PortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
Déride un peu, on dirait 14-18 tellement y'a de tranchées (pv Faith)
Invité
avatar
pic-profil

Invité
Ven 31 Mar - 18:44
Un autre agent que lui dans le Crépuscule... Il savait, ou plutôt il se doutait. Il ne savait cependant pas que ça pouvait être 'elle'. Elle était bien placée dans la hiérarchisation de l'organisation criminelle, mais sa mission était différente, elle s'occupait de l'information, ce qu'elle savait, elle le disait... Pour Seimei, c'était différent, il était un virus latent, ici pour sauver le plus de civils possible avec l'aide de Jack. Sa mission n'était pas de prendre des informations, mais simplement de prévenir aux préjudices envers la société. Si un assassinat devait provoquer du tumulte et mettre en péril la sécurité, il devait faire en sorte que la cible ne meurt pas. Le conseil se chargerait du reste.

Mais lorsqu'on parlait d'infiltration, la section d'information du conseil restait le must have à contacter.... Bien qu'aucun domaine ne puisse réellement ordonner à l'autre et empiéter sur l'autre, ils étaient souvent assez sages pour s'écouter et se conseiller, sans quoi ils ne seraient ni chefs ni bras droits. C'était donc avec ce constat en tête que les supérieurs avaient décidés qu'il était temps que leurs agents respectifs se rencontrent.

Katana à la ceinture, gourde de saké enroulée autours de la pièce d'armure sur sa main et dango dans l'autre, il se mettait en route pour les jardin pour rencontrer Faith, sa seule véritable ''amie'' ici, au milieu du nid des vipères. Comme d'habitude, les personne qui croisaient Sei le saluaient sans se formaliser de sa position de second, elle n'était pas bien haute, mais surtout il était bien trop familier et déconneur pour qu'on veuille s'en formaliser. Finalement, après quelques temps de marche, il arrivait au point de rendez-vous et se postait en tailler à même le sol, sur l'herbe, regardant la ligne d'horizon qui était dégagée.


- Aaaaah presque parfait, il manque juste...

Il débouchait sa gourde de saké et sortait une petite coupole avant de la remplir et de la tendre, comme s'il trinquait avec quelqu'un... Puis de boire tranquillement, attendant que son ''équipière'' n'arrive. Il se demandait quelle genre de personne elle était... Le conseil était composé de diverses branches qui avaient des missions très tranchées et il était rare qu'ils s'intéressent les uns aux autres... Les bras droits se croisaient pourtant assez souvent, puisqu'il n'était pas si rare qu'ils assistent aux réunions avec leurs chefs respectifs.

Mais ça s'arrêtait là... Il n'en savait pas plus sur Faith que ça.

Finalement, alors qu'il songeait à tout ceci, il pouvait voir la silhouette de l'accompagnatrice d'un des leader de cette organisation de malheur. Il ne cessait cependant pas de boire, pas plus qu'il ne se relevait pour présenter ses respects. Le jardin était un lieu de repos après tout, s'ils se montraient protocolaires ça ressemblerait à la de comédie... Et pour que leur discussion n'ait pas l'air de sortir de nul part, il tendait sa gourde vers elle quand elle approchait.


- Bon boulot chef, mais à ce rythme tu vas être plus ridée qu'un derrière qui a trop trempé dans l'eau, tu devrais te poser et boire un peu

Il secouait sa gourde de saké... Oui, Sei était connu pour agir comme ça, ça faisait longtemps que plus personne ne s'en formalisait, comme il le disait si bien ce n'était pas l'armée ici, tant qu'il faisait son boulot il n'avait pas besoin de jouer les soldats de la reine. Mais c'était au moins comme ça qu'il abordait tous ses supérieurs au Crépuscule, ça ne semblerait pas suspicieux de son côté... A elle de rebondir.

- J'offre la tournée en plus, du bon saké de Vanzerzame, t'en verras pas du comme ça tous les jours. Alors chef, tu me rejoins, où tu fais une reconstitution de 14-18 ? Lâchait-il finalement en se marrant, le ton calme et enjoué.

Invité
avatar
pic-profil

Invité
Lun 3 Avr - 22:06
Infos
with Seimei & Faith

Level 20

Chargement en cours…

Chargement en cours…

Veuillez patienter.

Chargement terminé.

Lieu : Crépuscule – Kalerya

Dans la douceur fleurie d’un jardin trop en émoi, devant ce palace, cet infâme bâtiment, recrutant les criminels, pillant, infiltrant, corrompant les mondes, y compris celui dans lequel votre organisation est basée, saccageant, détruisant ce semblant de perfection forgée par le Conseil, assuré par la Congrégation, vous avez l’immense privilège d’aborder votre vie sans aucun voyou pour vous la retirer. Seconde d’un chef, c’est tout de même tentant, c’est alléchant, simple et revigorant. Le seul problème est que l’on ne vous voit plus sous les éloges ou les reproches de votre cher supérieur. Est-ce si grave pour la maitresse de la tromperie, cachée parmi les nuisibles de ces planètes, de ces royaumes, affichant un sourire hypocrite – oh, une seconde, tu souris ? Toi ? – esquissant un visage efficace, dissimulant la mission qui lui a été confiée, votre mission ?
Loin de l’attention portée à votre égard, qui occulterait tous vos sens, vous pouvez vous permettre de relâcher la pression, et de rencontrer le second, l’autre, cet homme, votre équivalent hors de la bâtisse du Prêcheur, ce bras droit humain… Seimei. Seimei Shuurin. Le maître cristallin à l’arme traditionnelle et aux dires de samouraïs. Sa fiche toujours dans bureau, dans un casier spécial, où tous les bras droits se trouvent, vous ne l’avez malheureusement pas analysée correctement depuis quelques semaines que vous êtes coincée, n’envoyant des rapports que par familier, évitant de sortir trop longtemps de la vue des autres.
Après tout, vous n’avez pas la même besogne que votre collègue, vous avez obligation de vous confondre au reste de l’armée maléfique, pour atteindre le roi au-dessus de ce tas de chair à canon, pour accéder aux informations que sa malveillance garde sous son petit cul trop rebondi pour appartenir uniquement aux yeux de la prétendue reine, si reine il y a vraiment…

Dans votre tenue de cuir souple, noir pour le bas, marron pour le buste, arqué d’un manteau fourré aux poils d’une créature noble nommée lion, que l’on trouve sur votre terre natale, Vanerzame, dessinée d’écussons permettant, avec un brin de magie terrienne – c’est le nom des vanerziens –, un simple retournement d’objet, d’afficher ou votre allégeance au Crépuscule, ou votre tendance au combat… Bottes montantes aux teints grisâtres fixés aux pieds, terminant vos jambes de guerrière, kusarigama enroulé autour de votre taille, menaçant n’importe quel énergumène peu averti, ou peu tenace dans un combat équitable, vous avancez lentement, natte tenant vos splendides cheveux tirés en arrière. Dans votre main marquée d’une unique bague ayant déjà appartenu à votre mère aussi cruelle soit-elle, se tient votre flasque, ce weapon yao peu commode, dont le liquide ne peut jamais s’éteindre, toujours remplie pour votre désir, permettant d’atteindre soit l’alcool, cette vodka dont vous pouvez raffoler, soit ce café, dont vous avez besoin, soit votre magie sous la forme de jus, qui peut s’avérer alors plus qu’utile, et dont la marque « Keep calm and have another shot » remplit la partie non tracée de perles. Ce récipient magique et incroyablement utile, permettant tant de faveurs, vous remplit la gorge de liquide chaud, tandis que votre félin de compagnon, Azar de son illustre nom, noir de son pelage, marqué de cercles jaunes et lumineux comme la lune, vous accompagne, vous narguant de ses yeux rouges sang, éclatants parmi les autres créatures rencontrées dans ce taudis qu’est votre lieu de combat quotidien, de risques incessants, de morts potentielles.

Bientôt, vous atteignez la juste destination convenue, trouvant le soldat éparpillé comme un tas, glorifiant un banc de son propre alcool, de son je-m’en-foutiste royal permettant de détendre l’atmosphère glaciale, rendant à ce cauchemar sans fin que vous avez embrasé à deux de durer aussi longtemps qu’il est possible de l’imaginer.
Bien que théoriquement vous ne pouvez vous accorder ce repos, ni même cette rencontre, pour l’homme dont votre fruit a pu faire passer les lignes de défenses zalensiths, vous faîtes cet effort, le risque faisant partie de la vie de la mi dragonne du son, votre nature permettant surtout, de par l’ouïe presque divine de votre splendide race – moitié de race – de prédire et prévoir les mouvements des infortunés et possibles observateurs, espions ou arnaqueurs, fourvoyés à l’idée qu’ils pourraient vous démasquer : vous ne prenez jamais de risques plus grand qu’il ne le faut, et mesurez chacun d’eux.

Bien que cette réalité ne soit pas la vraie, et que votre mort ne pourrait exister, ces personnages-non-joueurs étant bien trop prévisibles pour la plupart, vous avez cette tension palpable entre vos mains, qui ne saurait s’éterniser trop longtemps, si vous voulez marquer d’un succès cette opération « aussi simple qu’un bonjour ». Soit.

Dans votre non-hâte, c’est votre familier qui atteint le lieu avant vous, et qui attend le monologue de sir Seimei fini pour finalement prendre la parole, illustrant son savoir de la langue humaine – ne maitrisant pas que la télépathie propre aux familiers –, pour annoncer votre venue, bien que le samouraï l’ait décelée. Bien le bonjour, messire Shuurin. Ma maîtresse n’a que peu de temps devant elle, j’espère – pour vous – que vous ne sauriez prendre trop de celui-ci. _ Azar… _ Hum… Je vais… rester dans mon coin.
L’impoli vous tire la langue, vous esquissez un sourire, vous n’êtes pas de glace, ni si sérieuse que cela. Vous êtes plutôt polie, trop sans doute, mais cela tient du simple fait que vous vous plaisez dans votre rôle. Car vous ne faîtes que jouer la comédie. Au cas où on vous verrait. Après tout, Seimei vous connait au moins assez pour savoir que dans chaque partie de votre vie relative au travail, vous avez ce masque, que vous laissez tomber à chaque fois qu’il ne colle plus votre peau…
Et puis, que pourrait savoir un simple personnage de votre rêve, sur votre mode de vie ?

electric bird.




Invité
avatar
pic-profil

Invité
Mar 4 Avr - 15:14

Bien qu'il ait décelé l'arrivée de sa ''camarade'' la première à se montrer réellement était une petite créature nocturne, lui parlant à coup de propos tout à fait normaux, grisant ! Même si ça commençait directement par des sortes de menaces, qu'il était de bon ton que Sei ne prenne pas trop du temps de Faith, sinon... Eh bien sinon qui sait, mais le samurai se mit à rire. S'il suffisait de quelques menaces pour faire ployer un samurai, ils n'auraient pas pu vivre en autarcie aussi longtemps autrefois. Il ne s'en formalisait donc pas et se redressait en faisant un petit signe de la main à la femme devant lui. Comme d'habitude, elle dégageait une certaine prestance... Sans doute fallait-il au moins ça pour se tenir plus haut dans l'organisation.

- Je crois que ton familier m'aime pas. Ou alors il s'est pris pour un majordome, je sais pas ahah.

Il s'inclinait un peu devant Faith, de la façon des samurai. Elle n'était pas son seigneur à lui qui était pour le moment un simple ronin, un samurai sans maître, mais il avait du respect pour sa position et la difficulté de cette dernière. En cas d’ennuis, Seimei pourrait facilement disparaître du Crépuscule et retourner au conseil, la désertion d'un simple membre ne serait pas la pire des offenses. Mais dans le cas de Faith, tout était bien moins nuancé.

Ne se formalisant pas plus que ça, l'homme se laissait de nouveau tomber dans l'herbe, en tailleur, coupole de saké dans les mains, alors qu'une autre n'attendait que sa collègue si du moins, elle voulait partager le saké. En y songeant, il avait beau avoir rencontré de façon plus ou moins brève la majorité des membres importants du conseil... C'était bien plus rare qu'il passe un moment détendu avec eux... Bien que cette détente était une illusion, une illusion qui cachait la plus terrible des félonies. Mais ça, seuls ces deux là pouvaient le savoir.


- Alors, tout va bien de ton côté ? Je croise rarement de représentants d'autres sections. Je m'en porte pas plus mal, j'aimerai pas trop croiser le 9éme commandement ahah

Il portait sa coupole de saké à ses lèvres. Il n'aurait pas aimé rencontrer les huiles en réalité, les membres principaux du crépuscule se montreraient aussi complexes à gérer. Outre leurs forces inégales, c'était leurs personnalités tranchées et tranchantes qu'il redoutait. On ne savait jamais vraiment comment gérer les choses avec les gens comme ça et alors qu'il y songeait, il se mit à sourire : n'était-il pas lui-même comme ça ? Assez dur à cerner ?

C'était un samurai, les gens connaissant ces derniers y voyaient l'ultime honneur, le bushido... Et surement pas Seimei. Qui était le véritable personnage ? Le samurai sérieux, ou bien l'idiot de service qui n'avait du respect pour personne ? Où se situait la réalité ? Il ne le savait pas, lui comme Faith avait depuis longtemps marché le long d'un chemin flou ou vérité et mensonges se mélangeaient si habilement qu'il devenait difficile de dire s'ils l'étaient ou non.

- Perso, j’enchaîne les missions, je couche ici, je tue par là... C'est un bon moyen de passer ses journées... Enfin, en théorie.

En théorie oui... Car à la fin, c'était le conseil qui avait le dernier mot sur les opérations de Seimei et Faith devait en être consciente. Mais trêves de boulot, il l'avait invité sous couvert de se détendre un peu, autant que la couverture soit plus qu'une simple couverture.

- Prends tes aises, ton commandement va pas s'envoler en ton absence. Si ton familier à raison et que le temps est un luxe, autant rentabiliser. Lâchait-il finalement en riant, remplissant de nouveau sa coupe de saké.

Page 1 sur 1