PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Burning butterflies || Kkins
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Ven 2 Juin - 23:48
Kkins
Conseil - Bras droit de la Division de médecine




Informations générales
Kkins
19 ans
Ultarime - Mulfass
Femme ♀
52 kg
1m67cm
Hétérosexuelle
Succube

méduse dite Lune




Informations psychologiques

Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


Les autres comme mot d'ordre. L’archétype extérieur ne vous a-t-elle jamais fascinée ? Voir tant de gens aux réactions si différentes et pourtant convergentes, le paradoxal de l'humain jamais ne vous a-t-il choqué, fasciné ? Sa modeste avidité, cette peur fantastique, ce rejet exclusif ?
Pourquoi tant d'adjectifs se chevauchent ils pour ne former qu'une illusion caractérielle, malléable, flexible à l'infini sous les pulsations des traumatismes, sous les martèlements des chocs émotionnels. Pourquoi le psychisme de la nature humaine est-il si faible ?
Kkins se passionne pour les pages ocre d'âge, pour les ouvrages psychologiques, explicatifs, elle s'aime à contredire et tester les théories sur ses cobayes humains, indirectement volontaires. Toujours imaginer, prévoir et anticiper une situation avant son apogée ; matérialisant dans ses pensées un arbre des possibilités unifiant toutes les issues de ses conversations, de l'impact du choix de ses mots, de ses sujets et leur aboutissement. L'inconscient et l'interprétation du rêve forment ses plus vastes centres d’intérêt.

Le physique sans pour autant indissociable de son mental, porte également intérêt à la jeune femme, notamment le langage corporel dont chaque tremblement, ondulation, frisson ou regard définit pour elle une traduction irréfutable de la situation actuelle de la personne, et donc un accès vers sûr vers son cerveau inconscient où elle pourra interpréter chacune des réponses - Physiques ou orales - de la personne visée.

Le thé. Plongées dans ce liquide transparent aux volutes blanchâtres de chaleur, les feuilles vertes, lentement, gonflent et se libèrent, s'extasient d'un intense parfum aromate.
N'est-il pas poétique et agréable de voir ces végétaux frêles se tordre sous cette agréable chaleur ? De voir et observer ces nuages colorés se répandre lentement dans l'eau ? Kkins aime le thé. Il ne sera jamais rare de la voir, passionnée par quelques bocaux, pour en sélectionner fleurs et feuilles et composer un bouquet de miniatures aromates aquatiques dansant contre l'avalanche bouillante de l'eau.

Les plantes, notamment les végétaux dits gras, comme les cactus et aloes diverses. Leurs sèves riches prodiguent de nombreuses vertus à la peau, et chaque détail physique comptant aussi dans la séduction perpétuelle des succubes, son organe blanc et lisse ne sera lui être ainsi que plus attirant pour ses proies
Ainsi, de son bureau à sa chambre reposent formes colorées et entretenues, menues ou plus imposantes, fleuries ou piquantes.

Les arts culinaires, ayant la chance d'y être douée, plonger et mélanger couleurs et saveurs sous des arcs bouts musicaux lui procure beaucoup de satisfaction.
Elle garde secret qu'elle utilise certaines de ses plantes dans ses recettes pour exhausser certains goûts et accentuer les volutes de fumées délicatement parfumées.

Le violoncelle et le classique ayant exercé de cet instrument aux airs graves durant son enfance, Kkins aime écouter valses, berceuses et requiems.

Pourtant malgré son apparence calme et gracieuse Kkins est au sommet d'un perfectionnisme qui la rend sévère et lui fait détester les échecs, et les abandons.
Elle possède une réelle aversion pour les menteurs, charlatans et beaux-parleurs dont elle se méfie, ayant appris que c'est parfois derrière ces plus beaux et alléchants visages que se cachent les pires sévices.
Si l'hypocrisie l'horripile, elle se sent parfois seule au milieu de réunions importantes où semblent être conviés pires comédiens de toutes races; il va de soit que si la situation ne l'impose pas, elle ne se rendra donc que rarement dans ce genre de soirées aux motifs trop superficiels.

Kkins est d'une rare claustrophobie, si cette dernière ne s'applique qu'à certains lieux et donc en aucun cas aux affections tactiles, elle n'en reste pas moins extrêmement virulente et handicapante.
Une dizaine de minutes suffisent à lui faire perdre toute notion de relativité, à la rendre agressive autant que paniquée, et si le délai s'étire encore elle peut en devenir nauséeuse, presque paranoïaque et finir, à terme par avoir des hallucinations, jusqu'à l'évanouissement.

De même, la vision des serpents use du même et intense effroi sur elle. Créature de tout temps détestées, elles restent source de nombreux cauchemars de Kkins, et donc l'objet d'une peur particulièrement violente.
Sa personnalité riche et complexe forme d'elle un être analytique prenant facilement de la distance avec le monde qui l'entoure, parfois qualifiée de marginale ; cependant rarement froide, car elle demeure superficiellement agréable et souriante, en tant qu'appât. Faisant très tôt partie d'une certaine élite, elle garde cette posture et allure noble autant que son exigence de prestige et sévérité, des plus aiguisées à ses vis-à-vis personnels.

Extrêmement curieuse, aucune précision ne se rétorque à elle, que se soit sur son travail ou celui d'autrui, dans le combat et hors ce dernier ; et c'est ce qui constitue son perfectionnisme et sa force d'analyse très prononcés. Sa méfiance naturelle la force à vérifier systématiquement ses arrières, ce qui dans le combat, métissé à son agilité raciale et sa caractéristique systématique de scepticisme lui permet de s'enfuir avec aisance de pièges et embuscades.

Si elle ne se fait en aucun cas téméraire, elle persiste à être très calculatrice et prévoyante, parfois renommée d'être trop pragmatique.
Érigée de ce fait en model de sagesse et de justice, nombreux la considèrent de bon conseil et l'admirent.
Parfois même comparée à une sorte d'érudite de par son enfance plongée dans différents ouvrages, aussi scientifiques que psychologiques, il n'est pas rare que des décisions plus ou moins importantes lui soient soumises afin qu'elle départage objectivement.





Magie et arme

Magie
Arme


Ptisis :
Ciselées dans les flux d'énergie environnants, lentement émergeait, apparaissait épars, des bribes opalines et rougeâtres. De quelques points qui se dentelaient, s'engendraient quelques papillons carminés.
Virevoltants en une fontaine écarlate, de ballets de lignes incessantes et instables.
L'énergie à proximité se catalysait en quelques orbes microscopiques qui convergeaient les unes aux autres, formant une population de papillons incandescents.

Ptisis ou l'envol ; les insectes flamboyants se réunissaient lorsque d'autres s'échappaient à cette danse aérienne. Obéissants à la volonté de Kkins, ses papillons peuvent d'un simple contact anesthésier, entraver, brûler , empoisonner ou plonger dans le sommeil un corps choisi.
Formant un bouclier efficace contre les attaques extérieures en matérialisant une sphère dense et dynamique autour de la jeune femme et un allié au maximum, ses papillons sont pourtant dénués de la moindre force offensive et n'agissent donc qu'en pouvoir défensif, de soutien et d'altération de l'adversaire.   
Larmes de Harpie;
Kkins emploie des aiguillons toxiques pour attaquer ses adversaires à moyenne ou longue portée. D'une longueur d'environ 8 cm et d'un diamètre variable ( restant assez fin ) elle est capable de prodiguer plusieurs salves d'aiguilles successives en très peu de temps pour s'attaquer à son adversaire qu'elle aura auparavant altéré à l'aide de ses papillons vermeil.

La faiblesse de Kkins réside dans son endurance très faible malgré ses compétences raciales et dans son peu d'aisance au combat rapproché. Si elle se voit contrainte au corps-à-corps, elle forgera quelques papillons en urgence pour pouvoir altérer son adversaire puis lui asséner des coups de griffe ( ongles poussant très vite en cas de nécessité -rf les races/ Succube )  et s'éloigner de lui en comptant sur sa capacité d'esquive assez élevée, avant de reprendre le combat à moyenne distance.





Description mentale

Kkins est une enfant grandie trop tôt, s'étant émancipée d'une grande maturité avant un âge de raison, elle est donc devenue le temps passant une jeune femme fière de son indépendance.
Pourtant, le besoin de reconnaissance et la soif harcelante de plaire aux autres, sans quoi elle n'atteint pas la satisfaction voulue, reviennent sans cesse, marteler contre elle, la poussant sans cesse dans l'intensité de ses actions.
Très tôt, défendant de grands principes moraux et prônant des valeurs oubliées, Kkins s'est plongée dans une sévérité intransigeante à ses égards ; c'est de là que naissent ses capacités analytiques et son scepticisme permanent, se nourrissant de crainte que quelques travaux soit mal achevés, s'est développé une capacité d'analyse extérieure instantanée lui permettant de rectifier ses faits pour atteindre la perfection de l'élite.

Car Kkins fait partie, comme les autres membres du Conseil ou ceux de la Congrégation, de cet aparté précieux et indispensable au bon fonctionnement des mondes, ce qui, les responsabilités pesantes régnantes fondent souvent le stress inapaisable de la jeune femme soumise à de nombreuses activités et réunions incessantes.
Pourtant, elle demeure volontaire et déterminée malgré les épreuves qu'elle peut rencontrer, ayant une force de caractère lui permettant de les aborder avec une toute objectivité.
Ainsi, l'on retrouve ses airs calculateurs et calmes qui la caractérisent. Cependant, Kkins n'est pas toujours de bon cœur et perd son estime pour ceux qui abandonnent ; pour elle les faux désespérés ne sont rien d'autre que des parasites qu'emploie la Congrégation ou le Conseil pour aucune raison valable, si ce n'est pour quelques connaissances qui leur jouent des reflets hypocritement positifs. À moins d'encourir une situation grave à laquelle, ses quelques traits de pitié et d'altruisme prendront le dessus et tendront le bras pour secourir et réconforter, une personne qui passe son temps à se plaindre et à prodiguer des jérémiades inutiles n'est qu'un boulet auquel elle ne pourra qu'acheter des kleenex s'il veut pleurer, car elle ne perdra jamais son temps, pour ce genre de personne qu'elle considère comme méprisable, ceux qui veulent se placer sur le bord de la route le feront d'eux même, et il n'est certainement pas question qu'elle les aide à se plaindre de leur vie trop confortable.
Ses pensées, et ses paroles parfois dures son toutefois toujours énoncées telles des sentences recourant à une pure logique, comme si son cerveau ne faisait qu'obéir à sa part cartésienne, sans aucun sentiment ; en apparence.

Car si elle peut sembler sévère et impénétrable, elle ne demeure pas moins cette enfant qu'elle n'a prise le temps d'être lorsque ces rares personnes avec qui elle accepte de recouvrir sa fragilité authentique et son immaturité, son incapacité à quelques gestes et sujets banals, l'entourent.
Elle aime inconsciemment se sentir protégée et admire secrètement ces hommes forts et combattants, toujours vaillants qui reviennent du combat et se présentent à la division de médecine. C'est tout à fait un honneur pour elle de pouvoir, se sentir utile et les sauver.

Kkins peut donc se montrer d'une extrême intransigeance qu'elle ne renie pas. Pour elle perfection doit pouvoir être atteinte si l'on s'engage; c'est une femme de parole, sérieuse qui réalisera ses promesses quoi qu'il puisse lui en coûter.  




Description physique

De longs cheveux d'une teinte sylvestre déferlant le long de son cou en une fontaine émeraude, éclatante de reflets argentés, parfois opalins ; des deltas de jade sur le bas de sa nuque, la naissance de son dos, promettant mille caresses vierges sur sa peau claire et neigeuse.
Fines, quelques veines, éparses de çà et là de son corps ressortaient, contrastant avec sa douce pâleur naturelle.
Un claquement de cil, de nouveau, son visage. Ses prunelles de jade, lugubres et voluptueuses sous ses longs cils, lisses et d'une même couleur à ses cheveux, cette teinte profonde. Pourtant sa magie s'active et l'une de ses belles perles de jade se transforme, se teinte d'un rouge sang majestueux. Puis, au-dessus. Soulignés, deux traits, brisés et fins pour ses sourcils réguliers.
Puis ses lèvres, pulpeuses et joueuses, dessinées et fines ; émerveillée de pigmentations défiantes, chacune des palettes églantines sauvages, apparaissait sur sa lèvre inférieure quelques stries dues à son mordillement courant, un tic chez elle. Encadré par sa mâchoire ciselée, son visage prenait une profondeur étonnante et brumeuse, mystérieuse et comptant quelques promesses auxquels plus d'un homme aurait voulu se confronter et se mêler.
S'étendait plus bas son long et fin cou, enfin sa longue clavicule et ses petites épaules, délicates et charmantes. Puis ses bras, avant bras, de quelque peu musclés et entraînés, mais sans cicatrices. Révélant encore sa peau nacrée sur ses légères et petites mains.
Un retour en arrière, une remontée seconde. Sa poitrine ; développée et ronde, dense et délicate sur ses seins puis ses fins tétons d'un clair coquelicot-rosé.  
Son abdomen finissait par s'évader sous des caresses imaginaires, présentant ses hanches courbées et fines encadrant son mince ventre et son nombril un peu haut placé, forçant l'attention sur bas du ventre, puis son intimité.
S'élançait de longues jambes aux formes généreuses et bombées pour le bas de son dos, enfin ses cuisses puis ses mollets serpentins, enfin ses jeunes pieds, petits et étroits.  

Stricts, sévères ou habillés ; les vêtements de Kkins s'ajustent selon ses occupations. La plus grande partie du temps se trouvant au château du Conseil, elle adoptera une tenue plus classique et sobre. Il sera ainsi courant de la voir vêtue d'un jupe noire ajustée le long de ses formes jusqu'à ses 3/4 de cuisse et d'un chemisier blanc à jabot.




Racontez-nous votre histoire

Pays citadelle horrifié dans ses songes sanglants aux bribes abominables. Remémorez-vous, quelques instants Mulfass et ses brumes fantomatiques ; la lueur blafarde des torches aigres, l'odeur froide d'une ville enterrée dans son passé, des pavés assombris par le patinage incessant des marches militaires.
Remémorez-vous, la fuite affligeante des arbalétriers, ces sentinelles effrayées, au travers de l'humidité nébuleuse qui entourait les villes, cette brume épaisse, perpétuelle, de ses nuances neigeuses autant que poussiéreuses. Vous souvenez-vous de leurs promesses cauchemardesques, de leur angoisse fiévreuse pour ceux qui s'aventureraient en elles ?

Cette nuit sombre et sans lune, vous en souvenez-vous ? Les bruissements du plancher sous les pas de ces jeunes adultes. Le son des claquements de métal, du tissu contre la peau, des escaliers traversés, des chaussures enfilés ? Cette effroyable succession interminable... Jusqu'à la porte entrouverte, les grincements de la vieille poignée, puis l'enfant au saut du lit, courant jusqu'à ses parents, enjambant les marches à une vitesse démente pour quelques réconforts pressés, un baiser sur le front et des promesses de retour intenables. Puis de nouveau, l'ombre, l'obscurité chaleureuse d'un foyer, et dehors l'écho macabre des talonnettes patinées frappant encore sur le sol battu ; l'hymne de tous ces pieds tambourinant contre les dalles de la route austère, tout coordonnés dans leur seul but de destruction massive "Sus à Guniazath!".
Pourquoi ? Une question si incongrue de la part d'une enfant, innocente, mais qualifiée de stupide en de telles circonstances, l'humain ne s'imagine pas, ne se met pas à la place d'un autre, préfère garder son siège qu'il croit tout-puissant, le pouvoir est si facile lorsque l'on ne connaît pas la guerre, les souffrances et les déchirements.
Et alors pourquoi ? Pour un homme avide d'impétuosité, pour une faute de tolérance ? Deux mages séduisants dans les soirs nocturnes, deux incubes destinés à une mort certaine. Le prix à payer pour un conflit erroné. Les troupes disparaissaient lentement au travers de la fumée éternelle, dans cette ambiance froide et somnolente, intense et irascible des brumes de l'imperturbables de la citadelle.

Elle repoussait cette porte, l'enfant, maintenant solitaire, hissée aux sommets des remparts, les larmes froides et les joues rougies, un souffle de nuages nivéens; regardant les silhouettes confondues de ses parents s'effacer dans les méandres nuages froids.
Ils avaient disparu, et elle errait entre les rues étroites de Yukiryoku, obnubilée par une démence passagère, par quelques nuances de pleurs et de folies devant cette vérité absurde. Puis elle regagnait sa maison. Le feu s'était éteint et la grande pièce embaumait les effluves charbonneux, les cendres froides.
Elle s'affalait sur une des chaises de bois, restait, méditait et espérait, rêvant de leur retour. Le froid la saisissait finalement et elle soulevait une bûche de bois dans ses bras, comme si, elle l'eut câliné. Elle finissait son effort en un petit tas sur quelques braises qu'elle ravivait tant bien que mal. Il s’érigeait de nouveau dans les airs, ce feu, sa chaleur et sa prestance majestueuse.
Alors elle se rasseyait, passionnée par les lueurs tremblantes autant que puissantes qui émanaient de ces formes chaudes et hasardeuses. Plus rien.

Le vide se chassait de son esprit alors que les premières lueurs chatoyantes de l'astre de feu s'éclairaient à son foyer par les fenêtres translucides. La petite se frottait les yeux, s'étirait, elle s'était endormi près du feu, par miracle encore animé ; sur une de ces petites chaises de bois.
L'enfant saisissait, comme par réflexe, pour un amusement éphémère les effluves magiques de la pièce et les modelait en de quelques orbes rougeâtres et luminescents, fruit d'un héritage impénétrable.
Puis elle passait sa journée, le dos abandonné contre les hautes murailles observant l'horizon, rêvant de leur déjà retour, impatiente de retrouver leur sourire, leur chaleur et leur voix. Alors elle s'entraînait à capter certaines de ces poussières spéciales dans l’atmosphère, les transformaient en un spectacle de lanternes qui croyait, elle guiderait ses parents vers elle à nouveau.
Pourtant, elle restait assise au centre de sa solitude, au milieu de ses sphères empourprées. Elle répétait chaque soir, ce nouveau rituel qui donnait un sens à sa petite existence désarçonnée.

L'un de ces soirs, sombres et humides, elle fit la connaissance d'Abderus, un vieux mage. Ses cheveux blancs semblaient gages de sagesse, épars et nostalgiques d'un passé glorieux autour de ses prunelles d'un azur pâlit par l'âge. Ce fut le seul, un voyageur, qui lui rétorqua la réalité en pleine face, semblable à une déchirure venteuse. Ils ne reviendraient pas. Et il ne lui servirait à rien de les attendre, de s'épuiser dans une vie à ressasser un passé inacceptable.
Elle pleurait, le détestait et s'enfuyait ; puis le retrouvait, encore, comme chaque soir ; mais lui contre le mur à cette place qu'elle occupait encore la veille. Elle le regardait, incrédule et rougissait, pleurait. Pourtant, cette fois-ci, quelqu'un avait semblé entendre ses pleurs, elle se sentait réconfortée par cet homme qui lui avait fait pourtant si mal ; il dégageait de lui cette chaleur dont la petite avait oublié la sensation : la chaleur humaine. Elle restait alors, encore quelque temps contre lui, sa petite tête sur son torse gravit par les âges, écoutant sa respiration sage.
Pourquoi ? Pourquoi était-il là ce soir ? Pourquoi à sa place ? Pourquoi était-il de la sorte avec elle ? Que lui voulait-il ? Le vieil homme se présenta comme s'il eut lu dans les pensées de la jeune enfant. Et elle partait à ses côtés le soir même, en direction d'un pays qui lui était inconnu, sa petite paume dans la main vieillie d'un parfait inconnu qui respirait pourtant clémence et savoir. Il lui disait que là-bas, à Mulfass, ils l'auraient sans doute bientôt oubliée.

Elle pénétrait alors elle aussi, à son tour dans les brumes froides environnant la citadelle. Les premiers jours furent les plus durs physiquement. Ils marchaient toute la journée "vers un autre monde" qu'il lui avait dit ; elle était une voyageuse aussi maintenant. Trouvant réconfort auprès d'un vieillard devenu sa seule famille. Pourquoi lui comme tuteur, lui, simple passager aux airs Vanerziens ? Elle ne s'en préoccupait point. C'était ce vieil homme qui lui avait tout enseigné : se méfier des autres voyageurs, des marchands, des créatures et escrocs insoupçonnés, il l'avait baptisé Kkins en référence à, une langue mythologique et antique oubliée, parlée par quelques érudits à Vanerzame; cela était issu de "kókkinos" qui voulait dire "rouge", comme ces sphères qu'elle parvenait à produire.
Les premiers jours étaient les plus durs, tantôt physiquement que moralement ; elle avait abandonné patrie foyer et rêves pour suivre docilement ce vieil homme aux airs mystérieux.

Ils vivaient de ce que la faune daignait leur accorder, de la cueillette, comme les habitants de Greenwood, lui avait il enseigné. Kkins était jeune et ne comprenait pas tout ce qu'il lui disait, mais elle était curieuse et apprenait au travers des lectures d'Abderus. Elle se faisait conter histoires antiques et découvertes scientifiques autant qu'il lui apprenait à manier et maîtriser sa magie et les armes.
Le vieil homme avait quitté son natif pays pour consacrer à l'utilisation de la magie auprès de la Congrégation, devenu par sa sagesse et son expérience un professeur remarquable, il mettait un point d'honneur à ce que Kkins puisse maîtriser son pouvoir et l'art du combat. Tout s'était déroulé si vite depuis leur départ ; le vieillard avait reparlé de ses sphères rougeâtres à Kkins très tôt et s'était dès le début mis à l'œuvre pour qu'elle puisse les parfaire.
Jusqu'à ce qu'elle pût, un jour transformé ces sphères rougeâtres en papillons vermeil.
D'autres effets secondaires apparaissaient avec le temps tels que l'empoisonnement, vinrent ensuite la paralysie, la torpeur, les brûlures et la capacité d’anesthésie.

Pourtant, il avait insisté sur le fait que la magie seule ne la sauverai aucunement lorsqu'elle devrait se battre, car c'était le destin irréfutable de tous les voyageurs, mais également des personnes comme "lui et elle" ; c'était une sorte de fatalité à laquelle il disait qu'elle n'échapperait pas.
S'était suivi de leurs conversations des entraînements très polyvalents dans lesquels la jeune fille apprenait à se servir des différentes armes ; et très tôt, elle marqua un réel intérêt pour les attaques de moyennes et longues portées, au détriment de celles plus rapprochées où elle n'excellait vraiment pas. Abderus lui avait enseigné qu'il fallait surmonter ses difficultés pour en faire ses forces, pourtant les combats au corps-à-corps ne la réussissait vraiment pas jusqu'au jour où, lors d'un entraînement décisif face à une créature, elle fut contrainte à des attaques plus directes, les ongles de la jeune femme se transformèrent alors aussitôt en de longue griffes tranchantes qu'elle parvint à manier avec une étonnante facilité ; après avoir triomphé de la bête, ils élaborèrent alors sa propre technique de combat prenant en compte ses capacités de Succube.

Le temps était alors venu pour Abderus de faire de Kkins une véritable mage en lui faisant invoquer son familier. La jeune femme était alors, au centre de ce cercle scintillant où elle repensa à sa rencontre avec Abderus, au temps passé et aux changements qu'elle avait vécu, apparut alors dans ce second cercle un corps bleuté et fluide, un familier dit commun ; une méduse.
Reliée à l'élément naturel de l'eau, Kkins l’appela "Neró", ce qui, dans cette même langue ancestrale d'où tait issu son prénom signifiait "eau".  
Dès lors, les entraînements de la jeune femme n'étaient plus les mêmes, elle devait apprendre à communiquer avec son "être intérieur" avait dit Abderus, avec Neró.

Kkins fêtait son 16e anniversaire du calendrier de Vanerzame lorsqu'ils arrivèrent au pied de l'un de ces cristaux ancestraux qui, selon Abderus, leur permettrait de regagner Kalerya, puis Foreslate.
Le voyage avait été long mais instructif, et ils parvenaient enfin à l'orée des profondes forêts qui ornaient les frontières du pays sylvestre.
Traversant les forêts majestueuses et rencontrant une faune, et flore, Kkins put, à l'aide d'Abderus enrichir ses connaissances et parfaire sa maîtrise des plantes médicinales.
Ainsi, ils arrivèrent jusqu'à Greenwood, la capitale de cet étrange et luxuriant pays.
La jeune se souvient encore de sa surprise lorsqu'elle entrait pour la première fois dans ces habitations taillées au creux des arbres gigantesques. Après quelques années supplémentaires d'études ; elle en fut diplômée de facultés thérapeutiques via les plantes, ressources essentielles du pays ; et finit par rejoindre le corps médicinal de la fameuse capitale champêtre.
Elle y fut remarquée pour ses talents évidents par quelques soldats blessés ; qui rapportèrent sa bienveillance au Conseil, qui la recruta dans son unité médicinale.  




Informations Supplémentaires

Votre surnom
Lanress

Votre âge
Bientôt 16

Qui est sur ton avatar ?
Eto Yoshimura - Tokyo Ghoul

La catégorie de ta magie
Magie de Manipulation

Nom de ta magie
Kkins > Ptisi

Accès à la zone H/Y/Y
Oui ?  :bave:

Pourquoi avoir choisi Kalerya ?
Un moment qu'il me faisait de l'œil à vrai dire... J'hésitais un peu m’inscrire étant un staffieux d'un autre fow" et n'ayant pas beaucoup de temps entre ça et le lycée mais quand j'ai tout lu l'autre soir j'ai pas pu résister ! Je suis faible ...  :hihi:

Code de validation



Dernière édition par Kkins le Ven 9 Juin - 16:50, édité 8 fois
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Dim 4 Juin - 23:58
Et hop !
Un petit post ( t'as vu, ça rime :♥: ) pour dire que ma fiche est terminée, et donc en attente de notation :huhu:

Dabisous :mouton:
✜ Exotech ✜▼
✜ Exotech ✜
avatar
pic-profil
Messages :
448
Kinahs :
302081
Age :
22
Date de naissance :
11/08/1995
Date d'inscription :
09/11/2016

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t1601-refonte-de-compte-lahyra-cyanh-hure-hecate http://www.kalerya-entre-monde.com/t1665-hecate-infinite-perception#11180 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1678-blood-story-hecate http://www.kalerya-entre-monde.com/t1743-pour-une-mort-rapide-hecate#11665 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1668-blood-lane-hecate#11202 http://www.kalerya-entre-monde.com/t1689-tueuse-en-serie-hecate

Lun 5 Juin - 6:07
Bienvenue parmi nous ~


Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 5 Juin - 6:32
Bienvenue ~

Ta fiche sera notée sous peu ^^
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 5 Juin - 8:35
Yah merci beaucoup ♪
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Sam 10 Juin - 2:56
Kkins
Orthographe1.5 / 2
Vocabulaire 2 / 2
Conjugaison2 / 2

Langue française2 / 2
Originalité2 / 2
Qualité4 / 4

Note perso2 / 2
Longueur du texte3 / 4
Niveau18.5 => 19/20


Validation avec...
Niveau Total21
P. Techniques24
P. caractéristiques120


Félicitation
KINAHS = 10 000

Bon... Je n'ai pas grand chose à dire franchement. Une fiche qui aurait pu être un peu plus longue t'aurait accordé le 20/20, mais avec 19, tu as tout ce que tu voulais... Et tout ce que tu voulais c'était le poste de bras droit de la division medecine du conseil.
Bref, hâte de te voir rp ^^. Et de rp avec toi (surtout que Sahel était connue en Ultarime, surtout chez Mulfass et Guniazath.

:love:


Page 1 sur 1