PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 

Clair de terre. (évaluation à 18 nécessaire)
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Dim 11 Juin - 19:21
Ludwig Berthausil
Chasseuse de prime


 

Informations générales

Berthausil
Ludwig
50
Ultarime
Femelle
75kg
1M92
Lesbienne
Dragon de terre
Rat albinos

 




Informations psychologiques

Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


 
Agriculture, horticulture, botanique, maraîchage, toute forme d’artisanat cultivant la terre est pour Ludwig une passion. Chaque odeur qui s’en dégage est cadeau de la voûte du ciel, et pour Ludwig, rien ne sera jamais pire que de l’enlever de ses prairies de naissance. Chaque sentier est un engrenage, chaque organisme végétal est pour elle l’accomplissement parfait de la cosmogonie. Elle ne peut se lasser des gésines, et même si la vie et l’existence ne sont pas le sens sans aucun doute de la vie de tous, elle trouve le plus grand bonheur dans la genèse des autres. Elle peint au nectar et à la sève, et elle laboure comme les générations de paysans ayant bâti le monde, se contentant sans aucun mal d'une vie modeste. De ses mains agiles, elle sculpte des corps entiers à travers le bois et décore avec l’accord des arbres chaque endroit visité. Ludwig est animée par la création, elle racle, pétrit, grave, façonne comme s'il fallait qu'elle enfante chaque jour un nouveau-né. C’est uniquement pour cela qu’elle croit fondamentalement à la place et à la légitimité des autres, faisant de son combat contre les opulents despotiques une lutte permanente.


L’expérience ne fait pas d’elle une personne craintive, mais elle fut à de nombreuses reprises confrontée à des situations périlleuses et graves. Les agissements sots de ceux qui détruisaient et brûlaient son territoire éphémère résonnent encore en elle comme des pertes douloureuses. Elle a besoin du feu torride pour faucher les plantes à l’agonie, et a besoin de l’eau pour faire grandir ces dernières. Mais il ne suffit que d'un seul débordement de ceux qu’elle dit être imprévisible pour détruire des années et des années de travail. Un jour, elle en perdit alors patience, et effraya même ceux qu’elle souhaitait défendre. C'est ici que se trouve  sa phobie, malgré sa ténacité psychique, une peur de l’impuissance persiste. De ce qui tangue, de ce qui valse, qui vacille. Perdre pied, de perdre sa lucidité. La réalité, ce qui se touche et s’humecte des cinq sens est le seul repère de Ludwig. Elle insuffle pour s’imprégner de sa légitimité d’être, puisque pour drainer tout ce qu’elle incarne, il faudrait l’enfermer et la déchoir de tout ce qu’elle s’est bâti, de ses droits, de ses croyances, il suffit d’un conditionnement tortueux pour assécher toute forme de vie chez elle.
Qualités : Perspicace – Pragmatique – Curieuse – Réfléchie

Défauts : Lymphatique – Frondeuse – Abrupte - Obstinée

 




Magie et arme

Magie
Arme


Connivence terrestre
Ludwig peut influencer la pousse des plantes, arbres et fleurs, peut invoquer des parcelles de terre (à très moindre mesure si elle ne se trouve pas directement en présence d’humus) et transformer de ses mains des paysages botaniques. Tant que ses pieds reposent sur la terre, elle peut entendre les vibrations, et visualiser si elle se concentre, ce qu'il se passe dans les profondeurs du sol. Après l’acquisition de son pouvoir racial, ses sens accrus n’ont cessés de se perfectionner. Ainsi est-elle capable de prévenir un tremblement de terre des jours à l’avance. Glissements, séismes, avalanches, éboulements, elle ressent littéralement les vibrations terrestres qui sont en elle comme mêlées aux battements de son propre cœur et peut, de fait, détecter tout mouvement si tant est qu'il a lieu sur l'étendue où elle se trouve. Elle peut modifier les propriétés de la flore mais sa magie n’est en rien une magie de chasse, uniquement la continuité de sa propre science végétale. Elle peut imiter le cri des espèces animales terrestres, se fondre dans leurs habitats naturels, au risque de se perdre dans sa magie et rester à jamais emprisonnée dans son camouflage bestial. Sous sa forme de dragon, elle peut s’enfouir sous terre, et se lover contre le paysage.
Ludwig étant peu encline au combat ne possède pas d'arme à proprement parler. Cependant elle est munie d'un thyrse, un long bâton, de taille équivalente à la sienne et orné à sa cime d'une pomme de pin. L'objet, en bois d'acajou ne dispose en soit d'aucune propriété offensive mais elle peut s'en servir pour parer les coups et en asséner de puissants décuplés par sa force draconique.
Sa fonction première est comparable à celle d'une béquille, dont Ludwig se sert lors de ses nombreux voyages à travers les chemins sinueux.

Son apparence n'a rien d'exubérant et correspond parfaitement à sa détentrice. Il est rigoureusement droit, sans aucune aspérité et de couleur rouge sombre. Enfin, la pomme de pin qui le surplombe est plus imposante que d'ordinaire et s'ouvre ou se referme à la faveur des humeurs de son possesseur.

 




Description mentale

Ludwig est une âme profondément solitaire. Ça n'est pas là dire qu'elle n'apprécie pas la compagnie d'autrui, elle s'en accommode au contraire très bien cependant elle ne possède pas cet élan qui poussent les êtres à se rencontrer les uns les autres. Contrairement à tant d’autre, elle n’est pas dans l’impartialité des opinions, puisque sa conversation se fait chaleureuse, et patiente. Elle a cette vision grisâtre des choses, et n'éclot qu’en face de ceux qui le demandent. Ludwig en vieillissant, s’est de plus en plus affirmée dans la protection indépendante des minorités. Non par altruisme, ni pour un quelconque épanouissement personnel mais bien par une impulsion purement rationnelle désireuse de préserver le futur. A travers son engagement fondamental, s’est construite une femme logique et cohérente.

De-là, elle s’est dotée d'une intransigeance ferme qui plutôt que de s'affirmer sous forme d'une autorité inconsidérée prend l'informe du silence. Mais rien de tout ça ne l’empêche d’être vertueuse et sage. C’est une boussole, qui n’agit que pour elle à travers les autres. Évidemment, rien de ça n’est naturel, elle n’est devenue comme ça qu’avec sa passion de la botanique. C’est en apprenant à affranchir la matière qu’elle se libéra elle-même.

Le dragon déborde de confiance en l’Être vivant. Elle ne peut se résoudre une seule seconde à s’imaginer qu’il est inférieur ou trop bête pour cautionner la fin de son monde. Ludwig ne se permet d'appréhender les faits que par un prisme zélé, empreint de conviction et de dévotion, ça n'est qu'ainsi qu'elle agit. C’est une voyageuse ouverte au monde, ne lâchant à aucun moment l’idée de préserver la terre. Sa vie ne tourne qu’autour de son élément fétiche, et il est difficile de savoir si derrière sa sagesse se cache d’autre amour que celui de l’ordre parce que Ludwig chérit tellement le folklore ethnique de chacun, créant une amitié de tous si facilement qu’elle en oublie même les choses plus primitives comme les sentiments passionnés.




Description physique

Ludwig ne porte ni sur son corps ni sur son visage les stigmates d'un âge vieillissant : ses 50 ans n'en paraissent que 30 étant donné sa grande longévité.


C'est une femme au corps robuste, agile et finement musclé, produit de son labeur incessant dont elle garde également la trace sur son dos, légèrement courbé, et ses épaules qui ont tendance à l'affaissement. Lorsqu'elle parvient à se tenir droite, le haut de son crâne culmine aux environs d'un mètre 90. Ses cheveux, portés seulement à hauteur de son cou sont d'un brun très sombre et encadrent un visage qui n'a à priori rien d'exceptionnel. Ludwig a le front haut, dissimulé derrière des mèches folles. Ses yeux, plutôt grands sont d'un gris clair doucereux mais son regard demeure froid, distant, bien plus souvent affecté à sonder l'horizon qu'à scruter le faciès d'autrui. Son nez, petit et légèrement retroussé, surplombe une bouche gracieusement dessinée qui, lorsqu'elle se contracte en un sourire, laisse apparaître deux fossettes rendant Ludwig indiscutablement belle.


Pour ce qui est de ses vêtements, Ludwig ne s'embarrasse guère, préférant largement la praticité à toute appréciation esthétique. Elle dispose d'un lourd sac de voyage, dans lequel est entreposé tout le matériel nécessaire à sa survie et à l'exercice de ses passions, ainsi qu'un thyrse, particulièrement utile pour stabiliser son corps maladroit. Elle est vêtue de diverses peaux animales provenant de carcasses qu'elle trouve et dépèce durant ses voyages -impensable pour elle de tuer-, sachant remettre au goût du jour la chair. Durant ses sommeils chez l’étranger, elle s’orne de leurs traditions, s’imprégnant avec aisance de leurs parures et styles vestimentaires.




Racontez-nous votre histoire

Mémoriel Terrestre – Cycle V


[…] 412. A propos de la passation


Il m'a été compliqué d'écrire à ce sujet car au cours des dernières années, je fus occupé à déterrer les secrets enfouis de nos terres. J'ai cultivé ce qui nous revenait de droit jusqu'à mon dernier souffle et, désormais à l’orée de la mort, une dernière tâche m'incombe.



Dans la vieillesse d’Ultarime s’est enracinée une aigreur perdurante. Ma chair se meurt, et bientôt laissera place au légataire. Me voilà redevenant souche et comme les troncs qui nous couvrent des lueurs torrides et des averses fraîches, je me confonds aux bosquets. Mes funérailles sylvestres touchent à leur fin et mes forces déclinent. Ainsi j’implore l’encre tremblante de ne pas cesser ici ses inscriptions. De mes yeux fatigués, je saisis enfin les démarcations du monde. Les silhouettes se précisent, pendant que la mienne s’efface doucement.

La rencontre avec le prochain dragon de terre est l’objet principal de mes derniers mots. Il y a semble-t-il véritablement des naissances exceptionnelles : des êtres vidés depuis l’embryon de toute substance héroïque, et qui pourtant, ne cessent à chaque printemps de fleurir là où nombre de leurs comparses s’éteignent à jamais. Ludwig est une âme tellurique, dont l’être s’est forgé dans la rigueur terrestre, ainsi l’ai-je choisi pour hériter de ma force vitale.

L'importance de sa contribution est indéniable à ce que je suis devenu. J'ai rencontré l'enfant Ludwig il y a de cela désormais 4 années. Inadvertance du destin ou non, ceci modifia drastiquement les nôtres. Elle n'avait pour lors que 7 ans et effectuait une de ses fréquentes balades nocturnes dans lesquelles sa silhouette juvénile se mêle à l'obscurité environnante, côtoyant comme un rituel crépusculaire l’imprudence du monde. Il n’y avait cependant en elle rien d’une once de peur ou de danger. L'instant n'était de toute façon pas propice à de tels songes car aussi curieux qu'il fût, il n'y avait pas d'erreur possible. L’innocence avait déserté son visage enfantin, ou peut-être n’y fût-elle jamais réellement présente. Dans ses yeux, comme dans ses traits, elle rayonnait d’existence. L’enfant Ludwig était bel et bien réelle, terrée dans l’ombre de ses prochains. Elle risquait sûrement tout, et en même temps si peu, car rien ni même les vents les plus sauvages ne pouvaient l’arracher à ce contre quoi elle se blottissait. Ludwig s’était enracinée.

En des gestes assurés, elle barbouillait de pigment son corps, se fondant au décor chaque soir. Rien n’était illuminé dans ces vastes champs, et c’est aux seuls faibles rayonnements des insectes qu’elle empruntait le même chemin connu que d’elle et de moi sans un pas de travers. Sa démarche n’avait rien de l’agilité d’un danseur, ses pas étaient rigides, suintant la lenteur. Elle gravissait les pentes comme une montagnarde, et ce, empreinte d’une patience prodigieuse, rivalisant avec la lassitude même. Elle ne cessait jamais de s’étendre. Elle s’étendait comme les hectares d’herbes et de pays qui surplombaient Ultarime, et qui résident en maître sur toute matière. Mais Ludwig n’avait pas de don particulier, simplement humble de connaissance des sentiers, des terriers, elle était une maraichère évasive car elle plantait sans le savoir les graines de notre lignée, s’ancrant avant même de devenir un dragon, dans la terre. Son travail était interminable. Mais les liens qu’elle a tissés resteront inoubliables, et nous nous souviendrons d’elle comme un symbole à l’impact sans précédent. Ce qui était admirable chez elle, et qui à la première rencontre se figeait comme une peinture sublime, c’était sans aucun doute son souvenir.

Contrairement à ceux qui aspirent chaque seconde à la réussite, la grande enfant Ludwig n’avait que pour ambition la terre. Elle était sans aucun doute une lumière cendrée, une existence nuancée, absente et présente. Le reflet même d’un clair de terre. C’est ce pourquoi si régulièrement, avec une discipline sans faille, elle tenait les rênes de son quotidien. Ludwig avait une peur, qui ne l’empêchait pas de vivre, mais qui la poussait à vivre. Si elle n’agissait pas, elle ne se sentait plus là. Personne ne lui disait qu’elle était là, et pourtant, elle semblait simultanément être partout.

La nature, à son esprit était un gisement infini, et, d’un détachement irréprochable, elle maîtrisait la poussée de chacune de ses plantes. Elle se sentait enterrée déjà si vite par ce qui était autre qu’individuel, les engagements futiles des mœurs n’étaient qu’une couche étouffante de plus sur son épiderme. Elle n’aspirait pas à desservir une quelconque autorité. Néanmoins elle s’y pliait, pour continuer de cultiver et récolter les fruits de ses efforts. Elle n’avait pas besoin d’aller loin pour se sentir chez elle, mais elle avait besoin de tant pour ne pas être chassée.

Puis le jour arriva où elle pénétra dans mon biotope. Ses sens fabuleux l'avaient mené à parcourir, un soir de pleine lune, mon échine mourante. Souffrant comme tous ceux proches de la mort et ce malgré la bienveillance qu'elle incarnait, rien ne me rendait plus docile que les rugissements monstrueux de l'agonie. Il y a des douleurs qui ne se soulagent point et ce n'est que par un étranglement de soi-même à soi-même qu’on finit par s'ignorer. L’enfant n’osa évidemment pas se confronter à la colère d'un géant. Et si elle respirait au rythme de la peur, elle était bien plus terrifiée par le fait d'être découverte que par son délit. En son cœur résidait une douceur ironique, que je puis confirmer après mes années passées à ses côtés. Il n'y pas d'égoïsme en Ludwig. Elle n'agit nullement pour les autres, seulement pour elle-même. Cependant son être entier est une cause dévouée aux autres.

Elle n'était pas restée longtemps ce soir-là, malgré son sourire qui, bien que terrifié, trahissait ses envies primaires. Elle partit donc le premier jour plus tôt que d’habitude, d'une démarche malade, boitait hors de mes champs, de ma vision et de mes tremblements.

Sa nature curieuse faisait cependant de son retour à moi une évidence. L'enfant Ludwig revenait explorer avidement mon domaine. Elle attendait impatiemment une autre de mes transformations, désireuse de pouvoir à nouveau fouler de ses pieds le sol de mon écosystème, marqué de ses empreintes le territoire de la bestiole que je suis, en fière exploratrice. Elle n'avait pas besoin de se dessiner la géographie de mon corps gigantesque et préférait se perdre en moi comme dans un labyrinthe. Ludwig n’était certainement pas la réponse, mais elle était un soulagement apaisant, le labeur agraire récompensé. Elle n'était pas non plus ce filet d'eau qui coule le long de nos dos courbés par le travail, elle était uniquement cette herbe, ni bien ni mauvaise qui poussait tant bien que mal entre deux plantes.

Je me permis, dès lors, de lui apprendre les traditions de mon élément. C’était parce qu’elle était ma seule connaissance depuis si longtemps que je lui accordais les qualités dont j’aurai rêvé pour elle. Ludwig apprenait silencieusement, grognait comme le bétail humain mais jamais ne cessait d’user son énergie à la pratique de ce que je lui enseignais. Elle semait des graines dont elle apprenait par cœur les détails, et humait la terre jusqu’à sentir au-delà de l’odorat : non plus des parfums mais bien les symptômes déterminants de notre sol. Ses pas se faisaient moins hasardeux, mais au prix de mon apprentissage, elle perdait peu à peu usage de sa lucidité. Elle ne devenait pas, au contraire, elle disparaissait. Il y avait là des gestes meilleurs à son usage de la théorie, mais il y avait en parallèle des états d’âme pensifs de plus en plus alertant. Elle se laissait aller à l’insuffisance, elle se privait d’être, comme si les mille carences de ce qu’elle était l’avaient rattrapé. Une inattention dans l’obsession.

Je ne peux mentir ; ma vision s’est forgée autour de projections. Mes souvenirs tout comme moi s’assoupissent, et ne tarderont pas à sombrer dans un long sommeil. Ludwig en tout cas, n’a jamais dérogé à aucune de mes leçons, et ce malgré un isolement de plus en plus manifeste. Je ne savais à quoi elle se raccrochait, puisqu’elle avait si peu. Je ne pouvais me contraindre à lui donner plus, car elle veillait déjà sans relâche à son intimité. Depuis la première veillée lunaire, son engagement muet était d’une loyauté exemplaire pour tous. L’enfant était moral, intransigeant et réclamait de l’univers ce qu’il lui devait. C’est même pour ça qu’il ne pouvait exister meilleure fin pour moi, la preuve même de notre légitimité, à toute notre lignée. Elle n’était en rien morose, et ce qui lui appartient devra à jamais rester scellée uniquement en son biome. Ludwig est secret, et il ne servait à rien de chercher les fossiles de son être.

Je me suis rendu et ait abdiqué de plein gré à l’évidence qu’elle ferait perdurer la culture et le développement des dragons terrestres. Elle profitera les sens éveillés de ma dernière pleine lune pour me voir faner sous ma propre injonction, et alors je veux qu’elle respire pleinement ma vie, mon existence, la manifestation entière de ce que je suis pour qu’elle puisse trouver un réconfort tout se flétrit.


Mon enfant Ludwig, disparais en tant qu’humaine et vis maintenant en tant que dragon.


Mémoriel Terrestre – Cycle VI


1. Récoltes de Benaryath en 567. – Pleines lunes.


51.0 144.3 - NE Xavahay :

- Bouturage nécessaire de l’astragale. Terre siliceuse.  
- Redressage des haies, attention aux pépinières.
- Floraison prochaine des pensées.
Transformation épuisante, il me faut la recette d’un baume vivifiant. J’ai aperçu le long de la côte des Pensées à grandes fleurs. En écrasant les bicolores, l’essence magique pourrait être le meilleur détoxifiant.

[…]


9. Chasses, primes, migration.


Les marchands se font de plus en plus présents autour des ruisseaux de la frontière sud. Je ne peux pas continuer à vivre ici, ils se contenteront de raser sans conscience l’agriculture centenaire et moi avec. Je ne peux plus rien protéger, il me faut partir sur les conseils du dernier dragon. Il me faut lutter contre ces agissements dignes des microcosmes terribles qu’ils sont. J’ai préparé des affaires légères, je partirai le lendemain de la prochaine pleine lune. Je m’inscrirais en tant que chasseuse de prime, et compte parcourir pendant l’Hasaxuth l’ouest pour atteindre les temples. J’ai entendu dire des vagabonds qu’il était possible d’inspirer certains à agir contre l’appropriation illégitime de ces fous. Il sera rapide pour moi d’atteindre cette partie-là pendant l’hibernation de mes confrères terrestres. Tout ne se fera qu’à pied, mon voyage sera long, et durera des dizaines d’années. Il me faudra éviter d’être interpellée, et au long de cette incursion, alerter et rassembler sous la banderole des dragons de terre : des fidèles non pour être martyr mais pour la vie.


198. Cinquantième anniversaire.


Ma traversée s'achève ici : les peuples ont besoin de nous. Je ne veux pas d'un culte idolâtrant le dragon de terre, mais sans la fédération de ma bannière, il n'existera bientôt plus rien de l'écosystème de ce monde. Car j'ai vu cette guerre terrible entre les "grands", et du sang de leurs innocents, ils ternissent notre sol. Il me faut devenir partisan, accepter le syncrétisme des sanctuaires et renforcer nos éléments fidèles les plus avancés pour les conduire à cultiver la fertilité et la croissance absolue d'Ultarime. Il nous faut aux effacés et aux invisibles ce qui nous revient de droit comme depuis toujours. Il n'est pas nécessaire pour moi d'écrire trop car après avoir suivi de si près les nombreux peuples et survivants que vous êtes, il est temps pour nous de nous élever à armes égales. Nous devons à ceux dont la souffrance et la misère de la royauté marquent le regard un sanctuaire. Un dôme pour leur donner la force de se sauver, de s'émanciper et se défendre.

Défunts, vous dont les cadavres investissent nos terres depuis toujours, j'ai désormais tant appris des arts et des savoir-faire primordiaux nécessaires à la survie de vos enfants. Vous, que j'ai toujours accueilli non sans amertume dans mes dimensions colossales, faites de ronces et de feuillages, il existe en vous un somptueux triomphe : celui d'avoir défait ceux qui vous méprisent. Car chaque jour vos terres ne cessent de fleurir. Je vivrai en tant qu'hôte de festin, parfumée d'un encens antique et tenace, et promets de vous retourner ce qui vous appartient.

Aujourd'hui je repars, mais cette fois, non plus en simple ascète, mais en tant que l'un de vous, car je donne loyauté en échange de la vôtre. En clandestine, je traquerai les oppresseurs, à la recherche de nouveaux Adelphes.




Informations Supplémentaires

Votre surnom
Swietenia

Votre âge
18

Qui est sur ton avatar ?
Toph Bei Fong - Avatar the last airbender

La catégorie de ta magie
Magie élémentaire

Nom de ta magie
Ludwig Berthausil > Connivence terrestre

Accès à la zone H/Y/Y
Oui

Pourquoi avoir choisi Kalerya ?
Pour sa richesse de contenu.

Code de validation

✽ Dragon d'air - Loup Garou ✽
✽ Dragon d'air - Loup Garou ✽
avatar
pic-profil
Messages :
46
Kinahs :
10003
Age :
22
Date de naissance :
11/08/1995
Date d'inscription :
22/01/2017

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t881-appelez-moi-fi-bande-de-vieux-chnocks-en-cours#5428 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1010-deal-with-it-fi#6146 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1248-et-ouai-j-en-ai-vecu-des-aventures-journal-fi#8718 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1249-crois-moi-tu-veux-pas-savoir-c-que-je-cache-tresorerie-fi#8720 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1247-baisse-les-yeux-dossier-rp-fi#8717 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1250-ou-j-en-etais-maj-rp-fi#8722

Lun 12 Juin - 0:16
Bienvenue parmi nous !
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 12 Juin - 0:52
Bienvenue sur le forum !
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 12 Juin - 1:25
Bienvenue parmis nous.
Un autre dragon pour jouer à tigre et dragon ?

❖ Démon ❖▼
❖ Démon ❖
avatar
pic-profil
Messages :
117
Kinahs :
12002
Age :
20
Date de naissance :
07/12/1997
Date d'inscription :
14/05/2017

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t1513-presentation-de-vallah http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ En ligne

Lun 12 Juin - 18:03
Bonjour et bienvenue, un membre du staff va venir s'occuper de ta fiche d'ici peu. J'espère que tu auras ton niveau 18. Bonne chance. ^^
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 12 Juin - 18:30
Merci à vous. :)

(Pourquoi pas pour le tigre et dragon !)
❖ Dragon du feu - Banshee ❖
❖ Dragon du feu - Banshee ❖
avatar
pic-profil
Messages :
845
Kinahs :
118333
Age :
25
Date de naissance :
01/07/1992
Date d'inscription :
09/10/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t116-siriel-k-vineldyl http://www.kalerya-entre-monde.com/t379-siriel-k-vineldyl-f-t http://www.kalerya-entre-monde.com/t384-siriel-k-vineldyl-ses-petits-tresor http://www.kalerya-entre-monde.com/t382-siriel-k-vineldyl-le-fil-rouge-de-sa-vie http://www.kalerya-entre-monde.com/t383-siriel-k-vineldyl-des-noeud-sur-le-fil#2021

Lun 12 Juin - 19:37
Bienvenue :love:

Bon courage pour ta fiche !


   
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 12 Juin - 20:01
Et bien si l'idée te tente, on en fera un alors :)
Je surveille ta validation amie dragonne
● Dragon de foudre - Incube ●
● Dragon de foudre - Incube ●
avatar
pic-profil
Messages :
563
Kinahs :
14897
Age :
21
Date de naissance :
25/09/1996
Date d'inscription :
14/10/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t99-alexander-bianco http://www.kalerya-entre-monde.com/t1604-alexander-bianco-ft-refonte http://www.kalerya-entre-monde.com/t363-journal-intime-alexander-bianco#1821 http://www.kalerya-entre-monde.com/t317-tresorerie-personnelle-alexander-bianco http://www.kalerya-entre-monde.com/t261-dossier-rp-alexander-bianco http://www.kalerya-entre-monde.com/t362-mise-a-jour-dossier-rp-alexander-bianco#1820

Lun 12 Juin - 20:06
Orthographe2/2
Vocabulaire 2/2
Conjugaison2/2

Langue française1,5/2
Originalité2/2
Qualité4/4

Note perso2/2
Longueur du texte2/4
Niveau18 (17,5)/20


Validation avec...
Niveau Total20
P. Techniques21
P. caractéristiques110


Félicitation
Et voilà, tu es validée avec un Niveau 18, ce qui te permet de jouer un Dragon comme le raconte ton Histoire. Cette dernière étant des plus agréable à lire et plaisante, comme tous le reste de ta présentation.
J'ai hâte de te voir Rp.

Tu peux maintenant faire ta Fiche Technique et Rp avec tous le monde.





Alexander parle en #7343a3
Byakko parle en #e8891a
pic-profil

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1