PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Fumée, rêverie du feu. | Sawda - Refonte Anwën | En cours.
● Succube ●▼
● Succube ●
avatar
pic-profil
Messages :
27
Kinahs :
17000
Age :
17
Date de naissance :
15/05/2000
Date d'inscription :
18/02/2017

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Lun 10 Juil - 16:57
SAWDA
Secte des Flammes - 4ème Brasier - Future Etincelante

   
   

   
   
Informations générales

   
Aasmofer
Sawda
19ans(V) - 22ans ½(E) - 24ans(U) - 38ans (K)
Ultarime
Femelle
55 Kilogrammes
1 mètre 68
Bisexuelle
Démone - Banshee
Kirin (feu)

   


   
Informations psychologiques

Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


La silhouette qui se tient devant vous, qu'aime-t-elle faire de ses journées ? Aime-t-elle se faire belle ? Ou plutôt partir à l'aventure loin du monde ? C'est une question qui trottine dans votre tête depuis maintenant le début du rendez-vous. D'ailleurs comment êtes-vous arrivé à obtenir un rendez-vous avec une créature du type. Aucune idée, du moins vous vous ne vous en rappelez plus vous même. Tout ce que vous savez, c'est que cette question vous démangeait tellement les lèvres qu'elle les a franchi, et vous vous en êtes même surpris. Pourtant un sourire effleura les douces lèvres de la demoiselle et elle commença à parler d'elle. Tout au long de la conversation, vous notez cet amour du feu qu'elle a, une véritable obsession. Vous vous demandez si elle ne serait pas pyromane sur les bords à aimer claquer des allumettes ou à jouer avec les inventions des humains. Vous découvrez aussi qu'elle aime pas trop mal la chaire, cette jeune femme, cela réveille un soudain instinct que vous vous sentez obligé de contenir. Une femme qui profite de ce que la vie a à apporter hein ? Intéressant. Cela vous plaisait de plus en plus, mais certains détails vous laissaient une étrange impression malgré tout.

Mais, maintenant que vous y pensez... Elle a bien peur de quelque chose cette petite demoiselle, frêle et délicate ? Evidemment on ne parle pas ici tu fais qu'elle ait eu peur du noir en étant gamine, non. On parle bien de ce genre de peur qui tord votre estomac, si fortement qu'elle en tétanise les muscles et qu'elle ronge les nerfs. L'eau ? Enfin non pas l'eau, les étendues d'eau. Vous connaissez sûrement cette personne qui refuse de se baigner dans la mer et l'océan par peur que ces derniers l'engloutissent. Effectivement, la Noyade, c'est bel et bien la chose qui fait le plus peur aux douces courbes. Vous imaginez, vous, prendre conscience que vous ne pouvez pas survivre, devoir accepter le fait que vous ne respirez plus, le fait que vos poumons se remplissent d'eau et que vous mourrez bientôt ? Sentir son corps défaillir et lentement sombrer dans le noir, pour ne jamais n'en ressortir... Vous en avez des frissons.
La demoiselle qui vous fait face est certainement ce qu'il y a de plus étrange dans ce que vous avez précédemment vu et interrogé. Pour se vendre elle même, elle ne donne que des adjectifs relatifs aux feux, et aux incendies, mais après tout, n'est-ce pas une vérité ? Le caractère enflammé et persévérant n'est-il pas une qualité ? Une personnalité étincelante, vous ne trouvez pas ? Cela vous laisse pourtant perplexe, vous trouvez effectivement que cette personne est lumineuse et chaleureuse, mais vous ne pouvez cesser de vous dire que le mensonge est l'un des plus vilains défauts que l'on puisse avoir. Pourquoi mentirait-elle ? Parce qu'elle le peut pardi ! Ou alors, la raison serait plus sombre que cela ? Un paradoxe vous direz-vous ! Vous faites un bref résumé dans votre tête avant de passer à autre chose. La créature démoniaque est chaleureuse et déterminée, mais pour une obscure raison, vous êtes donc convaincu qu'elle sait mentir parfaitement, une simple intuition. Faites attention, vous risqueriez votre peau à laisser s'ébruiter ses notes.




Magie et arme

Magie
Arme


Ignifer :
La magie de la petite banshee ronge sa sérénité depuis bien des générations maintenant. Sa famille adorant jouer avec le feu depuis des années et des années, est en partie responsable de cette malédiction qui pèse sur ce sang depuis maintenant un temps incalculable. La première ébauche de cette magie fut repérée par un ancêtre Aasmofer. Un ancêtre un peu pyromane sur les bords... Non, en fait, totalement pyromane. A force de jouer avec le feu, forcément qu'il décide de prendre possession de votre propre existence, c'est un élément fort capricieux, que dis-je, exigeant ! Depuis, la famille a voué un culte fanatique à la déesse infernale, un culte enflammé, passionnel, si bien qu'aucun être de la lignée Aasmofer n'aima pas le feu jusqu'à s'en brûler les doigts. Cette magie qui est leur. Cette puissance qui est sienne, à cette petite démone, c'est la capacité d'enflammer des choses autour d'elle. Suivant l'humeur de la demoiselle, la facilité avec laquelle brûle la cible et la hauteur à laquelle montent les flammes, sont plus ou moins élevées. Il suffirait de la mettre dans une colère monstrueuse pour que son pouvoir devienne incontrôlable. Cette magie s'étend en zone, et n'a pas besoin d'entrer en contact physique avec la cible pour fonctionner. La zone est sphérique et possède un rayon de 5 mètres. La capacité à brûler dépend également de la résistance que possède l'objet et/ou la personne face à l'élément. Il va de soit qu'un élémentaire d'eau ne brûlera jamais, mais qu'un glaçon, aura disparu en quelques secondes. En clair, c'est la force de l'émotion ressentie, qui génère l'intensité et la dangerosité de la flamme. Une jalousie, une colère ou une frustration créera des flammes féroces, agressives et hautes, tandis qu'une allégresse en créera des petites, chaleureuses, qui ne sont pas une menace pour la vie. Cette indépendance de la magie confère un désavantage déjà conséquent à la banshee, mais ce n'est pas tout. Cette magie, utilisée trop souvent, et dans en dose outrageuses, créent une fièvre forte qui, plus la magie persiste, retire ses moyens à la demoiselle, en commençant par le touché, et en remontant progressivement vers la vue, jusque dans des cas extrêmes, à des évanouissements dont la durée varient selon les soins obtenus. La magie prend la forme intérieure d'un Fléau des Abysses retenu prisonnier dans une sorte de salle sombre, d'où il ne peut sortir, c'est ainsi que Sawda voit sa magie, le fléau prenant le nom d'Igni, reflète les émotions de la banshee intérieurement. C'est uniquement une représentation mentale visible par la demoiselle concernée, une sorte de délire causée par la puissance de la magie, rongeant la démone en son sein.
Une arme ? Parce qu'elle n'est pas assez dangereuse comme ça ? Non ? Bon... Qu'imaginez-vous pour cette frêle démone ? Une dague ? Un fiole de poison ? Bien trop discret ! Une épée ? Pire, une faux ou quelque chose d'imposant ? Bien sûr que non, voyons. Ce qui orne la ceinture de la banshee est bel et bien un fouet magnifiquement tressé, permettant une adhérence à la chaire optimale, parce qu'on est jamais trop théâtrale ! Le "tranchant" du fouet mesure à peu de chose près deux mètres et est en très bon état malgré l'utilisation que peut en faire la demoiselle, il faut dire qu'elle en prend soin comme à la prunelle de ses yeux ! C'est un peu le compagnon de route, l'indispensable, celui qui assure la sûreté. Prenez garde, une chute est si vite arrivée...




   
   
Description mentale

   
Comment je pourrais décrire une créature démoniaque de type Sawda ? C'est assez complexe voyez-vous, parce que ce serait comme devoir vous vendre un mensonge. Un double jeu, un retournement de situation, voilà ce que représente l'entièreté de la personnalité de la banshee. Commençons par la partie émergée de l'iceberg. La demoiselle du feu possède un tempérament qui se rapproche de son élément favori. Elle est tout ce qu'il y a de plus impétueux. A vrai dire, à la base de ce caractère, se cache un ego surdimensionné bien alimenté comme le brasier sacrificiel d'une civilisation éteinte. Cet ego fait qu'elle ne se prive jamais pour faire savoir aux personnes ce qu'elle pense, dans le cadre du possible. Vous comprendrez, la secte obnubile ses pensées, et il serait impensable que la jeune et prometteuse étincelle qu'incarne la démone, ne soit pas transie par cet amour du feu, cette passion que possède chaque matériel, littéralement en feu.

Reprenons d'une manière plus organisée voulez-vous ? Sawda a un caractère, c'est indéniable. Cependant, il faut bien prendre en compte que toute sa personnalité a été dictée par la folie, l'amour passionnel et charnel du feu, du brasier et de tout ce qui possède cette chaleur dévastatrice, à l'image de l'étincelle qui luit doucement dans ses yeux. Sawda est franche, et c'est bien là le soucis, les fous ne savent pas qu'ils le sont, n'est-ce pas ? C'est pour cela que la demoiselle n'a pas besoin de manipuler plus que cela ses interlocuteurs. Elle est si, emprise par ce feu intérieur, qu'elle convaincrait un aveugle, un sourd ou même les deux. Un avantage avec cette petite, c'est cette facilité à convaincre et à dialoguer. Parfaite pour son rôle dans le quatrième brasier, non ? Cependant, des esprits hérétiques et complètement perdus dans leur "folie", existent, et grouillent tels des nuisibles, aux alentours, et pour toute cette vermine, sa personnalité s'assombrit.

La démone est capable du meilleur comme du pire, cependant, c'est souvent du pire dont il est question lorsqu'on parle de manipulation. La capacité de cette âme innocemment endoctrinée, à retourner la situation en sa faveur est malheureusement énorme. Culpabiliser la personne pour la faire changer d'avis ? Facile. Diviser pour mieux régner ? Tout à fait. Improviser ? Aucun soucis. Autrement formulé, la petite au yeux d'améthyste n'est pas plus innocente qu'un meurtrier. Bah oui, quoi, elle prend le rôle de la parfaite sociopathe sans aucun soucis, pour ensuite redevenir aussi fougueuse et passionnée qu'un bûché. C'est ce côté vif qui rend toute cette personnalité... Assez folle pour ne pas la sous-estimer. Mais après tout, peut-on dire de cette magnifique petite banshee qu'elle est réellement folle ? Eh bien non, parce qu'elle baigne uniquement dans une réalité parallèle à la notre, celle de la divinité du feu, elle s'y plonge depuis qu'elle est enfant, elle n'est pas folle, on l'a forcée à l'être. Pauvre petite chose, n'est-il pas ?

Cependant, il reste des points de sa personnalité dont personne n'ose s'approcher. Par peur de se brûler, sans aucune hésitation. Mais c'est également la partie la plus belle que l'on puisse espérer d'apercevoir sur le visage encore enfantin de la jeune adulte. Car, c'est bien de l'amour dont je vous parle ici. Autant amical qu'amoureux. Lorsque Sawda aime, elle ne compte pas, elle aime dans toute la grandeur de sa fureur interne. C'est une grande, grande passionnée, et pour son plus grand malheur, elle offre son coeur sur un plateau d'argent. Enfin, pour cela il faudrait réussir à trouver la faille dans sa confiance, pour qu'elle s'abandonne à vous, mais qu'importe ! Le fait est, qu'une fois la confiance établit, l'enfant qui sommeille en elle reprend le dessus, et elle devient l'une de ces personnes niaises et beaucoup trop romantique. Enfin, sans omettre son côté tactile, qui finit souvent par déraper en quelque chose de plus charnel et extrêmement chaud, que doux. C'est ce qui est magnifique dans l'amour que porte la banshee aux autres, elle est douce, mais passionnée, innocente, mais complètement sous la fougue d'une horloge interne qui ne cesse de s'agiter. Autrement dit, son amour est sincère, et bien présent. Peut-être même trop...

Comment peut-on trop aimer me direz-vous ? Et à juste titre ! Mais n'oubliez pas que le feu est très gourmand, et possessif. Territoriale, diraient les petites adolescentes vanerzamiennes. Ouais, une jalousie consume la pauvre petite chose démoniaque qu'est la brune. Une possessivité malsaine qui la rend parfois toxique, mais tellement attachante... Comment ça non ? N'est-ce pas là une preuve d'amour des plus sincères ? Ingrats que vous êtes... Vous cherchez tous cette personne spéciale qui n'aimera que vous, mais lorsqu'elle pointe le bout de son petit nez, vous fuyez en grandes pompes, n'est-ce pas malheureux ? Hm... Soit.

Passons maintenant à la partie la plus intéressante. Les démons qui hantent cette créature frêle et follement pyromane. La partie immergée de l'Iceberg. Pour ne pas dire submergée par les événements, d'ailleurs. Car Sawda, élevée dans l'adoration d'Evaherya, grande déesse du feu, n'a pas connu ce qu'est l'esprit critique, la liberté qu'accorde la possibilité de réfléchir par soit même. C'est donc comme une étincelle se posant dans une touffe d'herbe sèche, que naquit la double personnalité de notre banshee. Comme il est dit, les possesseurs d'une magie perdue sont généralement pris pour fou à cause de ce côté vivant, de leurs pouvoirs. Ici, c'est on ne peut plus vérifié, car Igni', comme aime l'appeler la démone, est la représentation mentale de sa magie, une sorte de démon intérieur, un crépitement de feu semblable à un ronronnement, et surtout, l'esprit critique et raisonnable dont manque la jeune Heryath. C'est également la réelle force de notre créature, celle qui se libère lorsque sa colère fait bouillir son sang, ou que sa tristesse s'évapore en vapeur d'eau. Elle est cette passion intérieure qui gronde à chaque fois que la brune ne prend pas la bonne décision, c'est également pour cette raison que la fille du feu ne doit pas être prise à la rigolade, un dérapage est si vite arrivé... Mais que voulez-vous...

A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.


   
   
Description physique

   
Une étincelle, lointaine, chaleureuse, prometteuse. N'était-ce pas une simple illusion ? Une luciole peut-être ? Allons, cessez de vous mentir à vous même. Vous êtes épié. Et par l'une des plus belles créatures qui aurait pu vous  surprendre ici, sous cette lune prédominante et ronde. Une femme. La lueur fugace que vous aviez vu, deux améthystes. Vous avez de la chance de voir plutôt bien dans la semi-obscurité dîtes-moi. Elle aurait pu vous tuer sur le premier coup de de tête lui soufflant de le faire... Mais, ne serait-elle pas entrain de le faire ? Une étrange odeur vient agresser votre nez, de la fumée ? Vous vous empressez de vous relever, mais que faire ? Une montagne de flamme s'élève à présent de plus en plus haut autour de votre pauvre petit corps. De ces flammes ? La créature qui guettait votre regard, pas une égratignure, pas une brûlure, juste, ce regard. Un regard à glacer le sang, pourtant, il fait si chaud. Votre regard reste figé sur ces deux pierres précieuses, violacées, où les flammes se reflètent brutalement, créant un pourpre sanglant. Ce regard irisé vous fixe avec tout le dédain dont il est capable. Soutenu par des cils immenses dignes des plus grands maquilleurs de Vanerzame. Une véritable poupée russe, avec ce regard de biche. Surligné d'un eye-liner bordeaux, ses yeux sont comme ceux d'un prédateur prêt à vous engloutir entièrement. Pour accentuer le tout, ces sourcils fins, de jais, et qui suivent parfaitement la courbe douce de son arcade sourcilière. Ses traits sont fins et digne du meilleur dessinateur. C'est bien dommage que son teint soit si laiteux, pour ne pas dire, transparent. Comme une ombre au tableau. Cette peau reflète parfaitement les flammes qui consument les broussailles actuellement, vous prenant dans une étreinte plus que meurtrière.

Votre regard reste fixé sur ce visage vin, anguleux, le visage ovale par excellence. Digne de la majorité des modèles qui vendent leur corps à la mode. Une chose vous tracasse cependant... Ces cornes. Une démone donc ? Et quelles cornes ! elles prennent leur bases à la frontière entre le front et le cuir chevelu de la demoiselle. Elle s'incurve légèrement vers l'arrière au fur et à mesure qu'elles prennent de la hauteur. la jonction entre la peau et la corne est rouge, pour ne pas dire écarlate, et se transforme en un blanc ivoire sur la toute fin. Est-ce vraiment des cornes ? Elles sont bien trop jolies pour être offensives... Pourtant, quelque chose vous dit de ne pas émettre cette hypothèse trop fortement, histoire que l'idée ne se glisse pas dans l'oreille adverse. Vous clignez des yeux à grand peine, vous focalisant toujours sur cette silhouette. Son visage vous obsède, alors vous y retournez. Un grand front, un menton anguleux, surmonté d'une bouche. Une bouche pulpeuse, juteuse, tellement vous en venez à vous mordre la lèvre inférieure, mais n'êtes-vous pas entrain de mourir ? Pourquoi continuez-vous à fixer cet être démoniaque, alors qu'il veut votre perte ? Vous n'en savez rien, stupide mâle. Son nez se froisse un peu alors qu'un rire cristallin vous laisse subjugué par la clarté de sa voix. Chaude et envoûtante, comme le contexte. En plus, des petites canines de chatons lui donnent un côté beau coup trop mignon pour ce qu'elle est réellement... Et ce sourire... Il ne fait que vous promettre une mort lente, douloureuse, et gustativement excellente.

Ce visage pour lequel vous allez tomber, ce soir, est rehaussé par une chevelure aussi noire que l'ébène, si sombre que certains reflets en sortent violacés, peut-être à cause des flammes ? Peut-être pas. Ses cheveux tombent en carré très court, dévoilant la mâchoire douce et harmonieuse de la demoiselle. Ses cheveux sont extrêmement lisses, et fins, mais la quantité est telle qu'ils paraissent d'une épaisseur digne des meilleures cordes, en avortant le côté paille. De la soie, une douceur perlière, sans aucun cheveux qui dépasse. C'est ce qu'on appelle, une classe, c'est certain. Une frange droite et stricte coupe son front, et semble être supportée par la paire de corne précédemment décrite. Votre imagination vous joue des tours, car maintenant, ce sont des longs cheveux violets, tombant jusqu'au sol, que vous voyez, pourtant, vous êtes presque sûr de n'avoir vu que des cheveux au carré ! Attendez, ils sont bien au carré, maintenant, mais totalement ébouriffé, ce que vos hormones apprécient plutôt pas mal, petite vicelard. La fumée doit être toxique, quelles plantes brûlent précisément ? Trop tard, vos poumons souffrent, mais vos yeux refusent de lâcher la créature. Dans une étreinte muette et invisible, vous descendez le long de ce cou, juste assez long pour ne pas être tassé, et juste assez court pour ne pas être surdimensionné. Qu'est-ce que ce doit être, d'embrasser ce cou, de laisser ses mains l'effleurer, et d'y laisser une trace rougeâtre.

Vous aimeriez faire cela pour l'intégralité du corps qui vous fait face. Ces clavicules apparentes, par exemples, qu'est-ce que vous ne donneriez pas pour mordre dedans, avant d'y glisser les lèvres, jusqu'au lobe d'oreille ! Qu'est-ce que vous ne donneriez pas pour poser votre tête sur ces épaules délicates, fines, et pourtant carrées ! Un véritable paradis pour une sieste magique. Vous vous imaginez déjà, là, à glisser une main le long d'un de ses deux bras, ces bras longs et fins, dont la musculature est si fine qu'elle paraitrait se cacher de vos doigts. Vous descendriez jusqu'à ce poignet osseux, si fin et si frêle, vous pourriez si facilement le casser, mais vous ne le feriez pas, car on ne casse pas les pattes d'un oisillon. Pour terminer, vos doigts auraient trouvés les siens, dans une caresse et une étreinte langoureuse, et votre main aurait tenu la sienne, doucement, fermement, pour ne plus jamais la laisser filer, votre petit oiseau, cette colombe souillée de noir. Ce corbeau albinos. Cependant, ses ongles se seraient incrustés dans votre peau, telle des griffes acérées. Telles les serres de ce corbeau blanc dont vous tenez la patte. En parlant d'oiseau... Une paire d'ailes trône dans le sillage de son dos, prenant sa source entre les deux omoplates de la magnifique démone. Un plumage pourpre virant au noir sur les extrémités. Tout comme ses cornes, elles ne fait apparaître ses ailes que lorsque son apparence éveillée se met en place, ce qui explique aussi, pourquoi ces yeux rouges vous ont glacés le sang.

Passons à la suite. Alors que la fumée commence à s'attaquer à vos yeux, brûlant votre rétine longuement, vous revenez à vous et décrivez les courbes de la demoiselle du regard, pas trop petite, mais pas trop grande non plus. Elle est si belle, avec cette taille si fine qu'elle en est presque immatérielle, et ses hanches qui se déploient comme une guêpe. Car c'est exactement ce à quoi ressemble ce corps. un magnifique huit avec des hanches et des épaules de même largeur, alors que sa taille s'efface dans une finesse inégalable. Vous baissez encore un peu les yeux. Pouvez-vous imaginer un seul instant, votre main au creux de ce dos ? Près, tout près de ces deux galbes de chaire, fins mais parfaitement rebondis. Deux demies sphères des plus attirantes. Non vous ne pouvez, car son regard sur vous est trop intense, d'ailleurs les flammes commencent à mordre votre peau, et vous voyez les jambes de la demoiselle se rapprocher, ces longues jambes, presque un mètre, vous en êtes sûr ! Presque qu'un mètre ! Mais d'un coup, tout votre être s'enflamme, littéralement. Votre visions de brouille, tout votre corps se consume, vous avez mal. En tombant, vous jetez un coup d'oeil, le dernier, à la demoiselle.

Environ un mètre soixante-dix, Approximativement une cinquantaine de kilogrammes...
Bonnet B.



   
   
Racontez-nous votre histoire

   
La passion du feu est dans la famille Aasmofer depuis bien des générations. Depuis le début de la lignée, sûrement. Ou peut-être plus précisément là où la magie perdue s'est installée dans leurs gênes. C'est à dire il y a un long, très long moment. Cette magie qui s'est emprise avec cette lignée, qui vit en elle à chaque nouveau né, c'est d'elle que provient le fanatisme profond pour le feu qu'ont les membres de cette famille. Il suffit d'évoquer le nom de famille pour que tout le monde sache qu'il s'agit d'une grande branche d'extrémistes un brin pyromanes. Mais personne n'osera jamais le dire, allons, qui pourrait avoir envie de finir brûlé vif comme aux temps des chasses aux sorcières ? Non ? C'est bien dommage. Cette magie s'est donc incluse dans l'héritage familial il y a des dizaines de générations !


   
   
Informations Supplémentaires

   
Votre surnom
Soda ki pike. Merci le staff :3

   
Votre âge
17 ans

   
Qui est sur ton avatar ?
Assassin (Shuten-douji) - Fate/Grand Order

   
La catégorie de ta magie
Magie Perdue

   
Nom de ta magie
Sawda > Ignifer

   
Accès à la zone H/Y/Y
Ouiiiii ♥

   
Pourquoi avoir choisi Kalerya ?
IL EST BEAU ♥

   
Code de validation


Kirin mode endormi : https://img11.hostingpics.net/pics/281370kirin7daydrawingchallengeday3byrifgocrazy2d7ndtgx.png


Sawda parle en #0990033 et utilise un codage selon ses émotions
Amour/sensualité/etc
Neutralité
Amitié/discussion sans tension
Colère/Haine/Disputes.
Tandis qu'Igniculus parle en #2e2e56 et en italic.

Music:
 
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire de sang pur ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2624
Kinahs :
702602
Age :
23
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
12/09/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Sam 16 Sep - 19:02
Bonjour, as-tu des nouvelles à nous donner ? :)
Bonne soirée !
Page 1 sur 1