. Sur le sol, la moitié de la chevalerie gisait dans un mélange de terre et de sang.

Les survivants de Mulfass, fatigués, avaient profité de ce don du ciel pour rejoindre la côte, fuyant comme de vulgaires malpropres, se dévêtissent d’armures, devenues trop lourdes pour eux. Quel ne fut pas le choc dans les rangs de l’armée de Mulfass, voyant le fer de lance de sa force expéditionnaire revenir en guenille. On raconte que la population de Guniazath, dans une ultime insulte, dressa sur la côte une chaîne des éperons des chevaliers tombés au combat.
Cette bataille est un point noir sur la chevalerie de Mulfass, laissant un goût d’amertume chez les survivants.

V. Les doutes du chevalier
Les doutes de Mordred ont commencé à naître au fil du conflit qui oppose encore Mulfass à Guniazath. Son roi semble seulement obnubilé par la guerre, effrayant le peuple, ne se préoccupant que de ses propres ambitions. Le chevalier est souvent tiraillé entre son devoir et le comportement de Mulfass dans cette guerre.

Lors d’une nuit de l’an 615, alors qu’il rentrait au manoir familial, accompagné de compagnons, il fit une rencontre, funeste, avec des monstres. La nuit était semblable à toutes les autres, froide, réchauffée par la bonne humeur des chevaliers.
Des cris, venant d’un village, avaient alerté le groupe de preux, qui s’était empressé d’aller porter secours aux villageois. Sur place, il s’agissait d’une véritable hécatombe. Les habitants des lieux gisaient en majorité sur le sol, des morceaux de chairs manquants. Les survivants, trop effrayés, avaient fui. Cependant, il en fallait bien plus pour que les chevaliers ne rebroussent chemin, pourtant la lâcheté aurait été salutaire pour eux.

Semblant tout droit sorti de l’enfer, ces monstres alliaient intelligence, vitesse et puissance. Les strigois, rompus à l’art de la chasse, avaient attendu que les chevaliers s’enfoncent dans le village pour les attaquer, déboulant par les maisons et les toits. Le loup-garou, malgré son ouïe et son odorat, n’avait rien entendu, les lieux sentant la mort, emplis du crépitement des flammes dévorant des chaumières.
Lorsque l’ennemi leur tomba dessus, ce fut un massacre. Deux de ses compagnons avaient eu la tête arrachée avant d’avoir pu esquisser un murmure. Lame au clair, le groupe avait commencé le combat. Très vite, le combat tourna court.
Les coups d’épée semblaient inefficaces, les familiers, impuissants malgré leur courage, faisaient face à un ennemi mortel. Il fallut tous les efforts du monde au groupe pour tenir leur position, réduit, à la fin de la nuit, à se réfugier dans une maison pour supporter les assauts des créatures. Mordred lui-même avait été gravement blessé. Portant une vulgaire tunique, il reçut de pleins fouets une attaque d’un strugoi. S’il n’avait pas été sous sa forme hybride à ce moment-là, il serait mort. Quand le soleil se leva, éloignant les créatures, quatre chevaliers sur les sept gisaient sur le sol.
L’affaire fit grand bruit, des chevaliers ayant eux-mêmes démontré leurs limites devant ces créatures. Pourtant, le roi ne prit aucune mesure pour chasser ces bêtes, se contentant d’un silence édifiant. Le cœur du roi semblait uniquement tourné vers la guerre, toute autre chose paraissant futile.

Mordred mit quelques mois pour se remettre de ses blessures. Le roi refusa chacune des demandes d’audience du chevalier au lion, ce dernier voulant plaider la nécessité de chasser ces créatures. Chaque nouvelle, portant sur les attaques de ces créatures, est pour lui un drame qui aurait pu être évité.

Actuellement, Mordred s’est vu écarter des champs de bataille pour avoir insulté un général d’armée. Il fallut toute la diplomatie de son père pour étouffer l’affaire. Néanmoins, les actions du chevalier, concernant la protection du peuple et ses demandes répétées de chasser les strigois, ont attiré les regards des recruteurs de la congrégation.
.



Informations Supplémentaires

Votre surnom
Momo

Votre âge
23 ans

Qui est sur ton avatar ?
Gilgamesh – Fate Zero

La catégorie de ta magie
Take Over

Nom de ta magie
Don du loup

Accès à la zone H/Y/Y
Oui

Pourquoi avoir choisi Kalerya ?
Le forum est magnifique et l’univers est vaste. Je n’ai pas hésité longtemps *-*

Code de validation



Dernière édition par Mordred Amarok le Sam 15 Juil - 9:27, édité 12 fois
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2538
Kinahs :
621942
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
11/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Ven 14 Juil - 15:31
Coucou et bienvenue chez nous, encore une fois :love:
Bon courage pour ta présentation, si cette dernière n'est pas fini :♥: Penses à indiquer le groupe que tu désires intégrer !
❖ Humain ❖▼
❖ Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
317
Kinahs :
106508
Age :
18
Date de naissance :
06/10/1998
Date d'inscription :
10/12/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t710-gotov-serebro-zto-svjatoe-rossii#4319 http://www.kalerya-entre-monde.com/t726-gotov-est-passe-par-ici-il-repassera-par-la#4395 http://www.kalerya-entre-monde.com/t715-gotov-mafioso#4344 http://www.kalerya-entre-monde.com/t711-gotov-arsenal-d-un-mafieux#4324 http://www.kalerya-entre-monde.com/t722-gotov-est-hyperactif#4369 http://www.kalerya-entre-monde.com/t723-il-court-il-court-le-gotov#4370

Ven 14 Juil - 17:16
Bienvenue parmi nous ^^

N'hésite pas si tu as des questions !






❖ Humain ❖▼
❖ Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
24
Kinahs :
10000
Age :
19
Date de naissance :
02/10/1997
Date d'inscription :
10/06/2017

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t1546-pile-je-gagne-face-tu-perds-eliana-black http://www.kalerya-entre-monde.com/t1591-echec-matt-eliana-black http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://whttp://www.kalerya-entre-monde.com/t1623-la-mise-d-eliana-blackww.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/t1612-dossier-rp-de-la-joueuse-rouge-eliana-black http://www.kalerya-entre-monde.com/t1657-mise-a-jour-rp-eliana-black#11140

Sam 15 Juil - 5:28
Bonjour chevalier et bienvenue dans cette grande famille qu'est Kalerya :D


✽ Loup-garou ✽▼
✽ Loup-garou ✽
avatar
pic-profil
Messages :
21
Kinahs :
8003
Age :
23
Date de naissance :
23/12/1993
Date d'inscription :
13/07/2017

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t1620-mordred-amarok-le-chevalier-au-lion http://www.kalerya-entre-monde.com/t1621-mordred-fiche-technique http://www.kalerya-entre-monde.com/t1627-mordred-journal-de-bord http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Sam 15 Juil - 8:59
Merci pour votre accueil :)

Je viens dire que ma fiche est terminée, même si je pense que certains points de l'histoire, comme la bataille que j'ai intégrée, devront sûrement être modifiés :3
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2538
Kinahs :
621942
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
11/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Sam 15 Juil - 9:57
Je m'occupe de ta présentation en personne, puisqu'elle traite de la guerre Mulfass / Guniazath :love:
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2538
Kinahs :
621942
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
11/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Sam 15 Juil - 10:27
MORDRED AMAROK
Orthographe2/2
Vocabulaire 2/2
Conjugaison2/2

Langue française2/2
Originalité1.5/2
Qualité4/4

Note perso2/2
Longueur du texte4/4
Niveau20/20


Validation avec...
Niveau Total22
P. Techniques24
P. caractéristiques120


Félicitation
Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de valider une présentation, parce que je laisse surtout les modérateurs spécialisés à cette tâche sans occuper pour ne pas prendre leur travail, mais j'avoue que cela fait du bien et surtout plaisir de reprendre en lisant une présentation fort intéressante et bonne. Un petit LVL 22 bien mérité ! Je te souhaite de t'épanouir sur Kalerya ! Tu peux filer faire ta fiche technique, ton dossier RP et ta trésorerie :love:

Page 1 sur 1