PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Un type en capuche avec un chat sur l'épaule ? C'est Randis Solvin, ne vous inquiétez pas.
❖ Demon - Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
6
Kinahs :
5000
Date de naissance :
08/07/1990
Date d'inscription :
14/05/2017
Age :
26
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Ven 19 Mai - 0:45
RANDIS SOLVIN
CONGRÉGATION - DIVISION DES MISSIONNAIRES - CHEF DE LA DIVISION 9




Informations générales

SOLVIN
RANDIS
30 ANS
ULTARIME
MASCULIN
83 KG
178 CM
HETEROSEXUEL
DÉMON - HUMAIN
CHAT




Informations psychologiques
Hobbys & phobies
Qualités & Défauts


Au club des passionnés, Randis a tout à fait sa place.

De base, il est quelqu'un de curieux par toutes choses. Avide de savoirs et d'apprentissages il s'intéresse donc à toute une gamme de domaines allant de l'étude des langues, en passant par l'histoire pour finir sur les sciences. Il aime aussi à l'occasion profiter d'une bonne table et d'un bon vin. Gourmet à ses heures il aime à peaufiner repas après repas son catalogue de goûts et d'odeurs. Même si il n'a pas de passe temps en particulier on note tout de même son intérêt pour le tabac et sa consommation. La légende raconte qu'il essaie sans succès depuis quelque temps de faire pousser son propre tabac !

Phobique, pas vraiment, mais...

Peu de choses lui font réellement peur, si ce n'est peut-être un combat dangereux ou une situation difficile, mais dans ce cas l'adrénaline prend généralement le pas. Si l'on devait parler de peur, on penserait surtout à celle de perdre ses proches. Sachant son père bien plus vieux qu'il en a l'air, il vient souvent à se demander si il n'a pas hérité lui même du même caractère. Enterrer ses proches les uns après les autres est une vision qui le réveille parfois en sursaut pendant la nuit.

Ah si, chose assez amusante quand on y pense. Ce grand garçon, combattant, mage, et tacticien, a une peur modérée des chevaux. Allez savoir ce que ces bestioles ont dans la tête...
Au rayon des qualités allons faire nos courses.

Franc – Déterminé – Courageux – Persévérant– Intelligent et vif d'esprit – Observateur – Humoristique – Bon vivant – Homme de confiance – Fidèle – Travailleur – Instinctif – Tolérant – Cultivé – Curieux – Sociable – Humble - Et nous en oublions certainement...

Mais au fond, personne n'est parfait !

Franc – Curieux – Obstiné – Refuse l'autorité – Rêveur – Fauteur de trouble – Acharné – Peu confiant – Gourmand – Trop festif – Dépenaillé – Et d'autres, bien entendu.





Magie et arme

Magie
Arme


Imperium Caeli.

Pour faire simple, Randis contrôle l'air. Bien entendu la façon simple n'est jamais amusante alors concentrons-nous sur la compliquée.

En son pouvoir l'air peut rester calme, une brise peut se mettre à souffler et en quelques instants un cyclone dévastateur ravagera tout sur son passage. La manipulation du vent n'a en réalité plus aucun secret pour lui. Il ne peut cependant pas s'amuser ainsi avec le vent comme il le souhaite, la zone d'effet ne dépassant pas un cercle d'environ 3 kilomètres de diamètre dont il serait le centre.

Son contrôle sur l'air en lui-même est encore plus précis. Il peut ainsi condenser de très grandes quantités d'air tant et si bien que celui-ci obtient presque une forme solide et devient visible à l'oeil nu. Ainsi condensé, l'air peut provoquer des explosions plus ou moins puissantes selon la quantité utilisée à la base. Randis peut ainsi manipuler l'air pour lui donner toutes sortes de formes telles que boules, rayons, lames ou sphères protectrices. En revanche il ne peut donner à l'air de formes complexes. Il sera donc incapable de créer des épées d'air, ou autres fantaisies du genre.

Enfin la dernière particularité de son pouvoir est tout simplement la capacité de voler. Ne faisant qu'un avec l'air lui-même il lui est aisé de se mouvoir dans l'air comme bon lui semble. Aussi pratique que soit ce moyen de locomotion il n'est cependant pas plus rapide qu'un cheval au galop.
Randis a toujours préféré l'efficacité et la précision aux effets de surprise et les gros coups d'éclat.

Une arme lourde ne lui aurait jamais convenu. Trop rude, trop grossier et trop tape-à-l'oeil. Bien que si un jour une claymore soit la dernière arme qu'il ait sous la main, il saurait certainement l'utiliser. Disons simplement que l'usage de ce genre d'arme ne correspond pas du tout à sa personnalité.

Bien qu'il sache aussi user de la plupart des armes de jet ou de lancer sa précision n'a rien de légendaire. Un tir pour tuer ne s'applique pas à lui et il userait bien trop vite un carquois s'il venait à s'équiper d'un arc.

C'est ainsi qu'au cours de ses entraînements il combina son agilité naturelle à ses pouvoirs et se forgea un style de combat fluide correspondant à son caractère. Une simple épée à une main aurait certainement été parfaite entre ses mains mais il préféra s'équiper d'une rapière. Une arme bien plus noble à ses yeux.





Description mentale

Que dire de la mentalité de cet homme ? Elle est complexe et faîte de bon nombre de qualités et de défauts. Aussi sérieux qu'il puisse être dans son travail nombreux furent ceux qui notèrent son côté complètement à côté de la plaque. Randis est le genre d'homme qui va sortir une bourde sans s'en rendre compte et a la mauvaise personne de surcroît. C'est aussi une personnalité franche, ainsi jamais personne n'est surpris du jugement qu'il peut porter sur un sujet ou un autre vivant. Cette même franchise s'avère être aussi l'un de ses pires aspects. Pas de « cet enfant est mignon » avec lui. Peu importe combien il vous apprécie il n'hésitera jamais à dire que vous êtes habillé comme un sac ou que vous avez une haleine de Kaijin. Obstiné, il aura beaucoup de difficultés à aller à l'encontre de ce qu'il a décidé surtout lorsqu'une autorité entre en jeu. C'est encore un mauvais point pour lui, l'autorité n'a jamais été son fort depuis son entrée à la Congrégation. S'il juge des ordres comme étant hors de propos voir mauvais, il rechignera voir refusera de s'y plier, quitte à en subir les conséquences. On notera aussi son côté bon vivant et nombreux sont ceux de la Congrégation, bien plus sérieux, à le regarder d'un œil louche tandis qu'il mange et boit au-delà de toute raison.

Mais l'un de ses problèmes les plus graves est son manque de confiance en soi. Toute sa vie, il n'a jamais vraiment fait de choix pour lui-même. Entraîné par son père pour qu'il ne soit pas dominé par son pouvoir. Envoyé à la Congrégation alors qu'il comprenait à peine les enjeux d'un tel choix. Fortement encouragé à la Division des Missionnaires car étant meilleur combattant que scientifique. Et enfin soumis à son insu comme candidat au poste de Chef de la Division 9 par un vieil ami croyant en ses capacités. Son humilité l'a toujours poussé à remettre sa propre personne en question, que se soit concernant son caractère, ses actions et ses choix.

Au(delà de ce tableau peu flatteur, en apprenant à le connaître on est souvent surpris de voir l'homme qu'il est vraiment. Il est tout d'abord intelligent et ce sur bien des domaines. Avide de savoirs il se cultive sans cesse, apprend de nouvelles langues. Sans parler de génie, puisque ce n'est pas le cas, il jouit d'une culture qui pourrait en surprendre plus d'un, sans compter qu'il parle suffisamment de lingues pour faire pâlir de jalousie beaucoup de linguistes. C'est un ami sans failles qui, certes n'accorde pas sa confiance facilement, mais qui une fois à vos côtés saura se montrer un véritable pilier. Sa sociabilité et son esprit festif font de lui une personne que l'on aime avoir avec soi, que ce soit pour échanger une longue et animée conversation, ou bien pour aller faire la fête entre deux missions. Il est d'un naturel sympathique et est doué d'une profonde gentillesse envers hommes, femmes et créatures.

Concernant ce dernier point, ne vous mettez jamais Randis à dos. Rancunier, il n'oubliera certainement jamais l'affront que vous lui avez fait subir, ou le mal que vous avez suscité chez l'un de ses proches. Son amitié indéfectible alliée à son courage et sa ténacité font de lui un ennemi des plus dangereux. Car en mission, Randis devient un fin tacticien, capable d'analyser une situation rapidement et d'agir en conséquence pour lui et son équipe. Jamais il ne laissera un homme derrière lui, même mort, même réduit en poussière, il fera tout pour ramener un blessé, un corps ou au moins un souvenir avec lui. C'est un leader qui s'ignore, réfléchi et capable de prendre en compte les qualités et défauts d'un groupe, il dirige le tout sans même usé d'autorité afin de mener son petit monde vers la victoire.

Amusant au final de se dire qu'un homme ayant aussi peu confiance en lui puisse être aussi performant quand la vie d'autres personnes est en jeu.




Description physique

Randis est un homme de stature moyenne mais bien charpenté. Il a le corps classique du soldat classique. Il a toujours dit lui-même que son physique n'avait rien d'impressionnant. En le comparant à n'importe quel autre soldat on retrouverait le même genre de physionomie.

Un buste fort et tout en muscles, un dos du même acabit et bâti pour le combat autant armé qu'au corps-à-corps. Greffés au buste, deux bras lui arrivant à mi-cuisses. Ceux-ci suivent l'harmonie du reste du corps, plus athlétique que musclés, ce sont ses atouts principaux lorsqu'une bataille commence. Ses jambes elles sont peut-être un peu trop longues pour son corps et ce sont elles qui possèdent certainement les formes les plus nerveuses de son corps. La musculature de ses jambes est fine et pourtant on jurerait de pouvoir en sentir la puissance d'un simple regard. Ces dernières sont ses fidèles porteuses, celles qui lui permettent de courir, sauter, et se mouvoir avec une grande agilité...souvent à la grande surprise de ses adversaires.

Mais un corps ne serait au final d'un tas de chair sans une tête pour couronner le tout. Une chose est sûre c'est que sa tête est bien faîte, mais le caractère n'est pas ici la question. Parlons plutôt de son visage. Encore une fois, lui-même aura tendance à dire que les traits de sa bobine sont très classiques.

Pour commencer il un visage plutôt ovale soutenu par une mâchoire assez anguleuse. Cette dernière ainsi que ses joues très légèrement creusées sont généralement couvertes d'une barbe correctement fournie. C'est là plus le résultat de sa fainéantise à se raser qu'un véritable choix d'apparence. Au-dessus de ses lèvres la barbe devient moustache, encore une fois plus ou moins fine selon le degré d'attention que porte le jeune homme à son apparence. Sa bouche, une lèvre en haut, une autre en bas, jusque-là tout est normal. Ses lèvres sont plutôt charnues sans excès et d'un marron assez clair semblable à du sucre de canne. Au-dessus de ceci un nez tout en longueur et fin à l'arête particulièrement prononcée. Autour de celui-ci, légèrement encastrés sous les arcades sourcilières, deux yeux en amande aux iris mélangeant habilement des teintes noires et rouges. Les sourcils d'ailleurs, parlons-en en. Noir de jais, tout comme sa barbe et ses cheveux par ailleurs. Si l'homme n'est pas du genre expressif, ses sourcils parlent parfois pour lui-même. très fins et pourtant agiles il a tendance à les remuer un peu trop selon les situations auxquelles il se trouve confronté. Pour finir au-dessus d'un front large et droit, une impressionnante masse de cheveux se terminant légèrement en dessous des épaules. Si d'ordinaire Randis les noue en une queue de cheval bien serrée il doit toujours se battre contre d’insupportables mèches épaisses lui tombant devant les yeux. Enfin, et pour finir, ce grand garçon arbore une peau plutôt hâlée et ce peu importe les saisons.

Pour finir, le gout vestimentaire. Peut-être est-ce le seul point pour lequel Randis accorde de l'importance quoiqu'il ne soit pas très original. Il porte constamment des gants de cuir de couleur correspondant au reste de sa tenue et des bottes de marche en cuir épais elle aussi à la teinte en accord avec le reste. L'essentiel de sa tenue se constitue généralement d'un pantalon en toile épaisse aux tons neutres tels que le noir, le blanc, le gris ou parfois un marron foncé. Sur le corps, des chemises de lin blanches ou crème mais jamais plus colorées. Le clou de sa tenue est certainement sa veste couronnée par un capuchon à pointe. Sa veste couvre tout son corps et se termine par de grand pans en v au niveau du genou. Il la maintient à la taille par une épaisse ceinture, toujours la même, en cuir noir et attachée par une boucle en argent. A son côté un fourreau basique pour accueillir sa rapière. Nous vous disions tout à l'heure qu'il n'était pas très original, la faute à cette fameuse veste, aussi belle et bien taillée soit-elle il porte toujours la même...simplement dans des coloris différents.




Racontez-nous votre histoire

Ultarime - Lovumaxia - Un petit village proche de Xezyniath.
Peu après l'apparition du portail sur Ultarime.

Au cours du mois de Wadoru de l'année 586, une vague de froid intense s'empara de la région. L'Hasaxuth touchait pourtant à sa fin et chacun pensait que les beaux jours seraient bientôt là. Mais cette année-là, à la veille du Benaryath, les températures chutèrent et l'on enregistra des chutes de neige record pour cette époque de l'année. Le temps ainsi capricieux inquiéta tout spécialement les agriculteurs, viticulteurs, les responsables des vergers et autres travailleurs de la terre. Ceux-ci voyaient déjà dans ce gel tardif la promesse de mauvaises récoltes une fois la belle saison arrivée. Les érudits de météorologie parlaient déjà de façon trop alarmante de dérèglement climatique certainement dû à une surcharge de particules magiques dans le ciel de Lovumaxia suite à la catastrophe qui avait touché le pays quelque trente ans plus tôt.

Mais loin de ces inquiétudes, dans la chaumine d'un petit hameau proche de Xezyniath, un couple s'allongea dans son lit. Tous deux, nus comme un premier jour s'enlaçaient tendrement, le souffle court et marqué par la buée qu'ils formaient. La pièce se réchauffait lentement grâce au feu ronronnant paisiblement dans la cheminée face au lit. Les amoureux n'en avaient pas moins froid pour autant mais c'est animés par la chaleur de leur amour et de leur attirance érotique qu'ils se réchauffaient. Ils se glissèrent sous l'épaisse couverture du lit, seulement éclairés par les flammes dansantes du brasier. L'une était une jeune femme de taille moyenne aux hanches bien marquées, le corps fin, une poitrine presque absente,
un visage angélique encadré de très longs cheveux noirs donnant à ses yeux azurs un éclat quasi divin.
La tenant dans ses bras, le visage à quelques centimètres du sien, un homme au corps puissant et aux muscles agréablement soulignés, les cheveux gris clair, les yeux rougeoyants aussi fort que le feu qui les réchauffait tous deux. Ils restèrent ainsi quelques instants, à simplement se regarder dans les yeux,
leurs bouches légèrement entrouvertes. Frissonnant tous deux de froid et de l'émotion qui grandissait en chacun d'eux.

- Tu es certaine, questionna l'homme surpris par l'émotion dans sa voix.

Les joues des deux êtres s'empourprèrent de rouge et force était de constater que le froid n'en était pas cette fois la raison.

- Oui, répondit la jeune femme en baissant les yeux.

L'homme posa tendrement son front contre celui de sa belle. De sa main, il lui empoigna doucement le menton afin de pouvoir la regarder dans les yeux. Un soupir leur échappa avant de sceller leurs émotions dans un baiser doux et pourtant puissant de leur amour. Ces deux êtres, cette chambre, cette chaumine furent quelques heures comme coupés du temps, emportés par la force des sentiments qui s'y déchaînaient. En cette année 586 du mois de Wadoru, là où le froid fut le malheur de nombreuses personnes, il fut pour ces deux-là une bénédiction.

Ultarime - Lovumaxia - Xezyniath.
Neuf mois plus tard.

Iliana se leva de sa chaise, se frottant le front suite à sa journée plus que chargée. Le mois de Mairiam était déjà bien avancé et apportait avec lui les premières chaleurs de Benaryath. Ce jour-là était pourtant une journée plutôt chaude pour la saison, à croire qu'il n'y avait plus de saisons en Ultarime. Péniblement elle s'avança vers la porte de son magasin d'Holvarios et tourna la pancarte pour indiquer la fermeture de sa boutique. Une douleur vint soudain la forcer à se rasseoir. Son ventre gonflé par la grossesse semblait sur le point d'exploser et elle priait le ciel chaque jour que son petit sorte enfin de là. La jeune femme aux cheveux sombres et aux yeux azurés arborait malgré tout une mine des plus ravies. On voyait déjà en elle une future mère heureuse et épanouie. Elle se sentait simplement un peu dépassée par le poids de la grossesse. Elle tira difficilement sa chaise jusqu'à la fenêtre de son enseigne, admirant la descente du soleil sur le port de Xezyniath. Bientôt l'être qui l'avait mis dans cet état rentrerait lui aussi de son travail et, en amoureux qu'il était, l'aiderait à se sentir au mieux.

Ces deux amoureux n'étaient pas originaires de Lovumaxia, mais comme tous de simples réfugiés venus vivre en ce continent vide afin de commencer une nouvelle vie. Elle était humaine, fille d'un scribe et d'une herboriste. Très vite elle s'intéressa aux objets magiques et plus particulièrement les Holvarios. Avec le boum du commerce que connut le port de Xezyniath elle décida de s'y rendre afin d'y ouvrir sa propre boutique. De son point de vue, Lovumaxia était une promesse d'opportunité. Iliana s'installa en 569 et fit rapidement la rencontre d'un très bel homme aux cheveux clairs et aux yeux incandescents. Il s'appelait Sharko Solvin et occupait un poste de maître armateur dans les chantiers de construction de navires du port. Leur rencontre fut assez spontanée, comme forcée par le destin. La jeune femme s'amouracha de ce démon ayant délaissé l'art de la guerre pour celui de la menuiserie et de l'architecture. Le temps conspira en leur faveur et poussés par la folie de leur romance ils décidèrent d'avoir un enfant lors d'une froide journée de l'année passée.

La porte d'entrée tinta, tirant Iliana de ses rêveries. Sharko pénétra dans la boutique de sa bien-aimée non sans prendre soin de refermer derrière lui. Le sourire aux lèvres il avisa la pièce autour de lui et remarqua les vitrines ouvertes, les caisses entassées et le sol désormais souillé par le passage des clients. Le démon posa ses rouleaux de plans et son sac à outils à coté de la porte. S'approchant de sa femme il s'agenouilla face à elle, lui posant les mains autour des bras aussi délicatement qu'il aurait attrapé un papillon.

- Iliana, tu es bien trop têtue, je t'avais pourtant demandé de te reposer aujourd'hui, l'enfant peut arriver d'un jour à l'autre, sermonna Sharko.
- Ce n'est pas toi qui restes allongé à longueur de journée à compter le nombre de toiles d'araignées au plafond de la chambrée, ironisa Iliana, de plus le médecin a dit que marcher aiderait pour faciliter l'accouchement.

Le démon soupira, ne cherchant pas à énerver davantage sa caractérielle de compagne humaine. Il resta simplement là à le regarder avec autant d'amour que le premier jour. Iliana se remit à regarder par la fenêtre, apaisée par le coucher paisible du soleil. Mais Sharko la tira de ses songes.

- Il est pour bientôt mais nous n'avons toujours pas de prénom à lui donner.
- Mmmmh, sembla réfléchir Iliana, nous ne savons pas si ce sera un garçon ou une fille alors...
- Choisissons un de chaque !

Les deux amants se mirent à sourire de ce sentiment autant mêlé d'amour que d'amusement. Un nouveau silence s'installa, chacun réfléchissant au nom que porterait leur progéniture pour le restant de ses jours.
La tâche s'avéra plus longue que prévue puisqu'ils eurent ensemble le temps de fermer la boutique,
monter dans leur maison à l'étage, souper convenablement et même entamer une partie de cartes lorsque, enfin, la solution arriva. Posant son jeu contre la table, Iliana fut la première à prendre la parole.

- Si c'est une fille j'aimerais l'appeler Bohimia, comme ma chère sœur que j'ai laissée au pays pour venir vivre ici.

Sharko, son jeu caché dans une main se frotta le menton un instant.

- Je n'ai pas vraiment de famille dont je voudrais transmettre le nom. Mais il y a bien eu un homme il y a très longtemps de cela, à une époque où je jurais plus par la lame que par le ciseau à bois. Il m'inculqua des valeurs qui n'était pas les miennes et s'acharna à refaire mon éducation jusqu'à son dernier jour.
Si je devais transmettre un nom, ce serait le sien.

Iliana sembla à la fois intriguée et intéressée par cette histoire. Se gardant bien de montrer son jeu à son amour de démon.

- Tu n'avais jamais parlé de cette époque de ta vie, un peu comme une honte de celui que tu étais...quel était le nom de cet homme ?
- Randis, fit Sharko avec un sourire nostalgique.

Cette nuit-là Iliana cria de bonheur lorsqu'elle réussit à battre son homme aux cartes et se moqua gentiment de lui pour être aussi mauvais perdant. Mais malgré ce très mince affront, Sharko lui tint la main d'un bout à l'autre lorsqu'un peu plus tard dans la nuit elle accouchait de leur enfant.

Ultarime - Lovumaxia - Xezyniath.
Neuf ans plus tard.

Sharko tenait la main de son fils avec fermeté. Le démon, d'ordinaire jovial semblait se renfrogner de plus en plus au fur et à mesure qu'il marchait. Le jeune Randis, haut comme trois pommes, la main prisonnière de celle de son père courait presque à coté de lui pour tenir la cadence. Ce petit bout d'homme avait principalement hérité des traits de sa mère ainsi que de la couleur de ses cheveux. Mais ces yeux sombres mêlés de lumières rougeoyantes étaient sans aucun doute l'héritage de sa part démoniaque. Le père et le fils arrivèrent enfin en vue de la boutique d'Iliana. Cette dernière avait bien prospéré les années durant les années passées.
La jeune femme avait racheté l'échoppe d'à côté afin d'agrandir son commerce. Cette dernière vendait désormais des Yaos en plus des Holvarios qui avaient fait le renom de son enseigne. Sharko lui s'était vu confier la charge d'un atelier entier et dirigeait désormais une équipe d'une centaine d'armateurs, de charpentiers, de cordiers et de forgerons. Mais malgré ce succès certain de leur vie, rien n'aurait su ce jour-là calmer leur furie.

La boutique ferma plus tôt, et bien vite les trois membres de la famille étaient réunis autour de la table de la cuisine. Cette même table qui avait accueilli quelques années plus tôt une partie de cartes dont Iliana se vantait encore. Le soleil était encore haut dans le ciel en ce mois d'Opaluth. Les yeux du jeune Randis allait de son père à sa mère, et ainsi de suite tandis que ces deux derniers échangeaient des propos qu'il ne comprenait qu'à moitié. Bien qu'effrayé par leur ton, il se sentit soulagé pensant que ses géniteurs n'étaient plus en colère contre lui.

- Je te l'avais bien dit à l'époque qu'il y aurait un risque, s'exclama Sharko, qui sait ce dont il pourrait être capable !
- Ne me met pas ça sur la conscience, je n'ai aucun pouvoir moi, c'est de toi que ça vient, rétorqua aussi violemment Iliana, et c'est trop tard maintenant !
- Je ne le laisserais pas mettre en danger les citoyens innocents de ce monde, son pouvoir est trop grand pour lui, il a besoin d'être pris en main, ne céda pas le démon.
- Et par qui, moi ? Je ne connais rien à votre magie ! Ou alors toi ? Je croyais que tu ne voulais plus jamais user de tes capacités !

La conversation continua ainsi pendant un bon moment entre le couple. Au fur et à mesure de leur rixe verbale, une grande panique commença à naître dans les entrailles du jeune garçon. Il savait qu'il était la cause de cette dispute. Après tout lui-même ne comprenait pas, tout ce qu'il avait fait c'est montrer à ses camarades de jeux comment il arrivait à voler. Jamais Randis ne leur avait demandé de l'imiter. Ce n'était pas de sa faute si Brax, le fils du boulanger s'était fait mal en sautant du toit de sa maison pour s'envoler.
Cette peur lancinante de voir ses parents adorés se bagarrer à cause de lui finit par éclater et il pleura abondamment à cette même table.

Les parents se calmèrent face à la détresse de leur fils et ensemble, comme ils l'avaient toujours fait,
ils prirent d'importantes décisions. Désormais, matin et soir ainsi que les jours où Randis n'avait pas de cours à l'école communale, il s'entraînerait avec son père. Ce petit bout d'homme n'assimilait pas encore ses sujets, ainsi le jour où son père lui apprit que tous deux utilisaient la magie élémentaire de l'air,
il se sentit un peu perdu. Mais du haut de son tout petit âge, il accepta la requête étonnante de ses parents et se plia à l'entraînement. Au moins grâce à ça ils ne se disputaient plus.

Ultarime - Lovumaxia - Xezyniath.
Un an plus tard.

- Arrête ce numéro !
- Mais père, je n'en peux plus, se lamenta Randis.

Cela faisait un peu plus d'un an que le père entraînait le fils sans faillir, sans jamais rien céder et surtout sans jamais faire preuve de pitié. Sharko ne le savait que trop bien, le pouvoir de sa progéniture était bien trop dangereux pour être laissé ainsi, à l'état sauvage. C'est ainsi que durant cette année passée, comme promis, père et fils s'étaient adonnées à divers entraînements dans une région déserte non loin de Xezyniath.

Randis se tenait là, ayant à peine grandi, les mains sur les genoux, tenant debout par miracle tellement ses jambes tremblaient. Sharko en revanche, se tenait droit, le haut du corps nu, imposant et puissant.
Malgré tout l'amour qu'il portait pour son enfant, rien au monde ne lui aurait donné envie de faire preuve de pitié. Le jeune enfant métis ne le savait que trop bien. Son corps n'avait pas grandi mais son esprit s'était grandement épanoui sous la férule de son père. Randis avait acquis une maturité bien trop évoluée pour un jeune homme de son âge. Par des moyens parfois cruels, Sharko avait réduit à néant l'innocence de l'enfance qui s'épanouissait dans le coeur de Randis. Un mal pour un bien pensa-t-il à chaque fois.

Randis, toujours campé sur ses deux jambes poussa un dernier souffle et s'écroula au sol. Sa poitrine se souleva lentement. A grandes respirations il tenta de retrouver un minimum de force afin de ne pas décevoir son père, mais au fond de lui il savait qu'il n'y arriverait pas. Sharko n'y prêta pas attention et alla enfiler sa chemise de lin qu'il avait auparavant laissé sur la branche chétive d'un arbre flétri.

- Rentrons.

Il fallut encore quelques minutes à Randis pour retrouver suffisamment de force pour s'envoler vers la cité portuaire où les attendait sa mère. Le jeune garçon imaginait déjà satisfaire sa faim et sa soif au domicile familial et reposer son corps meurtri dans son lit, mais la soirée ne se passa pas ainsi.

Au moment du dîner, deux hommes aux allures étranges vinrent toquer à la porte et se présentèrent comme des envoyés de la Congrégation. Randis fut mis à l'écart un moment mais sa curiosité le poussa à écouter à la porte de la cuisine. Son jeune esprit ne comprit pas le quart des choses dont ses parents et les inconnus discutèrent mais le débat tournait autour de lui. Son père sembla réticent un long moment mais plus les heures passaient, plus il allait dans le sens des hommes. Sa mère pleura beaucoup, mais il y avait une forme non dissimulée de fierté derrière ses sanglots.

Il fut invité à joindre la conversation et on lui expliqua longuement l'intention de ces deux hommes.
Kalerya, Congrégation, entraînement, les Quatre Mondes furent les choses qu'il eut de plus aisées à assimiler. Une petite semaine plus tard, ses affaires empaquetées par les soins de sa mère, il fit des adieux déchirants à ses parents et fut emmené sur Kalerya par ses deux hommes.

Ultarime - Lovumaxia - Xezyniath.
Plusieurs années plus tard.

Randis fermement droit dans son uniforme de la Congrégation, se tenant bien en ligne, entouré de tous les camarades de sa promotion. Il attendait fièrement sa remise de diplôme mais pas tant pour lui, pour ses parents. L'entraînement de la Congrégation était sans répit et presque aussi impitoyable que celui avec son père durant sa jeunesse. Jeune homme aujourd'hui il était alors bien plus puissant, bien plus aguerri mais aussi bien plus rebelle. Être ainsi séparé de ses parents, à l'exception de rares visites n'avait pas franchement attendri son coeur. Même s'il croyait dur comme fer dans les principes de la Congrégation,
cette séparation avait marqué son coeur au fer rouge. Jamais certainement il n'excuserait à la Congrégation de l'avoir ainsi enlevé à un âge où il était à peine capable de comprendre les enjeux d'une telle aventure.

Il fut appelé, son diplôme lui fut remis et fut salué d'une façon presque militaire. Le lendemain, un sac sur le dos, il lui fut donné la permission de rendre visite à ses parents avant d'entamer ses premières missions de terrains. Sa nature de base l'avait plutôt orienté vers la Division Scientifique, lui-même se voyant prendre soin des artefacts magiques. Cet amour pour les objets magiques et le savoir de façon plus global,
il le tenait de sa mère. Encore une fois ses espoirs furent quelque peu réduits à néant par la Congrégation. Doué d'un talent certain pour le combat on le poussa presque à rejoindre la Division des Missionnaires. Les missions y étaient nombreuses, et sa première commencerait à peine une semaine plus tard. Il décida donc de profiter de la chaleur de son foyer autant que possible durant ce temps imparti.

Lorsqu'il poussa la porte du magasin de sa mère, il fut accueilli par un jeune homme, ouvrier de sa mère depuis quelques années. Iliana reconnut son fils alors qu'elle discourait avec un client. Ses yeux de mère s'écarquillèrent en grand, le reconnaissant immédiatement, elle incita les gens à quitter sa boutique et donna un congé à son ouvrier. Peu importe la réputation que lui ferait cette fermeture soudaine, son enfant était là et il méritait bien toute la mauvaise publicité des quatre mondes.

- Qu'est-ce que tu as grandi, lui fit elle en lui tenant le visage entre les mains, la dernière fois je, je...

Sa voix fut étouffée d'un sanglot, de lourdes larmes mêlées de bonheur et de tristesse roulèrent sur ses joues rosées.

- Tu n'avais pas encore besoin de lever les yeux pour regarder dans les miens, termina Randis la voix subitement enrouée.

Sharko rentra aussi. Lui ne versa pas de larmes mais l'émotion se faisait nettement ressentir chez lui aussi. Assis en famille autour de cette fameuse table de cuisine, ils échangèrent ensemble à propos de ces années passées.

Le jeune homme parla de ses entraînements, des examens très difficiles à passer pour obtenir son diplôme, de certains de ses camarades, mais surtout, un air gêné sur le visage, il parla des quelques filles qu'il avait rencontrées pendant ce temps. Sa mère l'écouta avec toute son attention mais ne put retenir une forme de jalousie toute maternelle lorsqu'il parla de ces jeunes femmes. Elle le considérait comme trop jeune pour ces choses et qu'il devait se méfier des jeunes femmes de mauvaises réputations. Elle le félicita cependant amplement de sa réussite et ne lui cacha à aucun moment sa fierté. Sharko ne sembla que très peu relever le sujet des femmes, lui intimant simplement de ne pas se laisser bêtement avoir par la première femme venue. Il discourra cependant avec lui un long moment à propos de ses entraînements et de son pouvoir. Le démon fut apparemment soulagé de constater que son fils maîtrisait plus qu'il ne l'aurait cru la puissance qu'il lui avait transmis.

Randis passa le reste de sa semaine à faire le tour de ses connaissances, de son ancien professeur au jeune Brax étant devenu apprenti boulanger dans l'échoppe de son père. Il s'entraîna de nouveau avec son père de façon plus sportive que sérieuse et malgré les années d'intenses pratiques au sein de la Congrégation, pas une fois il ne réussit à vaincre son père. Il aida sa mère au magasin, celle-ci l'ayant encore agrandi et ne sachant plus quoi faire de l'argent qu'elle accumulait chaque mois. Tous les trois passaient leurs soirées et une majeure partie de leurs nuits à discuter de toutes sortes de choses autour de la table de la cuisine.

Quand enfin vint le temps pour Randis de repartir, il embrassa longuement ses parents mais cette fois-ci,
aucune larme ne fut versée. Alors qu'il le regardait partir, Iliana étreignit le bras de son mari.

- Crois-tu qu'il ira bien ?
- Avec mon pouvoir dans ses veines, sembla s'amuser Sharko, il n'aura jamais à s'en faire.
- C'est justement ça qui me fait peur, chaque jour qui passe, et si un jour ton père venait à...
- Jamais, et si cela devait arriver, je l'en empêcherais !

Eclypteth - Ettinsmoor
Trois ans plus tard.

Non loin des Montagnes Gelidus Spiritus, un petit groupe de deux hommes et trois femmes se tenaient debout, apparemment immobile. Pourtant l'un d'entre eux, enveloppé dans une large veste à la capuche se terminant en pointe gesticulait drôlement. Son visage avait vieilli et une fine barbe encadrait joliment ses joues, sa bouche et sa mâchoire, mais il restait le seul et unique Randis Solvin. Lui, d'ordinaire calme et patient avait les traits tirés par la fureur tandis qu'il foudroyait des yeux l'homme face à lui, son chef d'équipe, Elgard.

- Si nous empruntons ce chemin, nous courrons à notre mort à tous !
- Randis, tu n'es pas chef d'équipe et nous avons déjà voté pour cet itinéraire, tes doutes seuls ne sont pas à prendre en compte dans le choix de notre groupe, dit calmement Elgard fermement campé sur sa position.
- Un Voracipède, sept mètres de long, des pinces puissantes et des mâchoires redoutables ça te parle,
tonitrua Randis, ce chemin est un nid pour ces saloperies et tu es trop stupide pour t'en rendre compte !

L'insubordination du jeune homme n'alla pas plus loin. On lui enfila des menottes et il fut décidé qu'il serait jugé à leur retour à Kalerya. La troupe continua ensuite sa route. La mission était simple, inspecter les alentours à la recherche d'un nid de Carnoplosaure. Il s'agissait d'une enquête rien de plus, juste ce qu'il fallait pour juger du danger de cette créature pour les populations alentour. Jusque-là durant le périple de l'équipe tout s'était bien passé jusqu'à l'approche de cette mince passe aux abords des montagnes. Il s'agissait d'un couloir entre deux rochers massifs, sans possibilités de repli efficace. Randis, éclaireur du groupe avait flairé un danger mais on ne l'écouta pas. Les Voracipèdes étant trop rares en ce lieu,
en rencontrer un serait pure folie. Elgard préféra ne pas écouter le conseil du jeune humain démon de contourner la zone rocheuse au risque de perdre une bonne journée et engagea ses hommes dans le passage.

La folie s'avéra cependant bien plus réelle lorsque, après une petite heure de marche à travers le couloir rocailleux, un Voracipède bondit de sous terre et arrache net le bras d'Elgard avec ses pinces puissantes.
La panique s'installa aussitôt dans le groupe. Leur chef d'équipe gisait au sol, hurlant de douleur, incapable de donner des ordres, paniqué par le sang qu'il perdait en flots grossiers.

- Détache-moi, hurla Randis à sa camarade.

Cette dernière, plongée dans l'angoisse, s’exécuta sans même réfléchir. Libre, Randis concentra une immense quantité d'air entre ses mains qu'il projeta sur la carapace épaisse du monstre. Une puissante explosion détona à l'impact repoussant l'immense mille-pattes à plusieurs mètres. Le jeune homme beugla des ordres aux deux femmes qui se ressaisirent aussitôt. Lui-même prit Elgard sous son bras tandis qu'ils se mettaient à fuir le lieu. L'une des femmes soignait le bras arraché de leur chef tout en courant, l'autre ouvrait la marche, s'assurant qu'il n'y avait aucun danger devant eux, Randis tenait son chef.

- Randis, marmonna Elgard, tu as oublié de récupérer mon bras.

Elgard se mit à doucement rire, ce qui le fit tousser avant de s'évanouir. Le concerné esquissa un sourire avant de jeter un dernier regard derrière lui.

Vanerzame - Philippines - Samar
Deux ans avant notre ère.

Les Philippines, un assemblage étrange d'île formant un pays sur Vanerzame. C'est en tout cas ce que pensa Randis à propos de ce lieu. Bien que sa mère soit humaine, il n'avait jamais vraiment eu la curiosité de découvrir ce monde presque entièrement composé d'humains. La particularité de ce monde venait aussi du fait que la magie y était, pour ainsi dire, quasi inexistante. Aux yeux de Randis, ce monde était une bizarrerie, comme un enfant livré à lui-même sans l'aide de puissances plus grandes que lui. Sans compter que ce monde avait un arrière-goût très amer, constamment en guerre, empli de haine, d'égocentrisme,
d'ostracisme, de mensonge. D'une certaine façon, Vanerzame était pour lui le vilain petit canard des Quatre Mondes.

Mais la mission restait la mission et on lui avait ordonné de venir ici. Depuis quelque temps aux Philippines le président menait une politique particulièrement brutale envers le monde de la drogue.
Trafiquants, petits dealers ou simples consommateurs, tous subissaient la loi du pays. Au milieu de tout ceci, le Crépuscule alimentait le conflit dans l'ombre. Ils fournissaient de plus en plus de drogue aux civils afin de servir leur propre intérêt, et de l'autre, ils durcissaient toujours plus la ligne politique du pays.
Qu'en tirait le Crépuscule, de l'argent en grande quantité et le plaisir de voir un pays se livrer à une guerre civile d'un nouveau genre.

Randis avait été envoyé ici en compagnie de son équipe afin de stopper quelques membres du Crépuscule et de mettre un terme à leurs agissements sur l'Île de Samar. Cette dernière avait été un succès sous les ordres du métis. Ni la pluie, ni la chaleur, ni les ennemis, humains ou mage n'avaient vraiment été des obstacles. Après trois mois consacrés à cette tâche, lui et la petite équipe sous ses ordres rentraient avec pas moins de dix prisonniers du Crépuscule et un coup très dur au trafic de la région. Sous la pluie tropicale battante du pays, Randis attendait leur ordre de retrait en dégustant des fruits tropicaux.

L'homme avait bien grandi, son visage ne portait plus aucune marque de l'enfance ou de l'adolescence.
On lisait dans son regard l'expérience d'un homme de terrain. Mais aussi il avait une expression naturellement plus sévère, et qui pourrait l'en blâmer, comment ne pas s'endurcir quand on avait connu autant de conflits que lui. Une barbe complète d'adulte encadrait désormais son visage, ses cheveux noirs tombaient sur ses épaules, dégoulinants d'eau de pluie, sa capuche rabattue dans son dos.

- Chef Solvin, un envoyé pour vous.

Randis sursauta presque pour apercevoir Rager, une jeune recrue sous ses ordres, fraîchement diplômé de la Congrégation. Comme tiré d'une profonde méditation, il se frotta le visage avant de se lever. S'avançant vers Rager il posa une main lourde sur son épaule.

- Inutile d'être aussi formel Rager, je ne suis qu'un membre de la division, tout comme toi...je ne suis chef de cette petite unité simplement parce que l'on m'en a donné l'ordre, fit-il, tout comme on t'a donné l'ordre de suivre les miens.

Randis s'éloigna vers le camp, laissant le jeune homme à la réflexion sur ces paroles pleines de sens.
Au camp, il fut salué par le reste de son équipe ce à quoi il répondit par de simples gestes, leur intimant de ne pas être aussi sérieux. Dans sa tente, il fut surpris de retrouver Elgard. L'homme avait un peu vieilli mais on voyait toujours en lui le combattant qu'il était. La perte de son bras n'avait en rien affecté la puissance de son ancien chef d'équipe. Ils n'échangèrent aucun mot car Randis, en voyant l'air grave d'Elgard, il sut tout de suite l'importance du message de ce dernier.

- Randis, nous avons reçu un message de ton père, c'est à propos de ta mère.

Ultarime - Lovumaxia - Xezyniath
Trois jours plus tard.

- Je me rappelle de ta toute première visite après ton départ pour la Congrégation, tu semblais tellement heureux d'être de retour à la maison, et j'ai énormément pleuré le jour où tu as dû partir car tu pleurais aussi. J'ai toujours été fière de te voir devenir un membre de la Congrégation mais je n'ai jamais supporté le chagrin que cela t'as apporté pendant ton enfance. Peu importe ton pouvoir, ton sang mêlé, tu restes mon précieux fils, mon enfant.

Comme à cette époque, Randis pleurait à chaudes larmes, la tête baissée vers le sol, le visage crispé dans une expression pathétique de tristesse. Entre ses mains il tenait celle de sa mère, tandis que son père en faisant autant de l'autre côté du lit. Autour d'eux, les amis de la famille, les plus anciens clients de sa mère devenus avec le temps un peu comme une partie de la famille, des connaissances plus éloignées et pourtant affectées par le chagrin et même quelques membres de la Congrégation ayant eu l'occasion de rencontrer Iliana en compagnie de Randis.

L'autrefois magnifique jeune femme était allongée sur son lit de mort. Elle comptait à son actif un peu plus d'une cinquantaine d'années mais la maladie qu'elle portait en elle l'avait rongé jusqu'à un point de non-retour. C'était ce genre de trouble qui vous prenait soudainement, incurable et dévastateur. En quelques mois à peine sans possibilités de rétablissement, Iliana s'était mise à marcher vers la mort. La vendeuse qui autrefois faisait tourner les regards de beaucoup d'hommes suscitant trop souvent la jalousie de son mari, n'était plus que l'ombre d'elle-même.

Sharko lui n'avait que très peu vieilli, cadeau ou malédiction de sa race, il savait dès le début qu'il enterrerait sa femme. Mais aussi noir qu'est pu être son coeur à une époque, il n'aurait jamais imaginé devoir faire à un mal aussi grand. Il ne pleura pas mais l'on pouvait sentir dans tout son être un combat perdu d'avance face à la souffrance.

- Mes deux hommes, n'ayez pas de regret, j'ai eu la vie que je voulais. Un mari que l'on me déconseilla mais qui m'apporta plus de bonheur que je ne l'aurais souhaité. Un fils au futur incertain mais qui est devenu un homme puissant et responsable faisant chaque jour ma fierté. Pleurez si vous le voulez mais de là-haut, je viendrais vous hanter si vous n'allez pas de l'avant.

La mère de famille s'éteignit paisiblement dans la nuit, toujours accompagnée de ses amis, ses connaissances et surtout des deux piliers de sa vie qui ne lâchèrent ses mains que plusieurs heures après sa mort.

Une grande foule se rassembla à l'enterrement qui fut des plus humbles et pourtant mémorables de la ville.
Randis et Sharko héritèrent de la fortune d'Iliana suite à la vente de la boutique et du partage de ses richesses personnelles. Quelques jours après l'enterrement, lorsque tous les amis furent partis, les deux hommes se retrouvèrent assis à la table de la cuisine familiale. Ce n'est que là, une fois les larmes asséchées, l'émotion toute récente de la mort commençant à s'apaiser, que Randis réalisa à quel point son père semblait jeune.

- Je t'admire tu sais, pour être resté avec mère.
- Le physique n'est qu'une chose mon fils, tu le comprendras aussi. Elle rougissait parfois de certaines moqueries, disant d'elle qu'elle n'était qu'une croqueuse de jeunes hommes. Mais je rappelais toujours à ces malotrus qu'il ne valait pas mieux pour eux de se trouver sur mon chemin.
- J'ai l'impression d'avoir tellement raté, se lamenta Randis, toujours en mission, toujours à vadrouiller sur d'autres mondes, toujours à me battre...
- Ne t'en veux pas, ta mère et moi ne t'en avons jamais voulu d'être loin, nous avons été fiers. la seule chose qui nous faisait peur c'était de te voir revenir un jour, empli de colère envers nous d'avoir donné notre accord pour te laisser partir.

Randis médita sur ces paroles un instant.

- Peut-être à une époque, une époque où je ne comprenais pas ma place au sein de la Congrégation,
une époque où je me voyais encore construire des bateaux ou devenir vendeur, une époque où vos exemples étaient les seuls de mon univers d'enfant. Mais plus aujourd'hui, peut-être vous-même autrefois l'aviez pressenti, je suis fait pour être un membre de la Congrégation.

Le lendemain, avant le départ de Randis, le fils et le père se livrèrent à un combat amical. Il n'y avait ni haine, ni l'envie de vaincre, simplement un besoin pour l'un et l'autre de laisser évacuer leurs émotions avec leurs poings. Ce combat, Randis ne le gagna pas non plus, preuve ultime malgré ses années d'expérience sur divers champs de bataille, que son père était puissant, bien plus qu'il ne le montrait.
Sharko retourna au port, ses outils sur le dos, Randis s'en alla en mission.

Kalerya - Lavurya - La Congrégation
Aujourd'hui.

- Elgard, vous devez avoir perdu la tête pour nous soumettre cette candidature !

Elgard se tenait là au centre de l'assemblée des têtes dirigeante de la Congrégation. Il avait pris la décision depuis longtemps de proposer une certaine personne au rang de chef de division. Cet homme d'expérience, ayant rejoint la Section Administrative croyait dur comme fer en son choix. Il en était aussi sûr qu'il lui manquait un bras, et ce n'était pas la manche de son uniforme cousue sur elle-même et pendante dans le vide qui aurait dit le contraire.

- Votre rapport au sujet de cet homme parle pour lui-même, commença l'un des membres dirigeants,
vous qualifiez vous-même cet homme de tête brûlée, ayant des soucis avec l'autorité, portant en lui des tendances à l'insubordination, désordonné, fonceur !
- Il est aussi le fils de Sharko Solvin, un démon qui fit plus de ravages que de bien dans sa vie, rajouta un autre.
- C'est aujourd'hui un démon rangé, humble armateur de navires à Xezyniath, répondit Elgar avec une pointe de sarcasme.

L'assemblée s'ébroua un moment d'indignation, les commentaires fusèrent à voix basse. Seul Elgar resta de marbre au milieu le jugeant lui et ses propos. Lorsque revint enfin ce dernier reprit la parole.

- Chers dirigeants, si vous connaissez aussi bien mon rapport alors vous savez les autres commentaires que j'y ai énoncés.

Elgar marqua une pause afin de prendre sa respiration. Sa plaidoirie devait être parfaite.

- Randis Solvin est un homme d'exception et il possède toutes les qualités d'un leader. Il est réfléchi, attentif,
tolérant et un pilier envers son équipe. J'ai rarement rencontré quelqu'un possédant d'aussi bon instinct que ce soit au combat ou en matière de survie. C'est un combattant émérite, et pourtant ses capacités physiques et sa puissance magique n'en sont qu'à leurs balbutiements. C'est un homme intelligent, cultivé et curieux quelle que soit la première impression décalée qu'il puisse donner. Au combat il ne lâche rien, ni personne.
Il ira traquer jusqu'au dernier de ses ennemis et s'arrangera pour ramener toute son équipe saine et sauve. Et j'ajoute à tout cela qu'il possède des années d'expérience au sein de notre organisation, il en connaît les rouages, les ficelles, la hiérarchie, les contraintes, les avantages et l'importance de nos principes. Croyez-moi, aussi révolté qu'il semble être à l'égard de notre Congrégation il porte en lui nos principes avec ferveur, bien plus je pense que beaucoup d'entre nous réunis ici.

Elgar s'arrêta là, laissant la place à des murmures dans la salle. Pour beaucoup ici, être jugés comme des infidèles aux principes de la Congrégation était comme une insulte, mais la phrase avait eu de l'effet.
Déjà certains se penchaient sur leurs voisins, discourant des dires d'Elgar, commençant d'ores et déjà à peser le pour et le contre. Au milieu des calmes conversations de l'assemblée, l'homme s'éclaircit une dernière fois la gorge avant d'annoncer.

- Il m'a sauvé la vie, ainsi que celle de toute mon équipe il y a des années de ça. J'étais pourtant plus expérimenté, plus puissant, mais c'est lui qui nous tira de ce mauvais pas, me portant sous son bras alors que je me vidais de mon sang. Vous ici avez souvent loué mes services, mes talents...sachez chers dirigeants que si je devais un jour retourner sur le terrain, ce serait sous les ordres de Randis Solvin et personne d'autre !

* * *

"J'ai faim...je vais chasser...à moins que tu ne me nourrisses...en fait je vais me laver..."

Machinalement Randis caressa le dos de Noctis, son chat.

"Si l'on m'avait dit que les familiers étaient aussi bavards que toi je n'en aurais pas pris."
"Ce n'est pas comme si tu avais le choix, fit le chat noir en s'enroulant autour de la jambe de son partenaire en exhibant son ventre pour plus de caresses, tu crois que j'ai demandé à me retrouver avec toi..."
"Non, mais on se supporte pas vrai."

Radis gratta le ventre de Noctis faisant aussi taire les jérémiades de ce dernier trop occupé à ronronner tout son saoul.

"N'empêche, pourquoi un chat...certains ont de grosses créatures mythiques avec des crocs, sembla se lamenter Randis."
"J'en ai aussi."
"Des griffes !"
"Idem."
"Un grand intellect !"
"J'ai encore."
"Certains sont même assez gros pour les grimper et voyager sur leur dos !"
"Et toi tu peux déjà voler...et combien arborent un pelage aussi doux que le mien."

Sur ces mots, Noctis grimpa d'un bond sur le banc où était assis Randis, puis d'un autre vint se poser sur l'épaule de son coéquipier. D'un petit coup de tête, le chat frotta son museau à la pommette de son maître.
Randis laissa échapper un rire de satisfaction.

"Aucun, sacrée bestiole !"

Mais tous deux cessèrent là leur petit jeu lorsque la porte de l'assemblée s'ouvrit. Elgar sortit, l'air quelque peu épuisé, mais satisfait. Randis se leva, sentant les griffes de Noctis se planter doucement dans son épaule afin de ne pas tomber. Ensemble, ils s'avancèrent vers lui afin d'entendre la décision de la réunion.




Informations Supplémentaires

Votre surnom
Randis

Votre âge
26

Qui est sur ton avatar ?
Ezio Auditore > Assassin's Creed 2/Brotherhood/Revelations

La catégorie de ta magie
Magie Éléméntaire

Nom de ta magie
Randis Solvin > Magie Élémentaire de l'Air

Accès à la zone H/Y/Y
Oui

Code de validation




Dernière édition par Randis Solvin le Ven 26 Mai - 0:23, édité 10 fois
● Démone - Sirène ●
● Démone - Sirène ●
avatar
pic-profil
Messages :
408
Kinahs :
125606
Date de naissance :
05/09/1996
Date d'inscription :
25/10/2016
Age :
20

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t214-the-black-mermaid http://www.kalerya-entre-monde.com/t269-sahel-la-noire http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/t270-quincaillerie-du-cap-tain-sahel http://www.kalerya-entre-monde.com/t274-dossier-de-la-cap-taine-sahel-la-noire http://www.kalerya-entre-monde.com/t311-m-o-i-orgueil En ligne

Ven 19 Mai - 7:09
Ezio Auditore da Firenze :love:

Bienvenue

(je suis fan d'Assassin's Creed)



speak in maroon
❖ Demon - Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
6
Kinahs :
5000
Date de naissance :
08/07/1990
Date d'inscription :
14/05/2017
Age :
26
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Ven 19 Mai - 15:30
Merci pour l'accueil Sahel !
❖ Humain ❖
❖ Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
282
Kinahs :
106502
Date de naissance :
06/10/1998
Date d'inscription :
11/12/2016
Age :
18

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t710-gotov-serebro-zto-svjatoe-rossii#4319 http://www.kalerya-entre-monde.com/t726-gotov-est-passe-par-ici-il-repassera-par-la#4395 http://www.kalerya-entre-monde.com/t715-gotov-mafioso#4344 http://www.kalerya-entre-monde.com/t711-gotov-arsenal-d-un-mafieux#4324 http://www.kalerya-entre-monde.com/t722-gotov-est-hyperactif#4369 http://www.kalerya-entre-monde.com/t723-il-court-il-court-le-gotov#4370

Ven 19 Mai - 18:40
Fan également *o*

Bienvenue parmi nous, n'hésite pas si tu as des questions o/






❖ Dragon de l'eau & Vampire ❖
❖ Dragon de l'eau & Vampire ❖
avatar
pic-profil
Messages :
2401
Kinahs :
621926
Date de naissance :
05/02/1994
Date d'inscription :
12/09/2016
Age :
23

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t76-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t146-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t365-ryuu-t-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t150-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t151-ryuu-tachibana-drazleyth http://www.kalerya-entre-monde.com/t152-ryuu-tachibana-drazleyth

Sam 20 Mai - 0:48
Bonjour et bienvenue :D
Bonne courage pour ta présentation :love:
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Sam 20 Mai - 1:54
Bienvenue ! Courage pour la fifiche
❖ Demon - Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
6
Kinahs :
5000
Date de naissance :
08/07/1990
Date d'inscription :
14/05/2017
Age :
26
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Sam 20 Mai - 22:09
Merci à vous tous !
Cette chaleur d'accueil fait du bien.
Désolé de prendre autant de temps pour ma fiche mais j'ai peu de temps devant moi en ce moment.
La bise à tous !
❖ Demon - Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
6
Kinahs :
5000
Date de naissance :
08/07/1990
Date d'inscription :
14/05/2017
Age :
26
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Ven 26 Mai - 0:28
Double post...sorry...

Après moult péripéties, ma fiche est finie !
❖ Dragon du feu - Banshee ❖
❖ Dragon du feu - Banshee ❖
avatar
pic-profil
Messages :
733
Kinahs :
59371
Date de naissance :
01/07/1992
Date d'inscription :
09/10/2016
Age :
24

Informations
Caractéristiques:
Magies & Armes:
Relations:
http://www.kalerya-entre-monde.com/t116-siriel-k-vineldyl http://www.kalerya-entre-monde.com/t379-siriel-k-vineldyl-f-t http://www.kalerya-entre-monde.com/t384-siriel-k-vineldyl-ses-petits-tresor http://www.kalerya-entre-monde.com/t382-siriel-k-vineldyl-le-fil-rouge-de-sa-vie http://www.kalerya-entre-monde.com/t383-siriel-k-vineldyl-des-noeud-sur-le-fil#2021

Ven 26 Mai - 17:35
Bienvenue :love:

Un membre du staff va passer sous peu pour s'occuper de ta fiche o/
Bon courage
❖ Demon - Humain ❖
avatar
pic-profil
Messages :
6
Kinahs :
5000
Date de naissance :
08/07/1990
Date d'inscription :
14/05/2017
Age :
26
http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/ http://www.kalerya-entre-monde.com/

Sam 27 Mai - 0:21
Je vais donc prendre mon mal en patience.
Page 1 sur 2